Fermer

La FNAIM lance une campagne radio de sensibilisation à la rénovation énergétique

Le 31 mai, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) a lancé une campagne de spots radio afin de sensibiliser les Français à la rénovation énergétique. Un coup de communication qui coïncide avec le débat actuel autour du projet de loi Climat et Résilience. Ce texte prévoit notamment l'interdiction de location des logements les plus énergivores s'ils ne sont pas rénovés avant certaines échéances.
Publié le 02 juin 2021

Partager : 

La FNAIM lance une campagne radio de sensibilisation à la rénovation énergétique - Batiweb

La FNAIM annonce que jusqu’au 18 juin 2021, 75 spots de 15 secondes seront diffusés cinq fois par jour sur les 130 stations indépendantes du groupe “Les Indés Radios”, appartenant au groupe TF1. Chaque station exerce un rayonnement régional, ce qui permettra à la campagne réalisée par la FNAIM de toucher 7,4 millions d’auditeurs quotidiens selon Médiamétrie.

Une diffusion de grande ampleur visant à sensibiliser la population à la rénovation énergétique tout en incitant les pouvoirs publics à la guider dans cette démarche. Pour le président de la FNAIM, Jean-Marc Torrollion, cette campagne doit “démystifier la question de la rénovation énergétique et faire savoir aux Français que les professionnels de l’immobilier adhérents FNAIM sont des experts à leur disposition”.

La fédération et ses adhérents avaient déjà pris des engagements pour une construction plus responsable, notamment celui du lancement de 50 000 chantiers de rénovation en trois ans. Les professionnels de l’immobilier affirment ainsi leur volonté d'accompagner les propriétaires, copropriétaires et les bailleurs dans la rénovation énergétique, dont les obligations devraient se renforcer avec le projet de loi Climat et Résilience.

Ancitiper le projet de loi Climat et Résilience

Adopté par l’Assemblée nationale et bientôt en examen au Sénat, le projet de loi Climat et Résilience comprend des mesures importantes en termes de rénovation énergétique. Parmi elles, l’interdiction de location des logements présentant un diagnostic de performance énergétique (DPE) étiquetté F et G dans les années à venir. Ces derniers, qui représentent environ 1,7 millions de logements, devraient ainsi disparaître du marché locatif d’ici 2028 s'ils ne sont pas rénovés, suivis par les logements étiquettés E, dont le retrait de la location est prévu d’ici 2034.

Face à ce dernier objectif ambitieux, le président de la FNAIM émet des réserves : L’ajout des logements E à si court terme, qui représentent un nouveau quart du parc locatif privé et sur lequel nous devrons avancer en parallèle… Cela accroît la tension pour la filière du bâtiment, avec un risque de démultiplication des coûts pour des bailleurs, alors que l’exigence de performance sera rehaussée”.

Pour la fédération, la rénovation du parc immobilier, bien qu’urgente, nécessite un accompagnement sur le plan juridique, technique mais aussi financier. Afin d’améliorer ce triple dispositif et d'éviter d'aggraver la crise du logement, les solutions sont nombreuses selon la FNAIM.

Réévaluation du plafond du déficit foncier imputable sur le revenu, instauration d’une vente en l’état futur de rénovation énergétique pour contrer le risque de sortie du parc locatif, sortie des logements qui étaient classés F ou G du dispositif d’encadrement expérimental des loyers après rénovation, création d’un Prêt Garanti par l’Etat Copro pour financer la rénovation énergétique, simplification du Plan Pluriannuel de travaux... Autant de propositions pour inciter les particuliers à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Virginie Kroun

Photo de une : Adobe Stock

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.