Fermer

Justine, carreleuse-mosaïste : « En tant que femme, on doit faire un peu plus ses preuves »

Justine Drouet, 28 ans, carreleuse-mosaïste, est ambassadrice du casting de la campagne « La Construction. Demain s'invente avec nous » du CCCA-BTP, qui vise à inciter les jeunes à rejoindre les métiers du bâtiment. Elle revient pour Batiweb sur son parcours et sa vision en tant que femme dans un milieu encore majoritairement masculin.
Publié le 07 mars 2022

Partager : 

Justine, carreleuse-mosaïste : « En tant que femme, on doit faire un peu plus ses preuves » - Batiweb

Après un CAP Petite Enfance et un premier poste dans la sidérurgie, Justine a un déclic en refaisant sa salle de bains elle-même : elle veut s'essayer au métier de carreleur-mosaïste. Elle parvient à trouver un stage en entreprise, puis est gardée en CDI en septembre 2021.

 

En tant que seule femme dans l'entreprise, entourée de six hommes, elle reconnaît qu'il a fallu « se faire sa place », mais elle estime qu'elle est désormais « bien intégrée » : « Au début, ça n'est pas évident parce qu'il faut se faire sa place. Je suis arrivée dans une équipe de six hommes assez soudés. En tant que femme, on doit faire un peu plus ses preuves, montrer qu'on est capable », détaille-t-elle.

 

Des préjugés pas toujours négatifs

 

Côté clients, les préjugés auxquels elle a jusqu'ici été confrontée sont plus positifs que négatifs : « Ils se disent qu'une femme c'est minutieux, ils demandent des conseils en décoration etc. ».

 

La satisfaction du client est d'ailleurs sa première motivation. « Le fait de participer à l'esthétique d'un lieu, et de voir que les clients sont contents », précise Justine. « On participe à l'esthétique de leur maison, mais aussi à leur bien-être », estime-t-elle.

 

Elle affirme que c'est un métier dont on ne se lasse pas « car on pose rarement les mêmes carreaux ». Elle concède en revanche que c'est une profession physique, car il faut porter des carreaux assez lourds : « Le poids moyen est de 25 kilos, donc il faut déjà être capable de les porter ».

 

À celles qui hésiteraient à se lancer dans les métiers du bâtiment, l'ambassadrice de la campagne « La Construction. Demain s'invente avec nous »  assure que c'est accessible et qu'il y a du travail pour tout le monde : « J'aimerais dire aux jeunes femmes que c'est possible, de ne pas avoir peur des a priori ou des jugements. Il faut foncer parce que finalement tout le monde a sa place », conclut-elle.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Justine Drouet

 

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.