Avenir incertain pour les constructeurs et aménageurs Vie des sociétés | 08.02.18

Partager sur :
Il était temps pour les constructeurs et aménageurs que 2017 se termine ! D’après LCA-FFB, qui représente la profession, les deux derniers mois de l’année ont en effet été marqués par des niveaux d’activité « exceptionnellement bas ». Si cela ne devrait pas constituer la tendance des douze mois à venir, selon le président Patrick Vandromme, l’organisme a néanmoins fait part de ses « perspectives contrastées ». Les détails.
Les élections présidentielles et les perturbations liées à certaines annonces gouvernementales (dont la réduction de certaines aides) n’auront pas été sans conséquences sur l’activité des constructeurs et aménageurs en 2017.

En effet, selon LCA-FFB, l’union des professionnels du secteur, 135 000 maisons individuelles ont été vendues l’année dernière, soit 1% de plus qu’en 2016. Le rythme de croissance est ainsi beaucoup moins intense que les années précédentes (+13,7% en 2015, +19,5% en 2016).

« Les deux derniers mois de 2017 étaient exceptionnellement bas », rappelle Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, qui, malgré tout, « ne pense pas que cela constitue le trend de 2018 ». L'année est pourtant loin d’avoir commencé sur les chapeaux de roue : « On va faire un mauvais mois de janvier », concède le président de Maisons France Confort.

Une baisse à prévoir en 2018

C’est donc un exercice mitigé que devraient connaître les constructeurs et aménageurs. Certes, les taux des crédits immobiliers devraient rester à un niveau favorable dans les douze mois à venir, mais la diminution de quotité du PTZ et la suppression de l’APL Accession n’ont rien de rassurant. D’autant que le logement ne semble pas être « la priorité du gouvernement », comme le note Patrick Vandromme.

« Tous ces éléments nous font redouter une baisse des ventes brutes dans une fourchette de 8 à 10% », prévoit le président de LCA-FFB. Une « baisse sensible des ouvertures de chantiers fin 2018 » est également envisagée. Par ailleurs, le chiffre d’affaires des professionnels du secteur devrait rester positif jusqu’à septembre avant d’afficher une diminution au 4e trimestre.

La tendance suit du côté de la promotion immobilière, qui devrait afficher un taux de croissance dynamique en début d’année, avant une chute des ventes au 3e trimestre. « Les permis de construire en collectif ont d’ailleurs commencé à diminuer au dernier trimestre 2017 », constate LCA-FFB.

Une forte implication dans le projet de loi ELAN

Dans ce contexte, l’union réclame bien entendu le rétablissement de l’APL Accession dans le cadre de la future loi logement (ELAN). « On voit que les aides au logement (…) jouent de façon sensible » sur l’activité du secteur, indique Patrick Vandromme.

Ayant participé activement à la conférence de consensus portant sur la loi logement, les constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment ont également proposé plusieurs mesures visant à faciliter les démarches urbaines et foncières. L’organisme espère notamment que la prolongation du délai d’instruction suite à une demande illégale de pièces complémentaires pour un permis de construire soit supprimée.

De même, LCA-FFB milite pour que le travail de simplification se poursuive, en supprimant l’obligation d’installer une cheminée dans l’individuel neuf, en reprenant intégralement le zonage sismique et en harmonisant les différentes réglementations. De même, une réécriture du Code de la construction et de l’habitation semble plus que jamais nécessaire.

Enfin, l’organisme suggère une meilleure adaptation du zonage des aides au logement « au plus près des besoins, comme prévu par la loi à rythme triennal ». Autant de propositions dont on saura bientôt si elles ont été retenues, la conférence de consensus ayant pris fin ce jeudi au Sénat.

Fabien Carré
Photo de Une : ©FC/Légende : Dominique Duperret, délégué général LCA-FFB, et Patrick Vandromme, président LCA-FFB (de g. à d.)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
Bilan 2017 : tous les voyants sont au vert pour Saint-Gobain

Bilan 2017 : tous les voyants sont au vert pour Saint-Gobain

Le Groupe Saint-Gobain a fini 2017 en beauté ! À tel point que le quatrième trimestre a permis à l’industriel d’enregistrer une croissance de son activité à hauteur de 6,5%, permettant finalement au chiffre d’affaires annuel de progresser de 4,7% par rapport à 2016. Contrairement aux autres acteurs du secteur, le géant français s’attend à une nouvelle évolution de son résultat d’exploitation dans les douze mois à venir.
Bouygues : un chiffre d’affaires en hausse au premier semestre

Bouygues : un chiffre d’affaires en hausse au premier semestre

Après l’exceptionnelle année qu’a été 2017, il était difficile pour le Groupe Bouygues de faire mieux en 2018. Pourtant, le géant français est bel et bien parvenu à progresser encore au premier semestre. Preuve en est, l'industriel affiche un chiffre d’affaires de 15,7 milliards d’euros de janvier à juin, en hausse de 4% par rapport à la même période un an auparavant. Une croissance en partie due aux activités de construction, extrêmement dynamiques.
Les professionnels des produits de construction inquiets pour l’année à venir

Les professionnels des produits de construction inquiets pour l’année à venir

L’Association française des industries des produits de construction (AIMCC) présentait ce 16 janvier les résultats de son enquête d’opinion portant sur la conjoncture du marché qu’elle représente. Ainsi, après une année 2017 dynamique, 2018 semble avoir confirmé la tendance. En revanche, la prudence est de mise pour 2019, avec des prévisions de croissance bien moindres. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter