Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France Eco-construction | 22.11.17

Partager sur :
La semaine dernière, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) réclamait la mise en place d’un calendrier « lisible » des appels d’offres liés aux énergies marines, profitant ainsi du fort potentiel dont dispose la France. Le 21 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a profité des Assises de la mer au Havre pour annoncer des initiatives censées combler une partie du retard de la France en matière d’énergies marines.
Il y a quelques jours, les filières des énergies marines renouvelables publiaient un communiqué commun adressé au gouvernement afin de demander un calendrier « stable et lisible » des appels d’offres commerciaux. Une manière, pour le Syndicat des énergies renouvelables, de tirer profit du fort potentiel de développement dont dispose la France.

Des réclamations qui ont semble-t-il été entendues. En effet, Edouard Philippe a reconnu ce mardi 21, lors des Assises de la mer au Havre, que l’hexagone était en retard en matière d’énergies marines. « Je crains que si nous voulons rattraper ce retard, il ne nous faille souquer très ferme », a-t-il déclaré.

Des efforts annoncés, mais…

Souhaitant visiblement combler ce retard, le gouvernement a annoncé plusieurs changements pour 2018. « Les études préalables en vue de l’engagement des futurs appels d’offres dans l’éolien flottant en Bretagne et en Méditerranée » seront ainsi lancées dans les mois à venir, de même que « les études environnementales sur le projet de parc éolien posé au large d’Oléron ».

Si Edouard Philippe a demandé à ce qu’« un travail de simplification radicale des procédures » soit fourni, l’ensemble de ces mesures est apparu insuffisant pour bon nombre d’acteurs des énergies marines renouvelables.

C’est notamment le cas du Syndicat des énergies renouvelables, dont le président Jean-Louis Bal a considéré que le discours du Premier ministre était « assez décevant ». « Il n’y pas un mot sur l’hydrolien (qui utilise la force des marées pour produire de l’énergie) », a-t-il déploré. 

Invité à tenir le discours de clôture des Assises, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a soutenu Edouard Philippe et fait part de sa volonté de réduire à « moins de sept ans » le délai nécessaire à la création d’un parc éolien en mer. « Nous allons simplifier les procédures », a-t-il promis. À quand le passage à l’acte ?

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @EPhilippePM (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Edouard Philippe salue « les perspectives assez incroyables de la filière hydrogène »

Edouard Philippe salue « les perspectives assez incroyables de la filière hydrogène »

Substitut idéal aux hydrocarbures, l’hydrogène répond parfaitement à la stratégie de décarbonation adoptée par la France. Ainsi, si la filière est en plein essor dans l’hexagone, de nombreux efforts doivent encore être fournis afin d’accélérer le mouvement. Une initiative que le Premier ministre Edouard Philippe compte bien mener à bien aux côtés de Nicolas Hulot, comme il l’a fait savoir le 25 août dernier. Explications.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Sunpower particulièrement actif dans la transition énergétique de la France

Sunpower particulièrement actif dans la transition énergétique de la France

En avril dernier, Ségolène Royal, encore ministre de l’Environnement, avait annoncé les 361 projets retenus dans le cadre d’un appel d’offres de grande envergure concernant le photovoltaïque en toiture. Or, sur les 150 mégawatts de panneaux solaires prévus, 64 seront fournis par le fabricant Sunpower. De bon augure pour la filiale de Total, qui s’est félicitée de pouvoir « jouer un rôle clé dans la promotion de l’énergie solaire propre et renouvelable en France ».
Le Syndicat des énergies renouvelables s’intéresse à l’éolien

Le Syndicat des énergies renouvelables s’intéresse à l’éolien

Pourquoi la France développe-t-elle l’énergie éolienne ? La croissance du parc éolien nécessite-elle de nouvelles centrales thermiques ? La construction des machines est-elle suffisamment réglementée ? Autant de questions, et bien plus, auxquelles le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a tenté de répondre à travers la nouvelle édition de son « Questions-réponses sur l’énergie éolienne terrestre en France ». L’occasion de faire le point sur le développement de la filière.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter