Au Canada, un béton résistant aux séismes voit le jour Nouveaux produits du BTP | 30.10.17

Partager sur :
L’Université de la Colombie-Britannique (UBC) vient de présenter un nouveau béton renforcé de fibres capable de résister aux tremblements de terre. Plus « solide et malléable », le nouveau matériau, similaire à de l’acier, empêcherait les constructions de s’effondrer en cas de forts séismes. Il sera utilisé pour la première fois cet automne dans le cadre de la modernisation d’une école primaire de Vancouver. Détails.
Des chercheurs de l’UBC à Vancouver (Canada) ont annoncé avoir développé un béton « résistant » aux tremblements de terre. Plus « solide et malléable », le matériau a été renforcé de fibres et se veut similaire à l’acier. En cas de forts séismes, l’élasticité du EDCC fait en sorte que le bâtiment se déforme et accompagne le mouvement évitant ainsi qu’il s’effondre.

Des tests ont été réalisés en laboratoire. « Nous avons pulvérisé un certain nombre de murs avec une couche d’EDCC de 10 millimètres d’épaisseur, une quantité suffisante pour renforcer des murs intérieurs contre les chocs sismiques », explique Salman Soleimani-Dashtaki, doctorant au département de génie civil de l'Université de la Colombie-Britannique.

Les murs ont ensuite été soumis à des tremblements de terre de magnitude 9 sur l’échelle de Richter « et nous ne pouvions pas les briser », ajoute-t-il. L’enduit permettrait ainsi d’améliorer considérablement « la résistance aux séismes lorsqu’il est appliqué comme un revêtement mince sur les surfaces ».

Alors que de nombreux pays sont situés en zones sismiques, l’innovation se présente comme une réelle opportunité, notamment en ce qui concerne les bâtiments existants qui ne répondent pas aux normes. Financé par IC-IMPACTS, « cette technologie a un impact considérable et pourrait sauver la vie (…) des citoyens du monde entier », a déclaré la ministre de l'Enseignement supérieur, des Compétences et de la Formation, Melanie Mark.

Réduire l’impact environnemental

EDCC se veut un matériau « écologique et durable », assure Nemy Banthia, professeur de génie civil de l’UBC, qui a supervisé les travaux. Le composite combine du ciment avec des fibres à base de polymères, de cendres volantes et d’autres additifs industriels.

« En remplaçant près de 70% du ciment par des cendres volantes, un sous-produit industriel, nous pouvons réduire la quantité de ciment utilisée », explique-t-elle. « Il s'agit d'une exigence urgente, car une tonne de production de ciment libère près d'une tonne de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, et l'industrie du ciment produit près de 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre », poursuit-elle.

Le nouveau béton sera utilisé pour la première fois cet automne dans le cadre de la rénovation d’une école primaire de Vancouver. EDCC sera également mis à disposition dans le cadre de la rénovation d’une école à Roorkee dans l’Uttarakhand, une zone très sismique du nord de l’Inde (pour rappel le Centre d’excellence et de recherche IC-Impacts, fait la promotion de la collaboration en matière de recherche entre le Canada et l’Inde).

Parmi les autres applications du matériau : les trottoirs, les plateformes en mer, les planchers industriels ou encore les structures résistantes aux explosions. « Cette technologie attire de plus en plus d'attention en Inde et procurera à nos entreprises canadiennes un avantage concurrentiel sur le marché mondial des infrastructures en pleine croissance », conclut M. Banthia.



Rose Colombel
Photo de une : ©UBC
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un béton « plus vert » grâce au graphène - Batiweb

Un béton « plus vert » grâce au graphène

Des experts de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont développé un béton « plus vert » en utilisant du graphène. Baptisé GraphCrete, le nouveau matériau composite est deux fois plus fort et quatre fois plus résistant à l’eau que les bétons existants. Autre avantage : sa production aurait moins d’impact sur l’environnement. L’innovation pourrait ainsi venir révolutionner le secteur de la construction et contribuer au développement de villes plus durables. Précisions.
Le projet Recybéton démontre la faisabilité industrielle du recyclage du béton - Batiweb

Le projet Recybéton démontre la faisabilité industrielle du recyclage du béton

Après trois ans de travaux, les professionnels du BTP engagés dans le projet national Recybéton affirment que le recyclage du béton issu de la démolition, pour le réutiliser dans la formulation de nouveaux bétons de construction est possible à une échelle industrielle. Si les expériences menées sont probantes, il reste à convaincre les professionnels de se lancer dans ce recyclage. L'enjeu est de taille, 20 millions de tonnes de béton de déconstruction attendent d'être valorisées.
Petite ode au béton signée de "l'inventeur" du ciment - Batiweb

Petite ode au béton signée de "l'inventeur" du ciment

Mélange de ciment, de granulats, d’eau et d’adjuvants, le béton est un matériau rustique mais complexe, exigeant un matériel de fabrication performant. Depuis l’invention du ciment artificiel en 1817 par Louis Vicat, le béton a démontré ses atouts.
A la découverte des métiers de l’industrie cimentière - Batiweb

A la découverte des métiers de l’industrie cimentière

Du 26 mars au 1er avril 2018 se déroulera la Semaine de l’Industrie. A cette occasion, le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière (SFIC) et l’Ecole Française du Béton (EFB) vous invitent à découvrir les métiers du secteur. Pour ce faire, les partenaires lancent un outil pédagogique interactif s’appuyant sur des témoignages vidéo et autres fiches pratiques. Pour rappel, l’industrie cimentière emploie plus de 5 000 personnes en France.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter