Grand débat national : le logement au cœur des échanges Vie des sociétés | 21.01.19

Partager sur :
Grand débat national : le logement au cœur des échanges
Lancé le 15 janvier dernier par Emmanuel Macron, le grand débat national doit venir répondre à la crise des « gilets jaunes » et redonner « la parole aux Français sur l’élaboration des politiques publiques qui les concernent ». Quatre thèmes ont été définis : transition écologique, fiscalité, organisation de l’État, démocratie et citoyenneté. Alors que des millions de Français sont touchés par le mal logement, la FPI formule ses propositions pour un logement « abordable » et moins cher.
Pendant trois mois, les Français sont invités à débattre sur quatre thèmes : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté.

Le Grand débat national, lancé par le président de la République, doit permettre au Gouvernement de regagner la confiance des citoyens et de mettre fin à la crise des « gilets jaunes ».

Alors que des premiers échanges ont été menés, les associations et fédérations professionnelles n’hésitent pas à formuler leurs propositions pour une société plus juste…mais également plus verte !

Dans un communiqué, le Cler, réseau pour la transition énergétique déclare : « A l’heure du Grand débat national, nous estimons qu’il n’est plus l’heure de discuter mais d’agir en faveur de la transition écologique : l’urgence environnementale, sociale et climatique nous oblige à l’action ».

« De nombreux acteurs de terrain l’ont compris depuis bien longtemps, il faut aujourd’hui les aider à mener une transition adaptée à leur territoire, et à la hauteur des enjeux ».

Pour les accompagner, l’association environnementale a émis 10 propositions politiques à l’échelle nationale parmi lesquelles la mise en place d’une dotation spécifique énergie-climat pour les collectivités. Concernant le développement des énergies renouvelables, le Cler prose d’adapter les mesures de soutien aux besoins réels des acteurs publics et privés et de « supprimer les dispositions fiscales qui favorisent les énergies fissiles et fossiles ». Le financement de la transition énergétique doit être facilité (et simplifié) via la création d’une Agence nationale dédiées, « dotée d’un budget conséquent ».

Il faut également redéfinir le rôle des acteurs publics et privés, « en réhabilitant l’État-stratège au service des territoires et en donnant aux autorités de régulation les moyens juridiques et humaines d’assumer leur mission au service des objectifs définis par la loi ».

« La transition énergétique doit devenir l’un des piliers de la refondation du projet européen autour des grands enjeux de lutte contre les changements climatiques, de compétitivité économique, de sécurité d’approvisionnement et de cohésion sociale et régionale », estime l’association.

Et pour accompagner les ménages, « la mise en place effective et la généralisation à tout le territoire du Service public de la performance énergétique de l’habitat prévu par la loi » est nécessaire ; des initiatives qui doivent être articulées autour « des Espaces-Info-Énergie et des plateformes de la rénovation énergétique ».

Un logement abordable et décent pour tous

Alors que le Cler souligne que « la possibilité de se chauffer à coût raisonnable doit devenir un critère de décence pour le logement », la Fédération des promoteurs immobiliers rappelle combien le logement peut permettre de réduire les fractures territoriales.

« Le Grand débat national doit permettre de poser sereinement la question de la production de logements neufs abordables. Nous, opérateurs immobiliers, détenons une partie de la réponse : à nous de savoir rendre la densité acceptable, soutenable, désirable, en ajustant nos méthodes et nos produits ; aux élus d’en faire la pédagogie auprès des habitants et de veiller à ce que cette densité soit mise au service d’un logement moins cher ».

La FPI rappelle en effet que nombreux sont les ménages à ne pas pouvoir se loger dans les villes, « près des emplois et des services auxquels ils aspirent ». Pour répondre durablement à la crise, « il faut relever le défi du logement cher dans les métropoles, pour permettre aux classes moyennes de s’y loger sans mettre en péril le budget de la famille ».

« C’est un enjeu-clé de la cohésion et de l’équilibre de nos territoires que de les (ndlr : les logements) rendre de nouveau abordables. Il y a deux façons de traiter ce problème du « pouvoir d’achat logement » des classes moyennes : augmenter les ressources des ménages et/ou faire baisser les prix. Le Gouvernement traite le premier volet avec des aides financières aux acquéreurs (PTZ, dispositif Pinel) ; le moment est venu de traiter le second, en lien avec les élus locaux, par une vraie politique de l’offre », indique la FPI.

Pour Alexandra François-Cuxac, sa présidente : « On ne réduira pas les fractures de notre pays sans répondre aux problèmes de logement et redonner à chacun la possibilité́ de vivre selon ses choix. Les aides financières aux ménages y contribuent, mais il ne faut pas négliger l’autre versant – celui de l’offre, et de la production de logements meilleur marché dans les villes où les classes moyennes veulent vivre ». « Pour cela, il faut briser le tabou de la densité et traiter le sujet du droit des sols avec les élus locaux et l’État », conclut-elle.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les architectes prennent part au Grand débat national

Les architectes prennent part au Grand débat national

Inspiré par le contexte du Grand débat national, le Conseil national de l’Ordre des architectes a annoncé mardi 29 janvier avoir ouvert un site dédié aux problématiques liées au logement, à l’aménagement et à la rénovation. Professionnels du cadre de vie et citoyens sont invités à donner leur avis et émettre des propositions. Conscients de leur mission d’intérêt général et des défis écologiques, les architectes mettent ainsi la démocratie participative à l’honneur.
Immobilier : l'activité suspendue aux annonces de M. Valls

Immobilier : l'activité suspendue aux annonces de M. Valls

Les ventes de logements neufs par les promoteurs ont reculé de 15 % au deuxième trimestre sur un an, selon les derniers chiffres dévoilés par la Fédération des promoteurs immobiliers. Ces derniers espèrent désormais que les mesures promises par Manuel Valls seront « à la hauteur de cette situation grave ».
Politique du logement : les professionnels de la construction protestent

Politique du logement : les professionnels de la construction protestent

Les présidents du Conseil National de la Construction, de la Fédération française du bâtiment, de la Fédération des promoteurs immobiliers, du Syndicat national des aménageurs lotisseurs et de l’Union des Maisons Françaises, ont décidé de s’unir pour dénoncer ensemble les conséquences désastreuses des mesures gouvernementales défavorables au logement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter