Fermer

Sur les chantiers des JO Paris 2024, la menace inflationniste plane…

Beau sur le papier, le vaste chantier des Jeux Olympiques de Paris 2024 connaît cependant quelques ombres au tableau. La dernière année en date ? L’inflation des prix des matériaux, impactant la stabilité financière des travaux, alors qu’une revue à la hausse du budget avait déjà eu lieu en juillet dernier. Les précisions de Nicolas Ferrand, directeur général de la Solideo, auditionné mercredi 16 février par l’Assemblée nationale.
Publié le 21 février 2022

Partager : 

Sur les chantiers des JO Paris 2024, la menace inflationniste plane… - Batiweb

Ce n’est pas une nouvelle : les pénuries de matières premières continuent de peser sur les chantiers. Et aucun chantier ne semble y échapper, pas même un d’aussi grande ampleur que celui des Jeux Olympiques de Paris 2024. À en croire la société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), les travaux sont impactés. « J'aimerais que les chantiers de la Solideo ne soient pas impactés, malheureusement ils le sont », a souligné Nicolas Ferrand, son directeur général, auditionné mercredi 16 février par un groupe de travail de l'Assemblée nationale. 

 

D’1,38 milliard à 1,55 milliard d'euros d’argent public 

 

« J'insiste, hors inflation, il n'y a pas de dérive, il n'y a pas d'éléments en plus, pas d'éléphant blanc, les évolutions de maquette sont exclusivement liées à l'inflation », abonde le directeur général de la Solideo. Le phénomène a déjà déclenché une revue à la hausse de la part d’argent public dans le vaste projet, courant juillet dernier, plus précisément de 175 millions d’euros. Ainsi, la portion montait d’1,38 milliard à 1,55 milliard d'euros, sur un budget total de 4 milliards en euros courants – c’est-à-dire majorés face à l’inflation.

Selon Nicolas Ferrand, la Solideo est en train d’initier un travail :« évaluer l'impact effectif de l'évolution de ces indices sur chacun des chantiers pour les dépenses futures et de voir si on tient toujours avec l'actualisation de la maquette, ou s'il faut revenir dessus ». 

De la construction du Village des athlètes, à la rénovation des gymnases, échangeurs ou ponts routiers, c’est une soixantaine d’ouvrages concernés par l’inflation. Le dernier en date évoqué par la Solideo à la presse : le lancement du chantier du Village des Médias, à Dugny (93), marqué par le montage de ses grues vers la mi-janvier. 

Mais un chantier à venir préoccupe particulièrement la Solideo : le raccordement de Bercy au réseau de froid de la ville de Paris, « un sujet indispensable pour les Jeux » souligne Nicolas Ferrand. « Aujourd'hui Bercy n'enchaîne pas plusieurs compétitions dans la même journée et ne fonctionne pas au mois d'août », commente-t-il.

« On est en train de travailler avec la Ville de Paris pour bien cadrer les montants financiers, qui sont en jeu autour de 5 millions d'euros », ajoute-t-il par ailleurs. Reste à savoir comment les élus de la capitale accueilleront ce recalibrage financier, alors que le 10 février, les écologistes critiquaient de nouveau le poids des JO de Paris 2024 sur les finances de la ville.

La grogne ne faiblit donc pas envers la maire PS de Paris Anne Hidalgo, aussi présidente de la Solideo. Et ce alors que d’autres projets lui attirent les foudres, notamment la construction de la tour Triangle, lancée ce mois-ci.

 

Virginie Kroun
Photo de Une : Adobe Stock
 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.