Fermer

L’activité des artisans du bâtiment se dégrade en Auvergne-Rhône-Alpes

La confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) de la région Auvergne-Rhône-Alpes dévoilait ce mercredi les résultats de son étude de conjoncture trimestrielle. Confrontées à des hausses de prix importantes sur les matériaux, 43 % des entreprises artisanales du bâtiment déplorent des difficultés au niveau de leur activité, soit +21 points en un an.
Publié le 21 juillet 2022

Partager : 

L’activité des artisans du bâtiment se dégrade en Auvergne-Rhône-Alpes - Batiweb

La Capeb Auvergne-Rhône-Alpes (AuRA) a publié ce 20 juillet sa note de conjoncture pour le 2ème trimestre 2022, faisant état d’une situation économique qui se dégrade pour les entreprises artisanales du bâtiment.

 

De nombreux difficultés économiques

 

43 % d’entre elles déclarent en effet des difficultés au niveau de leur activité, soit +4 points par rapport au trimestre précédent, et même +21 points sur une année !

Les principales difficultés rencontrées. Source : Capeb AuRA juillet 2022

En revanche, la visibilité sur les carnets de commandes s’allonge, certainement en raison des difficultés d’approvisionnement et retards de chantiers. De fait, 51 % des chefs d’entreprise artisanale du bâtiment font état d’une visibilité supérieure à 3 mois (+3 points par rapport au trimestre précédent). Mais à l’opposé, 20 % déplorent une visibilité nulle (également en hausse de +3 points).

 

Une baisse des marges et de la trésorerie

 

Côté trésorerie, 31 % déclarent un niveau faible ou insuffisant, avec +2 points ce trimestre, et 43 % déplorent une baisse de leurs marges – pouvant s’expliquer par les hausses de prix des matériaux et du carburant, et les difficultés à les répercuter sur les clients, qui parfois abandonnent leur projet de travaux, face à des devis trop élevés.

Évolution des marges des entreprises du bâtiment. Source : Capeb AuRA juillet 2022

 

La pénurie de main d’œuvre, un autre frein

 

Malgré ces difficultés économiques, 47 % des chefs d’entreprise artisanale du bâtiment envisagent quand même de recruter dans les mois à venir. Parmi eux, 58 % privilégieraient le contrat à durée indéterminée (CDI).

Face aux difficultés de recrutement d’une main d’œuvre qualifiée, près de la moitié prévoit également de former un apprenti, soit 18 points de plus qu’au 1er trimestre 2022.

« Malgré le contexte défavorable, nos entreprises tentent de résister, mais l’inquiétude est réelle pour les mois à venir. C’est pour cette raison que nous attendons avec impatience les Assises du BTP annoncées par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, afin que les problématiques terrain soient posées et que la Capeb puisse porter ses propositions, des solutions pragmatiques adaptées aux contraintes de nos artisans et de nos entreprises artisanales », commente Dominique Guiseppin, président de la Capeb AuRA.

 

Claire Lemonnier
Photo de une : Adobe Stock

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.