Le Mondial du bâtiment/Batimat, l’observatoire dynamique du bâtiment Evénements du bâtiment | 31.01.19

Partager sur :
Salon, observatoire ou lieu de débat ? Guillaume Loizeaud, directeur de Reed Expo, accompagné de Jacques Chanut, le président de la FFB, a rappelé que le Mondial du Bâtiment (Batimat, Interclima et Ideobain) devient autant lieu d’exposition et de présentation des innovations de la filière que pôle d’observation du bâti, des modes d’habitat et de l’aménagement des villes. Pour faire cette mutation et attirer encore plus de professionnels sur le lieu physique du salon, les organisateurs déploient beaucoup de moyens. Regardons ça de plus près.
Jacques Chanut a rappelé en introduction, l’importance des évolutions en cours pour le secteur du bâtiment. « Rénovation, enjeux autour du BIM et des données, maîtrise des chantiers et environnement normatif, les enjeux sont cruciaux et 2019 s’annonce comme une année mouvementée … » nous dit-il.
 
Jacques Chanut rappelle aussi que le sujet du GNR, s’il a quitté l’actualité, risque de revenir un jour ou l’autre. Et il incite les entreprises (et indirectement les fabricants) à se préparer avec du matériel qui réponde à ces enjeux de transformation énergétique.
 
Enfin Jacques Chanut conclut son intervention sur l’enjeu de la formation, notamment en région, puisque les métiers du bâtiment connaissent un moment de tension important sur les embauches et sur tout le territoire.
 
Face à ce constat, Guillaume Loizeaud rappelle que le Mondial aura pour fil rouge "Le bâtiment, la ville et les territoires : éléments centraux des transformations sociétales des dix prochaines années " et il ajoute « Interclima, Idéobain et Batimat, sont plus que jamais les lieux de rassemblement de l’ensemble des acteurs pour leur permettre de décoder les enjeux du bâtiment et découvrir les solutions pour y répondre.» 
 

Derrière les mots, une grande évolution du salon, dans la forme et dans le fond
Cette dernière phrase est révélatrice non seulement de l’évolution du Mondial et de ses trois salons, mais aussi des enjeux auxquels les organisateurs sont confrontés.
Qui se souvient, au début du siècle, d’un Batimat seul occupant de la Porte de Versailles, avec tous les halls pleins à craquer d’exposants ? Le Web et sa capacité à informer partout et tout le temps sont passés par là depuis et cette époque est révolue.
 
Mais le salon garde toujours autant de pertinence et mérite peut-être encore plus d’être visité.
Car si les halls de la porte de Versailles étaient les seuls lieux où les professionnels du bâtiment pouvaient découvrir les gammes et les nouveautés des fabricants, il n’était que très peu question d’y réfléchir.
 
Convivialité mais aussi réflexion
On y vidait les bouteilles de champagne et les flacons de whisky, ce qui donnait même lieu à des concours de bouteilles vides chaque jour entre les grands stands, on y préparait la sortie du soir dans les hauts lieux des nuits parisiennes … mais de réflexion sur les évolutions de la société, de l’habitat et du comment et pourquoi construire, il n’était que rarement question.
 
Cette époque-là est révolue et les organisateurs de Batimat et du Mondial l’ont bien compris.
Face aux mutations de la société, à l’évolution critique du climat et à l’incapacité actuelle des grands décideurs à faire évoluer « leur logiciel idéologique », les enjeux sont nombreux et Guillaume Loizeaud les a rappelés :
  • Les besoins et les usages doivent muter vers des modes de vie neutres en carbone et soutenables pour les ressources, notamment en eau.
  • Les façons de travailler et d’habiter évoluent vers plus de flexibilité́ pour s’adapter aux différentes étapes de la vie. 
  • Le rapport à la propriété́ a changé́, les consommateurs se recentrent sur l’usage et la quantité́ consommée et non la fonction pour toute une vie.
  • La cohésion sociale passe par l’accès au travail, aux services et aux loisirs, c’est autant l’enjeu d’aménagement des grandes agglomérations que celui des territoires. 
  • Une partie de la population est mal logée ou ne peut avoir accès à un logement décent, sain et confortable.

Et on peut ajouter que, habillé d’un gilet jaune ou pas, de nombreux français des périphéries et parmi eux beaucoup d’artisans, sont  demandeur de débats et de lieux pour les tenir, car les carrefours ne sont pas si bien placés que cela pour ça.
 
Sans se substituer aux indispensables lieux de démocratie locale, un grand salon peut jouer un rôle dans la prise de conscience nécessaire et la compréhension qu’en ont les professionnels. Et visiblement le Mondial, Batimat  … veulent prendre place dans ce grand remue-méninges et nous amener à réfléchir. Pour celà plusieurs grands espaces-conférences sont prévus dans les halls et abriteront des dizaines de conférences et des centaines d’intervenants.
 
Une organisation de l’espace repensée pour s’adapter à ces nouveaux enjeux
Batimat est un bon exemple de la façon dont les salons vont se réorganiser spatialement.
Les organisateurs ont choisi 8 grandes tendances pour cette nouvelle géographie :
  • - Appréhender le bâtiment et la mobilité comme un tout et un couple au centre des enjeux de la ville de demain 
  • - Inventer les nouveaux logements flexibles, accessibles, économiques, et surtout capables de s’adapter tout au long de la vie : co-living/co-working, millenials, seniors ...
  • - S’adapter à l’évolution des usages par la généralisation de la connectivité et l’intégration des nouvelles technologies : voix, IA, 3D... et les nouvelles formes de consommation (points de vente de demain)
  • - Utiliser des solutions renouvelables et non-productrices de déchets : bois et stockage du carbone, biosourcé, économie circulaire
  • - Concevoir les modes constructifs à empreinte carbone réduite ou nulle : Bâtiment 2020, agriculture urbaine et ville verte
  • - Construire plus et industrialiser les processus et optimiser les coûts des grandes étapes de la conception à la maintenance : loi ELAN, préfabrication, BIM, 3D, drones... 
  • - Accompagner la filière et développer les compétences et les conditions de travail des femmes et des hommes : formation, évolution des métiers, sécurité ... 

Et le futur ?
Que ce soit sur Batimat, Idéobain ou Interclima, les innovations seront mises à l’honneur, grâce au  Concours de l'innovation et à des espaces dédiés. Non seulement celles d’aujourd’hui, mais aussi celle de demain et d’après-demain destinées à répondre aux changements de paradigme que pointe Guillaume Loizeaud.
 
Le Hall « 5A/6 » accueillera un nouveau secteur : Construction Tech®. Il rassemblera l’offre la plus large et la plus complète du marché des solutions pour le bâtiment connecté. Ce nouveau secteur, situé dans l’inter-passage des halls 5A et 6, a pour ambition de se mettre au service de l’accélération de l’innovation dans la filière. Il proposera :
·     Un secteur Construction Tech® de 4500 m2
·     Un Démonstrateur Construction Tech ® de 400 m2
·     Un espace démonstration maison3D, robots
·     Une zone de pitch start-up
·     Un espace Collectif Gimélec
·     Un espace d’animation Impulse Partners
·     Un espace SBA R2S 
Ce sera l’occasion de revoir de grands noms de la filière électricité/automatisme qui avaient peu ou prou disparu du Mondial, mais qui reviennent avec d’autres enjeux, que certains d’entre eux avaient pris l’habitude de présenter au CES de Las Vegas.
 
Beaucoup de raison de venir ou de revenir … et de consacrer du temps au salon.
La présentation complète des initiatives du Mondial 2019 prendrait trop de place pour être listée dans un seul article et nous y reviendrons.
 
Mais il en va de même pour la visite et nous ne saurions trop conseiller à tous les professionnels du bâtiment, prescripteurs, artisans … de faire une place début novembre pour le salon dans leur agenda et de prévoir d’y passer plus d’une journée tant l’offre sera large, les possibilités de découvertes nombreuses et le temps pour réfléchir et débattre important.
 
Nos médias prendront aussi toute leur place sur le salon, et Batiweb prépare plusieurs initiatives importantes pendant celui-ci. Nous vous expliquerons ça très bientôt !
Et puisque le salons BATIMAT fêtera ses 60 ans, c’est une belle occasion de l’aider à souffler ses bougies

Régis Bourdot
Images Reed Expo


                       
Faire venir et améliorer l’accueil du visiteur 

Des moyens exceptionnels sont dès aujourd’hui engagés pour faire venir les professionnels du secteur et bien les accueillir. 
 
Pour Batimat, ce sont 3 rames de TGV partant des villes de Bordeaux, Marseille et Lyon et 100 bus au départ des régions qui seront affrétés. À partir des gares de Paris, 200 navettes permettront de rejoindre le parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. 
 
Et pour donner toute son ampleur au nouvel Interclima 
- 50 cars à 3 heures de Paris et 3 TGV (Bordeaux, Marseille et Lyon) seront mis en place pour mobiliser les visiteurs des régions et faire venir, en particulier, les installateurs. 
- Un dispositif de restauration renforcé avec, notamment, un «food court» et un restaurant des régions. 
- Un espace VIP spécifique à Interclima.

Idéobain 
ne sera pas en reste puisque d’importants moyens sont mis en place pour faire venir les professionnels. Parmi ceux-ci, à noter pour la journée du mardi 5 novembre un dispositif spécial pour faciliter l’accès au salon des vendeurs de salles d’exposition et des chefs de cellules chantier, avec des frais de transport offerts. 





Guillaume Loizeaud, directeur du salon
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Mondial du Bâtiment 2019, vers un salon permanent ?

Le Mondial du Bâtiment 2019, vers un salon permanent ?

Guillaume Loizeaud et l’équipe de Reed Expo ont présenté les grandes options des trois salons, Batimat, Interclima et Idéobain qui composent le Mondial du Bâtiment. Et le changement est là où on ne l’attend pas pour un salon, puisque l’événement à l’ambition de devenir permanent ! Regardons comment...
Mondial du Bâtiment : « Il n’y a jamais eu autant d’évènements » pour G. Loizeaud

Mondial du Bâtiment : « Il n’y a jamais eu autant d’évènements » pour G. Loizeaud

Guillaume Loizeaud, directeur du Mondial du Bâtiment, a dressé un premier bilan sur les temps forts de l’édition 2019 et sa fréquentation, avec 284 000 visiteurs en cinq jours. A noter : la hausse du nombre de visiteurs de province et de prescripteurs (+2 points par rapport à 2017). Mais si Idéobain sort la tête de l’eau avec des exposants supplémentaires par rapport à l’édition précédente, Batimat en perd en revanche 90. Point positif : le fort soutien des pouvoirs publics avec la visite de 4 ministres : Julien Denormandie, Emmanuelle Wargon, Brune Poirson, et Agnès Pannier-Runacher.
Mondial du Bâtiment 2015 : un premier bilan positif

Mondial du Bâtiment 2015 : un premier bilan positif

Guillaume Loizeaud, directeur de la division construction de Reed Exposition, et à ce titre patron opérationnel du Mondial du Bâtiment qui réunit les trois salons Batimat, Interclima+Elec et IdeoBain, a livré à la presse, quelques heures avant la fermeture du salon, les grandes tendances de l’édition 2015, qui se tenait à Villepinte pour la deuxième fois.
La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant »

La construction, un secteur « qui n’a jamais été autant innovant »

En juillet dernier, BATIMAT, en partenariat avec le Gimélec, lançait une initiative visant à rassembler tous les acteurs du bâtiment, toute l’année, autour d’une marque fédératrice : Construction Tech®. La marque se décline en une série d’actions dont la mise en place d’un Observatoire en collaboration avec Xerfi. La première étude révèle que la filière construction est en pleine évolution et intègre de plus en plus les nouvelles technologies. Retour sur les chiffres clés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter