Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018 Vie des sociétés | 18.10.18

Partager sur :
Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018
La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) a dévoilé, ce jeudi 18 octobre, les chiffres de l’activité du secteur au 3e trimestre 2018. Des résultats en baisse par rapport au 2e trimestre, qui inquiètent Patrick Liébus, le Président de la CAPEB. Ce dernier regrette les restrictions du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et en appelle aux pouvoirs publics.
Bien que le 3e trimestre 2018 enregistre une croissance stable de +2,5% en volume par rapport à l’année dernière, ce 3e trimestre se révèle moins vigoureux que le 2e trimestre 2018, avec seulement +2,5% de croissance, contre +3,5% au 2e trimestre.

Un bilan mitigé

La construction neuve montre notamment un net ralentissement de sa croissance par rapport au trimestre précédent, passant de +6,5% au 2e trimestre 2018 à +4%. La rénovation se maintient mieux mais les travaux d’Amélioration de la Performance Energétique des Logements (APEL) affichent un essoufflement inquiétant, lié au rabotage du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE).

Dans l’ancien, le volume des travaux de performance énergétique ralentit par rapport au même trimestre de l’année précédente. Pour la première fois depuis 8 ans, ce type de travaux enregistre une croissance inférieure à l’activité d’entretien-rénovation. En revanche, cette dernière affiche une croissance plus dynamique qu’aux précédents trimestres avec +1,5%.

Le nombre de permis de construire est quant à lui en baisse (-5%), ce qui induira un recul des mises en chantier dans les prochains mois. Pour autant, les mises en chantier de logement connaissent une légère hausse fin 2018 par rapport à l’année précédente, avec +3%. Malgré des conditions de crédit encore très attractives, la construction neuve commence à subir les contrecoups des mesures gouvernementales prises en début d’année (PTZ, réforme du modèle HLM, etc.).

Les carnets de commande continuent également de diminuer : 80 jours de travail, c’est 10 jours de moins que l’année précédente. A noter que l’exclusion des fenêtres du champ du CITE provoque une dégradation nette des carnets de commandes pour les menuiseries.

La réaction du Président de la CAPEB

« Sans surprise, les mesures engagées par le Gouvernement, particulièrement les restrictions du CITE, ont un effet délétère sur notre activité. Les travaux d’amélioration énergétique des logements accusent un net ralentissement de l’activité mais aussi une baisse de leurs carnets de commandes. Ce ralentissement laisse présager une année 2019 beaucoup moins dynamique. Nous ne pouvons qu’être inquiets pour la suite si rien ne change ! Nous attendons donc des pouvoirs publics des mesures stables et d’envergure pour soutenir l’activité et favoriser les travaux de performance énergétique », réagit Patrick Liébus, Président de la CAPEB.

Une activité qui reste homogène sur l’ensemble du territoire

Malgré une baisse globale de la croissance de l’artisanat du bâtiment ce trimestre, l’emploi salarié dans les entreprises de moins de 20 salariés du BTP continue de progresser, avec une croissance de 1,2% par rapport à l’année précédente.

L’ensemble des corps de métiers bénéficie d’une hausse de l’activité ce trimestre, notamment la couverture-plomberie-chauffage, avec une croissance de 3,5%, et l’aménagement-décoration-plâtrerie, avec +1,5%.

Du point de vue de la répartition territoriale, l’activité est plutôt homogène et en hausse sur l’ensemble du territoire, mais particulièrement importante dans les régions de l’Ouest et du Sud de la France, avec un record pour les Pays de la Loire (+3,5%). Ce dynamisme est toutefois moins net qu’au 2e trimestre, où certaines régions, comme Auvergne-Rhône-Alpes, affichaient une croissance allant jusqu’à +5%.

C.L.
Photo de Une : © CAPEB

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Malgré une activité en hausse, l’artisanat du bâtiment craint la fin 2018

Malgré une activité en hausse, l’artisanat du bâtiment craint la fin 2018

Les entreprises artisanales du bâtiment enregistrent, au 2e trimestre 2018, une croissance plus importante qu’en début d’année, annonce la Capeb. Entre avril et juin, l’activité du secteur a en effet progressé de 3,5% par rapport à la même période de 2017. Mais si le marché fait preuve de dynamisme, Patrick Liébus appelle à la vigilance. La baisse des mises en chantier et des autorisations pourrait bien impacter l’activité dans les mois à venir.
L’artisanat du bâtiment poursuit sa dynamique positive

L’artisanat du bâtiment poursuit sa dynamique positive

L’activité des entreprises artisanales du bâtiment s’est consolidée au 3e trimestre 2016 et a même enregistré une progression globale de 2%, a annoncé la Capeb. L’amélioration de la construction neuve s’accélère (+ 3%) et porte cette dynamique. Dans ce contexte les besoins en trésorerie s’améliorent et les carnets de commande s’étoffent. Mais si les perspectives sont bonnes, l’emploi est toujours menacé et continue de baisser (- 0,2% sur un an).
Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Comme annoncé en décembre dernier par la Fédération française du bâtiment (FFB), l’année 2019 devrait être marquée par « la fin d’un cycle de croissance » dans la construction. Les derniers chiffres ministériels viennent confirmer une tendance désormais bien engagée : alors que les permis de construire sont restés stables entre septembre et novembre 2018, les mises en chantier ont accéléré leur chute. Détails.
La hausse d’activité dans l’artisanat du bâtiment pousse au recrutement

La hausse d’activité dans l’artisanat du bâtiment pousse au recrutement

Cette fois, même les plus sceptiques devront bien le reconnaître : la reprise du BTP est bel et bien là, et ce ne sont pas les dernières observations de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) qui diront le contraire ! L’organisme a révélé ce 19 juillet que l’artisanat est de nouveau prêt à embaucher, porté par une activité qui ne cesse de croître. De bon augure pour les entreprises concernées.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter