Pinel et PTZ, quelles évolutions en 2018 ? Législation et règlements | 20.11.17

Partager sur :
Les députés ont voté vendredi en séance le maintien du prêt à taux zéro dans le neuf pendant deux ans supplémentaires pour les communes en zone « B2 » ou « C ». Ils ont par ailleurs adopté un amendement qui maintient également l’avantage fiscal « Pinel » dans ces mêmes zones pour les communes bénéficiant d’un agrément. Détails.
La nouvelle devrait plaire aux primo-accédants et aux investisseurs ! L’Assemblée nationale a voté vendredi le maintien du PTZ dans le neuf et du dispositif Pinel dans certaines zones périurbaines.

Le projet de loi de finances pour 2018 devait supprimer le PTZ dans les zones « B2 » et « C » mais face aux protestations des professionnels de l’immobilier et des maires ruraux, le président de la République, Emmanuel Macron, avait annoncé début octobre qu’il serait finalement maintenu pendant deux ans.

Chose promise, chose faite. Il s’est décidé de maintenir le prêt à taux zéro dans le neuf pendant deux ans supplémentaires pour les communes en zone « B2 » et « C » où le marché immobilier est moins en tension. Néanmoins, la quotité de prêt sera abaissée pour ces zones de 40 à 20% pour 2018 et 2019.

Environ 6 PTZ sur 10 dans l’immobilier neuf bénéficient à des familles vivant dans ces zones périurbaines et rurales. Le PTZ représente un coût annuel de 800 millions d’euros pour l’Etat.

Réaménagement du dispositif Pinel

La séance du 17 novembre a également permis aux députés de réaménager la fin de l’avantage fiscal « Pinel » dans certaines zones peu tendues (« B2 » et « C »).

Pour rappel, le projet de budget 2018 prévoit de proroger pour quatre années, soit jusqu'au 31 décembre 2021, le dispositif Pinel mais, « compte tenu de son coût croissant pour les finances publiques, de le recentrer sur les zones géographiques où la tension entre l'offre et la demande de logements est la plus forte ». Il était ainsi prévu d’exclure les zones « B2 » et « C » du dispositif, une décision contesté par les députés des circonscriptions concernées.

« Afin de préserver la sécurité juridique des opérations immobilières engagées en zone B2 ou C, tant pour les promoteurs que pour les investisseurs », le gouvernement, après deux heures de débat sur différentes dates
« pour éviter des effets d'aubaine », a fait voter un amendement maintenant le bénéfice du dispositif pour ces zones B2 ou C dès lors que les demandes de permis de construire ont été déposées au plus tard le 31 décembre 2017 et à la condition que ces logements soient acquis au plus tard le 31 décembre 2018.

Les communistes et Insoumis se sont, eux, opposés à la prolongation du dispositif Pinel, « qui coûte particulièrement cher », selon le député PCF de l'Allier Jean-Paul Dufrègne. La prolongation de ce dispositif coûtera 59 millions d'euros en 2019, 159 millions d'euros en 2020, 360 millions en 2021 et 566 millions d'euros en 2022.

R.C (Avec AFP)

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le PTZ et la simplification, stars des mesures de relance de la construction

Le PTZ et la simplification, stars des mesures de relance de la construction

Même si le premier ministre à dévoilé à l’avance les mesures de relance de la construction, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires, s'est présentée face à la presse ce mercredi pour détailler la mise en œuvre de mesures pour redonner aux acteurs du bâtiment la confiance nécessaire à une relance durable de la construction. A noter le retour du Prêt à Taux Zéro dans l'ancien, sous conditions, et une volonté de simplifier les normes et la réglementation.
Plus de clarté dans les annonces immobilières

Plus de clarté dans les annonces immobilières

Finies les annonces immobilières qui ‘’oubliaient’’ d’indiquer certaines informations ! À compter du 1er avril, les promoteurs auront l’obligation d’apporter toutes les précisions nécessaires à la location ou à la vente d’un logement, incluant notamment les honoraires, le montant charges comprises ou encore la surface habitable. Tous les détails.
Immobilier : des taux de crédit toujours plus bas !

Immobilier : des taux de crédit toujours plus bas !

Dans sa dernière édition de « La Météo des taux », Cafpi indique que les taux de crédit ont encore baissé en avril et que « le record de 1% » sur 20 ans pourrait être atteint dans les prochaines semaines. Une tendance qui ne bénéficie pas uniquement aux futures acquéreurs mais également aux propriétaires souhaitant effectuer des travaux ou plus simplement renégocier leur crédit en cours.
2015, une année en or pour le logement en Ile-de-France

2015, une année en or pour le logement en Ile-de-France

Selon les chiffres de Fédération des Promoteurs Immobiliers d’Ile de France (FPI), issus de son observatoire immobilier le CAPEM, 2015 a été la meilleure année pour la vente de logements en Ile-de-France depuis quatre ans, preuve d’une confiance retrouvée du côté des investisseurs. Néanmoins, les ventes aux propriétaires occupants ont enregistré un nouveau recul.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter