Chiffres en hausse pour Eiffage grâce à une prise de commandes soutenue Vie des sociétés | 23.02.17

Partager sur :
Optimiste quant à une croissance de son activité en 2016, Eiffage a vu ses estimations se confirmer avec la publication, le 22 février, de ses résultats annuels. Ainsi, si le chiffres d'affaires consolidé de l'entreprise n'augmente « que » de 0,7%, le résultat net part du Groupe, lui, s'établit à 416 millions d'euros, progressant ainsi de 33,3%. Une tendance qui ne devrait pas s'inverser en 2017, le carnet de commandes de travaux étant, lui aussi, en hausse.
L'année 2016 n'avait pas forcément très bien commencé pour Eiffage. En effet, le groupe de BTP et de concessions indiquait en septembre dernier que son chiffre d'affaires avait légèrement reculé (-1,6%, 6,5 milliards d'euros) au premier semestre. De quoi conforter l'entreprise dans ses estimations, puisqu'elle misait alors sur « une légère baisse d'activité » malgré des résultats en progression.

Pourtant, il semblerait qu'Eiffage se soit montré presque pessimiste au vu des résultats annuels publiés ce mercredi 22. En effet, tous les indicateurs sans exception sont en hausse, y compris le chiffre d'affaires, porté à 14 milliards d'euros, soit une progression de +0,7% sur l'année.

Un quatrième trimestre particulièrement dynamique

Il faut dire que l'activité a été très soutenue, notamment dans les Travaux, qui, grâce à un dernier trimestre énergique (+5,0% de progression), s'est stabilisée à 11,5 milliards d'euros. Néanmoins, si cette branche ne cesse de croître à l'international (+4,5%, 2,73 milliards d'euros de CA), elle s’essouffle légèrement en France (-1,5%, 8,72 milliards de CA).

En revanche, l'activité Construction est, de son côté, en hausse aussi bien en France (+4,6%) qu'à l'extérieur (+3,3%), profitant ainsi d'un développement de 4,3% pour un chiffre d'affaires de 3,67 milliards d'euros. Même tendance pour l'immobilier, où les réservations de logements passent de 3 671 unités en 2015 à 4 134.

La branche Concessions a également vu son activité croître de manière significative, boostée par « la progression du trafic autoroutier », selon Eiffage. Le chiffre d'affaires atteint ainsi les 2,56 milliards d'euros (+4,6%).

Les Infrastructures et l'Energie en retard

Le bilan est cependant tout autre du côté du pôle Infrastructures, dont le chiffre d'affaires est en baisse (-1,1%, à 4,33 milliards d'euros). La France, tout particulièrement, porte préjudice à cette branche, enregistrant un retrait de -5,0% « du fait, notamment de l'achèvement des travaux de la LGV Bretagne-Pays de la Loire (BPL) ». Heureusement, l'activité peut compter sur l'international pour limiter les dégâts (+9,6%).

D'un autre côté, la branche Energie est, elle aussi, marquée par un recul, avec un chiffre d'affaires atteignant les 3,46 milliards d'euros (-3,3%). « Le chiffre d'affaires est en repli de 3,6% en France (en hausse de 3,0% après retraitement du chantier exceptionnel de la central solaire de Cestas réalisé en 2015) et de 2,2% hors de France », détaille Eiffage.

Malgré tout, le résultat opérationnel courant du groupe culmine à 1 597 millions d'euros, tandis que la marge opérationnelle est à 11,4%. En parallèle, le coût de l'endettement financier net est en baisse (-12%, contre -15% en 2015) « principalement sous l'effet des refinancement d'Eiffarie et d'APRR intervenus en 2015 et en 2016 », commente l'entreprise.

2017 démarre sur les chapeaux de roues

Autant d'indicateurs qui semblent présager le meilleur pour l'activité d'Eiffage en 2017. L'industriel français révèle d'ailleurs que « le carnet de commandes des Travaux s'élève à 12,0 milliards d'euros, en hausse de 5,1% sur un an (+0,8% sur 3 mois). Il assure 12,6 mois d'activité aux branches Travaux. »

Seule ombre au tableau : le trafic autoroutier devrait légèrement baisser, à en croire la tendance observée en 2016. Eiffage se veut néanmoins optimiste, tablant sur « une légère croissance de son activité et une nouvelle progression de ses résultats ».

Fabien Carré
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La reprise des matériaux de construction fait progresser le transport fluvial

La reprise des matériaux de construction fait progresser le transport fluvial

21,8 millions : c’est le nombre de tonnes de matériaux de construction qui ont été transportées par voie fluviale en 2016, soit 15,2% de plus que l’année précédente. Une bonne nouvelle pour Voies navigables de France, qui note néanmoins, dans son rapport sur « les chiffres du transport fluvial en 2016 », « un recul conjoncturel », avec une baisse du transport de marchandises de 1,1%. Alors, l’activité du BTP a-t-elle suffit à sauver l’activité fluviale ? Éléments de réponses.
La production d’équipements pour la construction retrouve des couleurs

La production d’équipements pour la construction retrouve des couleurs

« Quand le bâtiment va, tout va », et ce n’est pas le CISMA qui dira le contraire ! Le syndicat a en effet annoncé le 13 avril dernier que la production française d’équipements pour la construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention a progressé de 8,9% en 2016, retrouvant ainsi ses niveaux d’avant-crise. Une tendance qui devrait se confirmer cette année, même si la croissance devrait s’amoindrir légèrement.
Entreprises du BTP : plus de créations, moins de disparitions

Entreprises du BTP : plus de créations, moins de disparitions

Alors que la FFB saluait et confirmait dernièrement la reprise de l’activité dans le secteur du bâtiment, Ellisphere, entreprise spécialisée en data marketing et information économique, a elle aussi annoncé que l’Indice de Dynamisme Economique du BTP est de nouveau en hausse à fin juin 2016. Ainsi, alors que la création d’entreprises sur le marché français augmente, les disparitions, elles, effectuent le mouvement inverse. Les chiffres en détail.
Les professionnels des produits de construction inquiets pour l’année à venir

Les professionnels des produits de construction inquiets pour l’année à venir

L’Association française des industries des produits de construction (AIMCC) présentait ce 16 janvier les résultats de son enquête d’opinion portant sur la conjoncture du marché qu’elle représente. Ainsi, après une année 2017 dynamique, 2018 semble avoir confirmé la tendance. En revanche, la prudence est de mise pour 2019, avec des prévisions de croissance bien moindres. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter