MECD labellisé « Institut Carnot » pour une durée de 4 ans Eco-construction | 20.02.20

Partager sur :
MECD labellisé « Institut Carnot » pour une durée de 4 ans Batiweb
L’institut MECD (Matériaux et Équipements pour la Construction Durable) aident les entreprises de la construction à renforcer leurs compétences dans le domaine de la technologie et du développement des matériaux aidant au respect des nouvelles normes environnementales. Pour accompagner MCDE dans cette démarche, le Ministère de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation lui a décerné un « label Carnot » pour une durée de 4 ans.

Le 7 février dernier, le Ministère de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation a annoncé que 37 entreprises de différents secteurs développant des solutions de R&D étaient labellisées « Institut Carnot » pour une durée de 4 ans. MECD, un institut de la filière construction fait partie des entreprises bénéficiant de « ce tremplin » afin de développer des « offres de recherche, d’innovation et de transfert technologique ».

 

Label Carnot : à quoi sert-il ?

 

Ce label permettra au MCDE, grâce à la définition d’objectifs concrets et au financement des recherches par l’État, d’accélérer les innovations du secteur de la construction et la recherche de nouveaux matériaux et équipements qui soient « plus durables ».

 

Ces aident conduisent l’institut à déployer « sa stratégie pour la construction (ouvrages d’art et bâtiments) et l’aménagement intérieur », qu’elle devait déjà mettre en place, autour de 3 axes de développement :

  • les composants (matériaux et produits, mixité des matériaux, procédés de fabrication),
  • les ouvrages (mise en œuvre, processus de construction et déconstruction),
  • l’habitat (comportement thermique et sanitaire, sécurité des habitants, qualité de l’air intérieur et modularité).

 

Trouver un compromis sur les objectifs

 

Qui dit financement, dit participation. En effet, la labélisation des entreprises en « Institut Carnot » nécessite de définir, avec l’État, des objectifs à atteindre sur la durée du label. L’institut MCDE a donc 4 ans pour développer :

  • la construction durable, en limitant l‘exploitation des ressources primaires, en développant une meilleure gestion pour recycler les produits, en transformant les déchets du BTP en d’autres ressources, et en proposant des produits énergétiquement performants ;
  • la mixité multi-fonctionnelle, en travaillant sur l’association de plusieurs matériaux, la résilience des constructions, pour permettre, in fine, une meilleure rénovation énergétique ;
  • une transition numérique, en développant les projets autour du BIM, de l’impression 3D, des objets connectés, de la réalité augmentée et des technologies prévisionnelles ;
  • les vies et usages des bâtiments, en plaçant « l’usager au cœur des processus, tout au long des phases clés, de la création jusqu’à l’utilisation d’un ouvrage de construction et d’aménagement ».

 

Pourquoi récompenser un institut de la construction ?

 

Tout d’abord parce que le secteur de la construction à une place importante en France. Il est « le premier pourvoyeur d’emplois », représente « 10%  du PIB national, 530 000 entreprises », plus d’un million d’actifs, et « 140 milliards d’euros de chiffre d’affaires ».

 

Ensuite, parce que les challenges imposés par le gouvernement sont colossaux (construction de plus de 400 000 logements neufs en 2020, rénovation énergétique du parc bâti, amélioration des performances thermiques, limitation des dégâts environnementaux…). L’aide fournie par ce label est donc précieuse à la réalisation de ces objectifs. 

 

Mais c’est à l’Institut MECD de rechercher et mettre en place toutes ces solutions, dans ce cadre de recherches, le label Carnot n’intervient pas. Avec les 4 Centres Techniques Industriels (CERIB, CTICM, CTMNC, FCBA) et les 2 laboratoires universitaires qu’il regroupe, l’institut devrait pouvoir facilement, dans un délai de 4 ans, répondre aux objectifs du gouvernement.

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Recyclage des déchets du BTP : les distributeurs de matériaux saisissent le Conseil d'Etat Batiweb

Recyclage des déchets du BTP : les distributeurs de matériaux saisissent le Conseil d'Etat

A compter du 1er janvier 2017, une disposition de la loi de transition énergétique impose aux distributeurs de matériaux du bâtiment de reprendre les déchets issus des matériaux et produits qu'ils vendent. Une obligation que conteste la Confédération française du commerce de gros, d'autant que les grandes surfaces de bricolages ne sont, elles, pas assujetties à cette contrainte.
Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?  Batiweb

Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?

Une nouvelle étude juridique menée dans le cadre de la plateforme collaborative DEMOCLES fait le point sur la responsabilité des maîtres d’ouvrage en matière de gestion des déchets de chantiers de déconstruction et de rénovation du bâtiment. Cofinancée par l’Ademe, l’étude répond à un certain nombre de questions : Qui est responsable de la traçabilité des déchets ? Quel lien existe-t-il entre le permis de démolir et le diagnostic déchets ? Tous les détails.
De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment Batiweb

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.
Reprise des déchets : les négoces proposent un large panel de solutions à leurs clients Batiweb

Reprise des déchets : les négoces proposent un large panel de solutions à leurs clients

La loi de Transition Énergétique pour une Croissance Verte (TEVC) a introduit l’obligation, pour tout distributeur de matériaux de construction, de reprendre les déchets issus des produits qu’ils vendent. Où en sont les négoces ? Une étude de la FNBM révèle que le secteur est mobilisé et propose une diversité de solutions pour accompagner leurs clients professionnels dans la gestion de leurs déchets. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter