Quadran, Eolfi et CGN, premiers lauréats de l'appel d'offres éolien flottant

Développement durable | 25.07.16
Partager sur :
Quadran, Eolfi et CGN, premiers lauréats de l'appel d'offres éolien flottant - Batiweb
Deux projets, l'un en Méditerranée, l'autre en Bretagne, viennent d'être sélectionnés comme lauréats de l'appel d'offres éolien flottant, a annoncé ce vendredi la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal. Ces projets bénéficieront d'une aide à l'investissement dans le cadre du programme des investissements d'avenir.

Si plusieurs autres projets déposés dans le cadre de cet appel d'offres sont encore en cours d'instruction, Ségolène Royal vient d'annoncer les deux premiers lauréats.

Le premier projet, porté par Quadran, concerne la zone de Gruissan en Méditerranée. Il prévoit la création de 4 éoliennes de 6,12 MW. Le second concerne la zone de Groix en Bretagne, pour l'implantation de 4 éoliennes de 6 MW. Le projet est porté par Eolfi et CGN.

« Ces projets sont une première en France, je les félicite. Ils contribueront au développement du tissu industriel des territoires d'implantation », a réagi la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, dans un communiqué.

Les lauréats bénéficieront d'une aide à l'investissement dans le cadre du programme des investissements d'avenir, ainsi que d'un tarif d'achat garanti pour l'électricité produite.

Les énergies renouvelables sont une «  filière industrielle d'avenir, porteuse des emplois de demain », assure Ségolène Royal. « Les projets prêts doivent pouvoir se développer rapidement », ajoute-t-elle, et d'autres lauréats seront annoncés « à la rentrée ».

Des objectifs français inscrits dans le projet de PPE

La France s'est fixée des objectifs ambitieux en termes de développement des énergies renouvelables, inscrits dans l'arrêté du 24 avril 2016.

Pour l'éolien en mer posé, la France prévoit 3 000 MW en service en 2023 et 6000 MW de projets supplémentaires attribués. Un troisième appel d'offres sur une zone favorable au large de Dunkerque a été lancé, rappelle Ségolène Royal.

Pour les énergies marines renouvelables (hydrolien, éolien flottant), l'objectif est de 100 MW en service en 2023 et 2 000 MW de projets supplémentaires attribués, « avec notamment une forte accélération du calendrier des appels d'offres commerciaux », souligne la ministre.

Ces objectifs sont inscrits dans le cadre du projet de PPE, actuellement en consultation et qui a reçu hier, à une large majorité, l'avis favorable du Conseil supérieur de l'énergie.

C.T
© Fotolia

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Quatre nouveaux projets soutenus par l'État en faveur des énergies marines - Batiweb

Quatre nouveaux projets soutenus par l'État en faveur des énergies marines

Dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir (PIA), l’ADEME a lancé en 2013 un Appel à manifestations d’intérêt sur les énergies marines renouvelables. Après deux premiers projets lauréats retenus en avril 2014, ce sont aujourd’hui quatre nouveaux projets qui sont soutenus par l'État à hauteur de 33,3 millions d’euros sur un montant global d’investissement de 93,5 millions d’euros.
Quel avenir pour l'éolien offshore en France ? - Batiweb

Quel avenir pour l'éolien offshore en France ?

Alors que se tiennent en ce moment à Saint-Nazaire les 10ème « Assises de l'économie de la Mer et du Littoral », rendez-vous des acteurs privés et institutionnels pour débattre de l'économie des filières de la mer, le SER organisait à Paris une conférence sur les enjeux actuels et à venir de l'éolien offshore et sa place dans la réussite de la transition énergétique avec de nombreux acteurs du secteur.