L’Autorité environnementale s’attaque à la Stratégie nationale bas carbone Eco-construction | 11.03.19

Partager sur :
L’Autorité environnementale s’attaque à la Stratégie nationale bas carbone
Carton rouge pour la Stratégie nationale bas carbone ! Celle-ci a récemment été passée au crible par l’Autorité environnementale, qui a rendu un avis globalement négatif quant à ce plan visant à atteindre la neutralité carbone. Pour l’entité juridique, la trajectoire, trop fragile, manque d’ambition. Dans ce contexte, plusieurs recommandations ont été formulées, dont certaines sont spécifiquement dédiées aux bâtiments. Le point.

L’Autorité environnementale (Ae), saisie par le ministre de la Transition énergétique et solidaire, tenait séance le 6 mars dernier afin d’aborder 3 projets : la demande de cadrage préalable relative à l’extension du terminal 1 de l’Aéroport Marseille Provence, l’aménagement de la RN 147 au nord de Limoges, et la deuxième Stratégie nationale bas carbone (SNBC).

L’entité juridique s’est ainsi largement exprimée sur ce dernier point, partageant un avis de quelque 34 pages. Le document est l’occasion de revenir sur les objectifs de ce plan, les effets attendus par sa mise en œuvre, et surtout, les orientations à envisager afin d’améliorer la SNBC.

Car la Stratégie bas carbone est loin d’être à la hauteur, d’après l’Autorité environnementale. Cette dernière rappelle que la trajectoire ne doit qu’être « ‘’prise en compte’’ par de nombreux plans et programmes, ce qui constitue une fragilité ». L’Ae souligne par ailleurs plusieurs lacunes pouvant être comblées en suivant les recommandations de l’organisme.
 

Trop de retards et d’imprécisions


Ces propositions concernent plusieurs secteurs d’activité, dont les transports, l’agriculture, la filière forêt-bois et, bien sûr, les bâtiments. Soulignant, si nécessaire, que les constructions sont à l’origine de 20% des émissions carbone, l’Ae note que la SNBC s’oriente autour de l’amélioration de l’efficacité énergétique des biens anciens, l’amélioration des niveaux de performance énergétique et l‘utilisation de matériaux à faible empreinte carbone.

« La réalisation de ce volet est en retard (+22% par rapport aux objectifs en 2017) avec un fort risque de ne pas atteindre les objectifs de 2030. Le retard est essentiellement lié au coût, à la difficulté du programme de rénovation thermique, et à la faiblesse de la réglementation actuelle sur le tertiaire », écrit l’Ae, qui estime que 15 à 30 milliards d’euros devraient être dépensés chaque année pendant 30 ans pour rattraper ce retard.

D’autres problèmes sont pointés du doigt, notamment par rapport au plan de rénovation thermique. Mis à mal par la fragilisation du CITE en 2018, ce programme ambitionne de rénover 500 000 logements par an durant les 5 prochaines années, puis 700 000 biens par an. Une hausse qui étonne l’Ae, car « la SNBC ne précise pas ce qui permet un rythme de rénovation plus significatif que celui observé lors de la première SNBC ». Dans ce sens, l’Autorité « recommande d’expliciter les moyens à mettre en œuvre en termes de rénovation du bâtiment ».

Également pointé du doigt pour son manque de précisions, le volet relatif à la rénovation thermique du parc locatif privé manque cruellement d’une évaluation économique du coût des investissements nécessaires à l’atteinte du niveau de performance prévu par la SNBC, comme le relate l’Ae. Celle-ci suggère ainsi « de présenter une évaluation des investissements et de présenter les incitations permettant d’atteindre les objectifs fixés » par le plan.

Enfin, l’organisme recommande plus que jamais de s’appuyer sur l’analyse du cycle de vie afin de vérifier les performances des bâtiments neufs. En ce sens, il serait pertinent « de tenir compte de nombreux paramètres et pas seulement des performances du fonctionnement » des biens, d’après l’Ae. « Il n’est pas indiqué quel niveau de performances est visé ni précisé à quelle échéance ces futures réglementations entreront en vigueur », déplore néanmoins l’Autorité, qui réclame un calendrier prévisionnel précisant ces informations.

F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Charte Environnement des industries de carrières a su convaincre près de 400 carriers

La Charte Environnement des industries de carrières a su convaincre près de 400 carriers

Créée en 2004, la démarche collective de progrès environnemental continu portée par l’association Charte Environnement des industries de carrières a convaincu près de 400 carriers. De cette démarche volontaire, unique en France, le nombre d’adhérents ne cesse ainsi de croître et déjà 60 % de la production nationale de granulats se fait de façon particulièrement responsable.
« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

Les initiatives menées par la France pour accélérer sa transition énergétiques sont-elles suffisantes ? Visiblement non, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En effet, si cette dernière a salué les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement, elle constate que les investissements dans les énergies vertes manquent encore pour y parvenir. Tour d’horizon des observations émises par l’AIE.

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter