2018, une année difficile pour la construction de logements Vie des sociétés | 28.01.19

Partager sur :
2018, une année difficile pour la construction de logements
Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.
Les mauvais résultats affichés par le marché de la construction de logements en novembre 2018 auront largement pesé sur l’activité de cette fin d’année.

Au cours du dernier trimestre, les mises en chantier ont encore chuté de -5,9% par rapport aux trois mois précédents. Le collectif a été tout particulièrement touché, affichant une baisse de -8,1% (après -5,8%), alors que le ralentissement observé sur l’individuel tendait à se stabiliser (-2,8%).

Du côté des autorisations à la construction, le constat n’était guère plus glorieux. Si l’individuel a été particulièrement dynamique au cours du dernier trimestre (+4,8% après +1,9%), le collectif a continué de tirer l’activité vers le bas (-5,3% après -5,2%). En conséquence, les autorisations fléchissent, à -1,3%.

Des chiffres en baisse quasi-constante depuis janvier

Les résultats du quatrième trimestre ne sont finalement qu’une représentation de la tendance annuelle. En effet, 398 100 logements ont été mis en chantier en 2018, soit un recul de -7,0%. Là encore, l’individuel s’en sort légèrement mieux que le collectif, affichant tout de même une baisse de -4,5% (-4,8% pour l’individuel pur et -3,8% pour le groupé). Le collectif, quant à lui, dégringole de -8,7%, allant même jusqu’à -20,3% pour les logements en résidence.

Dans le même temps, 460 500 biens ont été autorisés à la construction (-7,1%). Ainsi, de janvier à décembre, les permis pour les logements individuels ont diminué de -6,5%, malgré une légère hausse dans l’individuel groupé (+1,9%). Le collectif est encore une fois mis à mal : -7,5%, dont -6,9% pour les logements collectifs ordinaires et -11,8% pour les biens en résidence.

Le gouvernement ajoute enfin que le taux d’annulation moyen sur les trois derniers mois à fin décembre est de 11,4% dans l’individuel et de 27,3% dans le collectif. Le délai moyen d’ouverture de chantier s’établit quant à lui à 5,4 mois dans l’individuel et de 11,6 mois dans le collectif.
                       
Non-résidentiel : moins d’autorisations, mais plus de mises en chantier

Le non-résidentiel, qui avait limité la casse tant bien que mal au cours des douze derniers mois, n’est malheureusement pas parvenu à se maintenir à ses niveaux de 2017. 39,4 millions de m2 de locaux ont été autorisés à la construction (-3,0%), un repli qui se fait particulièrement ressentir pour les locaux commerciaux (-25,1%) et l’hébergement hôtelier (-7,0%). Par ailleurs, les mises en chantier concernent 26,5 millions de m2 (+2,1%), portées par les bureaux (+14,5%), les locaux du service public ou d’intérêt collectif (+9,4%) et les exploitations agricoles et forestières (+8,0%).
 

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Comme annoncé en décembre dernier par la Fédération française du bâtiment (FFB), l’année 2019 devrait être marquée par « la fin d’un cycle de croissance » dans la construction. Les derniers chiffres ministériels viennent confirmer une tendance désormais bien engagée : alors que les permis de construire sont restés stables entre septembre et novembre 2018, les mises en chantier ont accéléré leur chute. Détails.
Construction : le dynamisme du non-résidentiel peine à compenser la baisse des logements

Construction : le dynamisme du non-résidentiel peine à compenser la baisse des logements

La conjoncture est toujours aussi mitigée sur le secteur de la construction ! En effet, si tous les voyants sont au vert du côté du non-résidentiel, les logements, eux, ne parviennent toujours pas à remonter la pente. De février à avril, les mises en chantier ont en effet baissé de -7,8% par rapport au trimestre précédent. En parallèle, les autorisations de logements ont légèrement progressé, à hauteur de 1,6%. Le point.
Bilan difficile pour le secteur de la construction

Bilan difficile pour le secteur de la construction

Et ce qui devait arriver arriva ! Depuis le début de l’année, le secteur de la construction était parvenu tant bien que mal à se maintenir à un niveau convenable. Pourtant, l’activité s’est nettement dégradée de mars à mai 2018, avec une chute des autorisations et des mises en chantier de logements (respectivement -3,9% et -6,9%). Cette fois, même le non résidentiel ne parvient pas à sauver ce qui peut l’être, avec un recul des autorisations délivrées à hauteur de -5,1%
Conjoncture du secteur de la construction : la dégringolade se poursuit

Conjoncture du secteur de la construction : la dégringolade se poursuit

La période estivale n’aura manifestement pas profité au secteur de la construction, dont les chiffres ont encore baissé à fin juillet 2018. Selon le ministère de la Cohésion des territoires, 474 800 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois (-4,5%), tandis que 421 400 biens ont été mis en chantier (+3,4%). Par chance, sur un an, les indicateurs relatifs au non-résidentiel se maintiennent à un niveau élevé. Le point.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter