France Energie choisit un fluide écologique et ininflammable pour ses pompes à chaleur Nouveaux produits du BTP | 06.03.19

Partager sur :
C’est une belle innovation que France Energie a récemment lancée en partenariat avec l’Ademe. La filiale du groupe Muller a en effet annoncé ce 6 mars, par voie de communiqué, le développement d’un nouveau fluide écologique et non inflammable pouvant être utilisé par les pompes à chaleur. Les détails sur ce composant particulièrement prometteur.

Alors que la pompe à chaleur est toujours le mode de chauffage préféré des Français, le spécialiste du marché France Energie a présenté ce 6 mars le fruit de son partenariat de 2 ans avec l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Cette collaboration et les réflexions qui en découlent ont permis aux équipes de R&D de l’industriel d’apprécier les performances du fluide R513-A, adopté par France Energie sous le nom commercial SLO 5.0.

Ses atouts ? Il présente un Pouvoir de réchauffement global (PRG) de 573 (contre 2 500 pour le seuil européen), est non inflammable et dispose d’un faible impact écologique. Il répond ainsi parfaitement aux réglementations en vigueur concernant les Établissements recevant du public (ERP).

« Depuis 1987, nous avons toujours proposé des solutions en avance sur les réglementations. Notre nouveau fluide va changer la donne à la fois en matière d’impact écologique et de sécurité incendie grâce à sa classification. Nos clients pourront l’utiliser dans tous les types de bâtiment et ce sans aucun risque. C’est une vraie avancée pour les produits France Energie », explique Henri Marraché, directeur général de la société.

En intégrant le SLO 5.0 à ses équipements, France Energie est aujourd’hui « le premier et l’unique fabricant de pompes à chaleur individuelles utilisant [ce] nouveau fluide réfrigérant non inflammable et à faible impact écologique », selon l’entreprise elle-même.

Pour rappel, le développement de cette innovation fait suite à la victoire, en 2015, de France Energie à un appel à projets de l’Ademe. Cette distinction lui avait permis de conduire de longues études relatives à l’utilisation des fluides réfrigérants par les pompes à chaleur, aux impacts écologiques et au risque d’inflammabilité.

F.C

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

BDR Thermea France accompagne les entreprises artisanales du bâtiment

BDR Thermea France accompagne les entreprises artisanales du bâtiment

Le 30 novembre dernier, la Capeb et BDR Therma France ont signé un accord de partenariat visant à renforcer l’expertise des chefs d’entreprises artisanales du bâtiment en matière de confort thermique de l’habitat. Parmi les actions prévues, une formation continue et évolutive, un dialogue commun, direct et régulier avec les artisans et le déploiement de nouveaux produits et solutions pour les marques Chappée, De Dietrich et Oertli.
La Capeb et Watts partenaires pour favoriser l’innovation en plomberie-chauffage

La Capeb et Watts partenaires pour favoriser l’innovation en plomberie-chauffage

C’est pour accompagner les plombiers-chauffagistes et favoriser l’innovation que la Capeb, via sa filiale Béranger Développement, et la société Watts, ont conclu un accord de partenariat. Alors que les exigences et les attentes en matière de sécurité et de confort évoluent, cette collaboration doit permettre aux professionnels du secteur de proposer des solutions de plomberie toujours plus performantes à leurs clients.
Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

En février 2015, Edycem et Centrale Nantes ont signé la Chaire internationale de recherche et d’enseignement des « bétons innovants pour de nouvelles applications ». D’une durée de cinq ans, elle vise notamment à moderniser la formulation des matériaux cimentaires et à améliorer leur bilan énergétique. Ce mardi, le partenariat a franchi une nouvelle étape : les deux premières thèses de doctorat ont été soutenues. Précisions.
Une PAC et une démarche très originales pour un immeuble restructuré

Une PAC et une démarche très originales pour un immeuble restructuré

En 2002 la SCOR a racheté à la SNCF le grand immeuble de bureau situé à Paris, à l’angle de la place de Budapest, face à la gare Saint-Lazare. Celui-ci, conçu au début des années 80, nécessitait une restructuration lourde qui a été confiée aux architectes Anthony Béchu et François Leclerc et à Bouygues Immobilier, assisté d’INGEROP pour la MOE. Problème, il fallait résoudre le problème du traitement de l’air et du confort thermique avec une hauteur sous plafond très faible.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter