Élections européennes : la Fédération Française du Bâtiment publie un Manifeste Vie des sociétés | 15.04.19

Partager sur :
Les élections européennes auront lieu le 26 mai prochain. A cette occasion, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a élaboré un Manifeste à l’attention des futurs députés européens et des institutions pour 2019-2024. La FFB y formule dix propositions qui viennent répondre à trois grandes priorités : la lutte contre la concurrence déloyale, la clarification de certains textes réglementaires et un accompagnement renforcé des marchés du bâtiment.

Alors que les élections européennes approchent, la Fédération Française du Bâtiment dévoile ce jour un Manifeste à destination des futurs élus pour 2019-2024. Revenant sur le rôle du secteur de la construction et sur sa capacité à répondre aux grands enjeux de société, la FFB formule dix propositions visant à améliorer l’environnement des entreprises du bâtiment.  
 

 

Dans un édito, Jacques Chanut, président de la FFB, pointe les bonnes et les mauvaises décisions prises « sous la mandature européenne qui s’achève ». Il se réfère notamment au projet de carte électronique européenne de services, un dispositif qui s’avérait « complexe » et « inadapté aux besoins des entreprises, mais surtout susceptibles de favoriser la fraude et les contournements », alors même que des discussions étaient en cours pour « renforcer le cadre du détachement et lutter contre les dérives ».

 

Parmi les avancées majeurs, le Plan Juncker lancé en 2015 qui a permis un investissement de 12,2 milliards d’euros en France consacrés aux infrastructures, à l’innovation et aux PME. « Pour le bâtiment, il a permis la construction et la rénovation de logements sociaux, d’hôpitaux, de collèges, de lycées ». Il souligne ainsi : « Nous croyons que le projet européen passe par une Union européenne aussi ambitieuse que protectrice pour ses membres ».
 

 

Poursuivre la mobilisation

 


François Dutilleul, président de la commission Europe et international de la FFB, revient lui sur le paquet « Produits » qui renforce « la surveillance du marché des produits circulant au sein de l’UE, la directive sur l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, la révision de la directive sur les agents cancérigènes et mutagènes qui inclut désormais la silice cristalline, etc ».

 

« La FFB, conjointement avec sa fédération européenne, la FIEC, a suivi de près les négociations relatives à ces nombreux textes et s’est mobilisée, souvent avec succès, lorsqu’il a fallu interpeller les institutions européennes sur l’impact de ces différentes mesures ou ce qu’il y manquait. La FFB compte bien poursuivre dans cette voie ».
 

 

Trois grandes priorités

 


Le Manifeste s’articule autour de 3 grandes priorités : la nécessaire mobilisation de l’UE contre la concurrence déloyale, un allègement et une clarification de certains textes réglementaires et un renforcement de l’accompagnement des marchés du bâtiment. Pour ce faire, la FFB formule 10 propositions.
 

 

Concernant l’assurance construction, la fédération estime essentiel de renforcer la supervision des assureurs européens. Cela passerait entre autres par une identification claire des risques souscrits sur la branche construction en France ainsi que des schémas de distribution.
 

 

A propos du détachement des travailleurs, les institutions européennes devront veiller à une coopération efficace entre les Etats membres et renforcer les informations concernant les règles applicables en matière de détachement. En termes d’efficacité énergétique et d’économie circulaire, il est nécessaire de « laisser le temps aux entreprises et aux artisans d’assimiler les réglementations en vigueur » et de fixer « des ambitions écologiques élevées mais atteignables ».
 

 

L’innovation. Les entreprises du bâtiment doivent être accompagnées pour réussir leur transition numérique. L’UE doit, par des financements dédiés, encourager l’expérimentation et les partenariats d’innovation. Quant aux investissements, « il conviendrait » de simplifier et de faciliter l’accès aux financements européens. La FFB appelle au maintien du budget de la politique régionale européenne et des fonds structurels a minima au même niveau que pour la période précédente.
 

 

Pour ce qui est de la libre prestation de services, la fédération insiste : « la lutte contre la fraude doit être le pendant de toute nouvelle réglementation destinée à favoriser la libre circulation, qui doit s’opérer dans le cadre d’une concurrence loyale ».
 

 

Elle appelle aussi à clarifier le champ d’application du marquage CE sur les produits de construction et à restreindre l’excès de réglementations complémentaires au RPC, « qui freine l’innovation et aboutit à figer les normes techniques européennes, paralysant ainsi l’industrie européenne dans la compétition internationale ». Elle prône aussi une simplification des normes « qui se révèlent souvent complexes et difficiles à appréhender pour une entreprise, en particulier dans les PME et les TPE ».
 

 

Alors que le bâtiment est concerné par l’essor des plateformes numériques, la FFB rappelle que ces sites d’intermédiation ont un impact sur le tissu des entreprises : modifications des conditions d’accès aux marchés, remise en cause du lien direct entre client et artisan/PME et dilution de la frontière entre bricolage, dépannage et travaux de bâtiment. « Leur multiplication dans le secteur du bâtiment conduit également au développement du travail illégal et de la concurrence déloyale ». Le syndicat appelle ainsi à ce que les plateformes soient davantage responsabilisées, en n’étant plus considérées comme de seules intermédiaires. « Elles devraient être actrices de la lutte contre le travail non déclaré en assurant une vérification effective des qualifications et des assurances des professionnelles avec lesquels elles collaborent ».
 

 

Enfin, la FFB prône une révision ciblée du RGPD en simplifiant les obligations d’information à la charge des TPE/PME.  
 

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.
La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
16 nouvelles mesures pour lutter contre le travail illégal

16 nouvelles mesures pour lutter contre le travail illégal

A l’occasion de la Commission nationale de la lutte contre le travail illégal (CNLIT), Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé 16 mesures pour « mieux » lutter contre la fraude au détachement et le travail non déclaré. Elle est également revenue sur les chiffres 2016-2017 : alors que le nombre d’amendes a été multipliée par deux, le nombre de salariés détachés a augmenté de 46%, une situation qui s’explique notamment par « l’effet dissuasif » des sanctions et contrôles.
Travail détaché : Muriel Pénicaud salue l’adoption de textes « importants »

Travail détaché : Muriel Pénicaud salue l’adoption de textes « importants »

Lors du Conseil des Ministres de l’Emploi de l’UE, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s’est félicitée de l’adoption de « plusieurs importants textes » visant à renforcer la lutte contre la fraude au détachement et à mieux protéger les travailleurs européens et français. Elle est également revenue sur le lancement prochain de l’Autorité européenne du travail, une initiative qui permettra aux Etats membres de mieux collaborer pour faire progresser l’Europe sociale.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter