PLF 2019 : la Capeb présente ses propositions en faveur du CITE Vie des sociétés | 04.10.18

Partager sur :
La présentation du projet de loi de Finances 2019 le 24 septembre dernier avait soulevé bien des interrogations, notamment au sujet de la réduction du budget global du CITE. De quoi provoquer l’indignation de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), dont le président Patrick Liébus a rencontré le rapporteur général de la Commission des Finances Joël Giraud afin de lui soumettre plusieurs propositions visant à recalibrer le CITE.
Le projet de loi de finances 2019 est décidément loin de faire l’unanimité ! Les professionnels du BTP, en particulier, ont matière à s’inquiéter. Le budget du ministère de la Cohésion des territoires devrait en effet baisser de 1,1 milliards d’euros.

Un montant important rendu possible par les nombreuses économies envisagées par le gouvernement. Ainsi, outre la baisse des Aides personnalisées au logement (APL), l’État prévoit de diminuer le budget global alloué au Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), allant même jusqu’à le diviser par deux selon le collectif Rénovons !.

Si la Fédération française du bâtiment (FFB) s’était déjà plainte de la « valse-hésitation sur les aides » au logement, c’est plus récemment la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) qui a fait part de ses désillusions sur le sujet.

« Comment atteindre les objectifs en matière de rénovation énergétique alors que le budget alloué au CITE a diminué de plus de la moitié comparé au 1,7 milliard dépensés en 2017 et 2016 et de moitié par rapport au 1,6 milliard du PLF 2018 ? », s’interroge Patrick Liébus, président de l’organisme.

Plus de moyens pour plus de rénovations

Dans ce contexte, ce dernier a eu l’occasion d’échanger ce 3 octobre avec le rapporteur général de la Commission des Finances Joël Giraud « afin que le gouvernement s’engage d’une part à renforcer les aides aux particuliers et d’autre part à les stabiliser sur la totalité de sa mandature ».

La Capeb a ainsi émis quatre propositions, à commencer par « réhausser les crédits affectés au CITE à hauteur de 1,2 milliard », contre les 800 millions d’euros envisagés actuellement. Par ailleurs, le syndicat espère également que de nouveaux moyens seront mis en œuvre dans le but d’inciter les particuliers à réaliser des travaux de rénovation performants.

Pour ce faire, la Capeb recommande notamment d’offrir aux ménages un diagnostic énergétique une fois les travaux effectués. Cette initiative pourrait d’ailleurs être financée par les Certificats d’économie d’énergie (CEE) plutôt que par le CITE comme c’est le cas actuellement. L’organisme professionnel propose également de déplafonner le montant de crédit d’impôt, qui pourrait passer de 16 000 à 24 000 euros pour un couple, ou de 8 000 à 16 000 euros pour une personne seule. L’objectif évident : « inciter à la réalisation de travaux complémentaires ».

« La rénovation énergétique des logements est une priorité absolue », scande Patrick Liébus. « Le gouvernement en a conscience et vient d’ailleurs de lancer une campagne intitulée ‘’FAIRE’’ dont l’objectif est d’inciter les particuliers à réaliser les travaux nécessaires. Alors pourquoi les inciter à se lancer dans ces travaux et dans le même temps raboter le CITE ? J’appelle le gouvernement à plus de cohérence pour relever ce défi majeur pour notre société. » Le message est passé !

F.C
Photo de Une : @capeb_fr (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

CITE : les députés disent « non » à la réintégration des fenêtres

CITE : les députés disent « non » à la réintégration des fenêtres

Dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi de finances pour 2019, les députés ont voté un amendement qui étend le CITE… mais sans aller jusqu’à le rétablir pour les menuiseries. Malgré la décision, pas question de baisser les bras. Marjolaine Meynier-Millefert, députée LREM et co-présidente du comité de pilotage du plan de rénovation énergétique des bâtiments, compte bien défendre la réintégration des fenêtres au dispositif en 2e lecture et au Sénat.
La réforme du CITE « manque de cohérence »

La réforme du CITE « manque de cohérence »

En fin de semaine dernière, le gouvernement a dévoilé les contours de la future prime qui viendra remplacer le CITE en 2020. La réforme a suscité l’inquiétude des professionnels du bâtiment qui alertent sur « le manque de cohérence » entre le nouveau dispositif et les objectifs de rénovation énergétique. Retrouvez ici les arguments de la Capeb et de l’AIMCC.
Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

En juin dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait une remise à plat des aides à la rénovation énergétique des bâtiments. Il confirmait notamment la transformation du CITE en une aide « plus massive ». Deux mois plus tard, où en est-on ? Le montant de la prime, les modalités d’attribution et le périmètre des travaux font l’objet d’une concertation, précise le ministère de la transition écologique. Il faudra donc encore patienter pour connaître les contours du nouveau dispositif.
Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Alors que le gouvernement s’apprête à transformer le CITE en prime en 2020, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a salué la volonté de favoriser la réalisation de travaux de rénovation énergétique auprès des ménages les plus modestes, mais elle regrette la complexité du futur dispositif et le manque de lisibilité pour les foyers et les entreprises artisanales. Le point sur ses recommandations.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter