Fermer

Quand la rénovation des bâtiments et des routes fait appel à l’intelligence artificielle

Et si l’intelligence artificielle pouvait servir à améliorer l’empreinte environnementale des projets de rénovation ? C’est le pari que s’est lancé le consortium franco-allemand, RenovAIte, dont fait notamment partie Leonard, la plateforme de prospective et d’innovation du groupe Vinci. Son objectif ? Diminuer l’empreinte carbone lors de la rénovation des bâtiments et des routes, et ce grâce à l’intelligence artificielle.
Publié le 12 avril 2022

Partager : 

Quand la rénovation des bâtiments et des routes fait appel à l’intelligence artificielle - Batiweb

Prenez le mot « rénover » en anglais et rajoutez lui « AI » pour intelligence artificielle (Artificial Intelligence), et vous obtenez RenovAIte. Issu d’une collaboration franco-allemande, le consortium a répondu à l’appel à projets « L’IA pour la prévention des risques, la gestion des crises et la résilience », porté par les ministères français et allemand de l’Économie, Bpifrance et DLR. RenovAIte souhaite, comme son nom l’indique, mettre à contribution les technologies de l’Intelligence Artificielle (AI), afin d’améliorer l’empreinte et la performance environnementale des projets de rénovation sur le long terme.

 

Un projet en plusieurs étapes

 

Alors qu’aujourd’hui 17 % des logements du parc immobilier français sont considérés comme très énergivores, le projet RenvoAIte affiche de très belles ambitions. « On veut commencer par s’attaquer à la rénovation des logements, car elle a de réels enjeux d’énergie, de confort et de résilience climatique. Mais on s’intéresse également à la rénovation des routes et, de manière générale, à l’ensemble des infrastructures qui sont très consommatrices en matières premières », explique Quentin Panissod, responsable de projets d’intelligence artificielle chez Leonard, la plateforme d’innovation du groupe Vinci. 

RenovAIte s’articulera autour de plusieurs étapes, qui seront marquées par le développement de trois outils majeurs. Tout d’abord, Leonard travaille sur un logiciel qui servira à traiter une grande masse de données, dans le but de générer des plans optimisés et résilients de rénovation. Ce logiciel sera avant tout un outil d’aide à la décision pour les financeurs et les bailleurs, du type Action Logement par exemple.

Ensuite, la plateforme du groupe Vinci souhaite développer un algorithme de l’IA, qui aura comme rôle d’extraire des informations, des scans ou des photos, et plus largement d’agréger toutes les données qui existent déjà sur un bâtiment, notamment pour tous ceux qui ne disposent pas de maquette numérique (BIM).

Le dernier outil que Léonard souhaite mettre en place est un diagnostic de performance des bâtiments, afin de pouvoir faire une conception des choix de travaux de rénovation optimisés pour un bâtiment donné. Ce diagnostic a pour avantage de prendre en compte l’ensemble des enjeux de rénovation, comme les données climatiques, économiques ou encore l’empreinte environnementale du bâtiment en question. Ainsi, il s’agit ici de faire une rénovation globale et plus précise, plutôt qu’un simple changement de chaudière, comme peut le proposer l’aide gouvernementale MaPrimeRenov’.

 

S'adapter pour mieux s'exporter

 

RenovAIte compte au total huit technologies d’IA différentes, qui auront toutes un impact direct ou indirect sur des indicateurs, tels que la performance énergétique des logements, les gains de consommation des routes, l’adaptation aux risques climatiques des opérations, mais aussi la durabilité des nouvelles opérations de rénovation, comparé aux autres projets précédemment réalisés. « Notre ambition est d’aller chercher un outil qui va permettre de faire gagner peut-être un, deux, ou trois millièmes de l’énergie nationale, mais tout ça dépendra des travaux des prochaines années. Si le projet fonctionne, on essaiera de diffuser ces technologies au-delà de la France et de l’Allemagne, voire dans toute l’Europe » souligne Quentin Panissod.

Le projet RenovAIte compte d’ores et déjà quatre sites d’expérimentation très clairement identifiés pour la rénovation de logements. Les sites d’Action Logement à Valenton et Garges-lès-Gonesse, en Île-de-France, mais aussi Saint-André à La Réunion ou encore Mayotte ont été choisis. Ces emplacements ont pour avantage d’avoir différentes configurations, différents modèles de maquettes numériques, mais surtout des conditions sociales et climatiques extrêmement différentes, en particulier pour La Réunion et Mayotte.

Ces quatre sites vont permettre à RenovAIte de construire une base généraliste et donc de créer des outils qui seront applicables au plus grand nombre de situations et de projets de rénovation de logements. En ce qui concerne la rénovation des routes, le projet dispose de terrains d’expérimentation en France et en Allemagne.

Bien que RenovAIte ne dispose pas de site internet pour l’instant, le consortium développe actuellement un portail qui rendra visible toutes les sources de données et les services de l’IA, dans le but d’améliorer les performances environnementales des acteurs de la rénovation.

 

Robin Schmidt

Photo de Une : Adobe Stock

Par Robin Schmidt

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.