Premier projet d’autoconsommation collective en Bretagne, à Pénestin Eco-construction | 19.04.19

Partager sur :
Le premier projet d’autoconsommation collective a vu le jour en Bretagne, sur la commune de Pénestin. Intitulé Partagélec, ce dernier a débuté par la création de nombreux panneaux photovoltaïques sur des bâtiments municipaux, permettant la production d’une énergie propre, renouvelable et locale. L’initiative a notamment été portée par un partenariat entre Enedis et le Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales (SNDGCT).

Impliqués dans la transition énergétique, le Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales (SNDGCT) et Enedis ont participé à recueillir les témoignages des acteurs engagés dans Partagélec, le premier projet collaboratif d’autoconsommation collective mis en place en Bretagne, dans la commune de Pénestin.

Alors que les élus de la commune réfléchissaient depuis 2011 à une meilleure gestion et autonomie énergétique, le projet Partagélec a débuté avec l’équipement en panneaux photovoltaïques de la mairie, puis de la salle polyvalente en 2016 et du centre technique municipal en 2018.
 

5 200 Kwh d’électricité propre et renouvelable dès le 1er mois


Le toit de panneaux photovoltaïques sur le centre technique, représentant 237m2, a ainsi permis de produire, dès le premier mois d’exploitation, 5 200 Kwh d’électricité. « C’est plus que nos estimations », se réjouit Clément Mahé, chargé de mission énergie, climat et mobilité auprès de Cap Atlantique, la communauté d’agglomération à laquelle appartient Pénestin.

« Garagiste, maçon, mécanicien, mytiliculteur ou encore bar restaurant sont désormais fournis en électricité, pour 1 à 20 % de leur consommation, en proximité et en énergie propre. Nous attendons la fin de l’année pour obtenir les retours d’expériences », annonce Christophe Laly, chargé de mission chez Morbihan Energie, le syndicat de l’énergie morbihannais. « Si on n’atteint pas 100 % de l’électricité produite consommée par les adhérents de Partagélec, alors on ira chercher de nouveaux consommateurs complémentaires localement », ajoute-t-il.

« Notre mission de service public doit répondre aux besoins d’attractivité des territoires. C’est dans ce cadre que nous accompagnons le projet Partagélec, dont l’enjeu repose sur l’appropriation et la gestion locale », explique pour sa part Marc Gratton, responsable du département solutions aux territoires chez Enedis. « Notre ambition quotidienne est d’accompagner les projets locaux dans leurs préoccupations de transitions énergétiques », ajoute-t-il.

 

Etendre ce genre d’initiative grâce à un assouplissement juridique


Le projet, qui a nécessité un investissement de 38 000 € en panneaux photovoltaïques a été financé par Morbihan Energie. Le fournisseur Emeraude Solaire, déjà partenaire de Morbihan Energie sur plusieurs installations sur bâtiments publics, a obtenu l’appel d’offres. Les études préalables, d’une valeur de 18 000 € avaient été cofinancées par Cap Atlantique, la ville de Pénestin, Morbihan Energie, le syndicat de l’énergie de Loire Atlantique Sybela, et la région Pays de la Loire. 1 500 € de maintenance restent encore à charge tous les ans.

Grâce à un business plan qui s’équilibre, le projet Partagélec est économiquement rentable. « Reste que juridiquement, nous avons besoin de simplification », regrette Marc Aubry, directeur général de Morbihan Energie, qui espère que d’autres collectivités locales porteront ce type de projets.

« Alors que la Bretagne est située dans une péninsule électrique et que la demande en consommation électrique ne cesse de grandir en raison d’une croissance démographique, l’autoconsommation collective rééquilibre la distribution électrique et s’inscrit véritablement dans une démarche de développement durable », assure le directeur général de Morbihan Energie

C.L

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

En marge du congrès Smart Energies 2018, l’organisation REN21 a publié ce 4 juin la nouvelle édition de son rapport relatif au développement des énergies renouvelables dans le monde, le « Global Statuts Report ». Si le document fait état d’une forte augmentation des nouvelles installations l’année dernière, celles-ci ne semblent avoir été mises qu’au profit de la production d’électricité, au détriment des secteurs de la chaleur et du froid ainsi que des transports. Tour d’horizon des principaux enseignements de ce rapport.
Les Français toujours plus intéressés par les équipements renouvelables (étude)

Les Français toujours plus intéressés par les équipements renouvelables (étude)

Menée auprès de 1 024 personnes les 10 et 11 janvier derniers, l’enquête OpinionWay pour Qualit’EnR a rendu ses résultats ce 1er février, avec de bonnes surprises à la clé. Le baromètre intitulé « Les Français et les énergies renouvelables » démontre en effet que ces dernières représentent l’investissement préféré des ménages en 2018, avec un individu sur trois équipé d’un système valorisant les énergies propres, et un sur quatre qui prévoit de le faire très bientôt. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter