Chantier de Notre-Dame : les mesures prises pour éviter la contamination au plomb des travailleurs Vie des sociétés | 27.08.19

Partager sur :
Pour la reprise du chantier de Notre-Dame, plusieurs sas de décontamination ont été installés, et une dizaine supplémentaire devraient être créés d’ici fin septembre pour assurer la sécurité des travailleurs et éviter la dispersion de poussières toxiques hors du chantier. Grâce aux mesures de sécurité prises, le patron de l’entreprise PierreNoël, présente sur le chantier avant, pendant et après l’incendie de la cathédrale, assure qu'aucun de ses salariés n’a été contaminé au plomb.

Alors que le chantier de Notre-Dame a repris le 19 août après trois semaines d’arrêt, plusieurs sas de décontamination ont été créés pour limiter les risques de contamination au plomb des travailleurs et éviter de faire sortir des poussières hors du périmètre hermétiquement bouclé.

 

« Il y aura une dizaine de sas de décontamination supplémentaires d'ici fin septembre », a également annoncé Michel Cadot, préfet d’Île-de-France et de Paris, venu s’assurer de la sécurité des travailleurs avec la ministre du travail Muriel Pénicaud le 19 août dernier.

 

Aucun salarié contaminé au plomb ?

 

Depuis l’arrêt du chantier le 25 juillet dernier, des dispositifs ont été mis en place tels que des douches, des pédiluves, des combinaisons jetables, ou de stricts protocoles d’entrée et de sortie, ont été mis en place pour éviter les risques de contamination.

 

« A un moment donné, nous étions pas loin de 130 sur le terrain avec un baraquement de 20 personnes », souligne Didier Durand, patron de PierreNoël, entreprise de pierre de taille et maçonnerie spécialisée dans la restauration des monuments historiques, pour expliquer la création de nouveaux espaces de décontamination.

 

De son côté, il assure qu’aucun de ses salariés, pourtant présents sur le chantier avant et après l’incendie, n’a été contaminé au plomb.

 

« Dès le 16 (avril, lendemain de l'incendie, ndlr) nous avons pris toutes les dispositions pour que nos compagnons puissent être suivis », a-t-il expliqué ce mercredi 21 août, ajoutant avoir fait faire à ses salariés des plombémies tous les mois, au lieu des six mois habituellement requis. Le patron de l’entreprise lui-même, pourtant intervenu le jour de l’incendie, assure que son taux de plomb dans le sang est resté très en-deçà du seuil réglementaire.

 

Ce dernier en a profité pour insister sur l’importance de ne pas perdre les voûtes « pour ne pas se retrouver devant les deux tours jumelles de New-York avec un amalgame de poussières énorme », ajoutant que la catastrophe serait multipliée par 1 000 avec la présence de plomb.

 

C.L. (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les fabricants et distributeurs de réseaux d’eau demandent à reprendre leur activité - Batiweb

Les fabricants et distributeurs de réseaux d’eau demandent à reprendre leur activité

Le syndicat Cochebat et les fédérations de la FNAS et de la FNBM, représentant la filière des producteurs, distributeurs et installateurs de réseaux d’eau, ont envoyé une lettre ouverte aux ministres de l’Économie, du Travail et de la Santé, leur demandant d’être reconnus comme une activité vitale pour pouvoir reprendre le travail. Selon eux, ils sont un maillon essentiel de la chaîne de distribution d’une eau potable qui permet de respecter les mesures d’hygiène, d’autant plus importantes en cette période d’épidémie.
Le chantier de Notre-Dame de Paris reprendra progressivement - Batiweb

Le chantier de Notre-Dame de Paris reprendra progressivement

À l’arrêt depuis le 17 mars et le début de l’épidémie de Covid-19, le chantier emblématique de la cathédrale Notre-Dame de Paris reprendra dès ce lundi 27 avril, mais de façon progressive, précise l’Etablissement public en charge de la restauration de l’édifice, afin d’assurer le respect des mesures barrières.
Paris : quatre ouvriers gravement touchés dans une explosion - Batiweb

Paris : quatre ouvriers gravement touchés dans une explosion

Quatre ouvriers qui travaillaient sur un chantier de désamiantage dans le sous-sol d'un immeuble situé au 113 rue legendre dans le 17e arrondissement de Paris ont été gravement touchés jeudi dans une explosion, a appris TF1. Le pronostic vital est engagé pour deux d'entre eux à la suite de brûlures.
L’application Bativigie lance sa nouvelle fonctionnalité « Coronavigie » - Batiweb

L’application Bativigie lance sa nouvelle fonctionnalité « Coronavigie »

Depuis 2015, l’application Bativigie permet de lutter contre le travail illégal en contrôlant l’identité de tous les intervenants sur chantier. Aujourd’hui, l’entreprise annonce lancer une nouvelle version de l’application intégrant « Coronavigie », une extension qui permet de vérifier que les opérateurs portent bien leurs EPI, et notamment leur masque, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter