L’artisanat du bâtiment poursuit sa dynamique positive Vie des sociétés | 19.10.16

Partager sur :
L’activité des entreprises artisanales du bâtiment s’est consolidée au 3e trimestre 2016 et a même enregistré une progression globale de 2%, a annoncé la Capeb. L’amélioration de la construction neuve s’accélère (+ 3%) et porte cette dynamique. Dans ce contexte les besoins en trésorerie s’améliorent et les carnets de commande s’étoffent. Mais si les perspectives sont bonnes, l’emploi est toujours menacé et continue de baisser (- 0,2% sur un an).
L’artisanat du bâtiment a de quoi se satisfaire. La note de conjoncture publiée ce jour par la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) et détaillée par Patrick Liebus, son Président, lors de sa conférence de presse sur le salon Artibat à Rennes, révèle que l’activité du secteur s’est améliorée et a même progressé de + 2% « boosté par un marché de la construction neuve qui reprend des couleurs » (+ 3% contre – 5% au 3T2015). Et si la croissance de l’activité d’entretien-amélioration est plus modérée (+1%), elle participe également à l’amélioration du secteur.

La construction neuve, premier levier de croissance

« La dynamique positive se poursuit pour nos entreprises du Bâtiment dans le sillage de la construction neuve », souligne Patrick Liébus. En effet, la Capeb le rappelle, le nombre de permis de construire de logements déposés sur 12 mois cumulés connaît une croissance à deux chiffres, à + 11,4%. Les mises en chantier suivent la même tendance et connaissent une hausse significative de + 7,7% soit 363 500 logements neufs commencés en cumul sur 12 mois.

« Ces chiffres sont autant de marqueurs laissant présager d’une reprise soutenue de la construction neuve dans les prochains mois », indique Patrick Liebus. « La dynamique d’accompagnement des travaux enclenchée ces dernières années porte ses premiers fruits, les aides aux travaux ainsi que le dispositif Pinel ont permis de soutenir la demande des ménages et des investisseurs », poursuit-il.

Comme indiqué plus haut, l’entretien-rénovation progresse lentement (+ 1%) mais sûrement. Avec une croissance de + 1,5% les travaux de performance énergétique bénéficient de maintien et/ou de renforcement d’aide en faveur des économies d’énergie. Patrick Liebus y voit un signe encourageant pour l'amélioration de la performance énergétique des bâtiments anciens.

Concernant, les ventes de logements anciens, leur nombre atteint 839 000 à juillet 2016 soit un accroissement de 15% sur un an. Dans ce contexte, Patrick Liébus dit : « Dans cette période charnière, nous invitons le gouvernement à pérenniser les mesures efficaces d'aide aux travaux pour soutenir les efforts consentis ces dernières années par les chefs d'entreprises artisanales et leurs salariés ».

« Les décideurs politiques doivent inscrire dans la durée les dispositifs tels que l'EcoPTZ, le CITE, la TVA à taux réduit, qui permettent de générer de l'activité en construction comme en rénovation », ajoute-t-il.

La trésorerie des entreprises s’améliore

M. Liébus se réfère aussi au rôle des acteurs financiers pour « soutenir les besoins en trésorerie des chefs d’entreprises artisanales ». En ce troisième trimestre 2016, le nombre d’entreprises déclarant un besoin de trésorerie a baissé par rapport au trimestre précédent, passant de 46% des entreprises à 39%. Le montant moyen des besoins en trésorerie a diminué par rapport à 2015, égal à 17 000 euros contre 18 000 euros un an auparavant. La baisse est plus significative si l’on compare ces besoins au trimestre précédent « qui enregistrait une demande moyenne de crédit de 25 000 euros ».

13% des entreprises déclarent une hausse du délai de paiement des clients alors que 4% enregistrent une baisse. Les défauts de paiement de clients sont en hausse pour 6% des entreprises contre seulement 5% d’entre elles qui déclarent une baisse. Pour résoudre leur problème de trésorerie, 46% des entreprises ont recours à des relances clients. Le découvert bancaire, l’augmentation du découvert bancaire autorisé et la négociation de délais avec les fournisseurs sont également utilisés par les entreprises.

Patrick Liébus lors de la conférence de presse à Artibat 2016
Patrick Liébus, président de la CAPEB, pendant son intervention à Artibat

L’emploi devrait se stabiliser

L’ensemble des corps de métiers a connu un retour de l’activité avec une progression en volume entre + 1,5% et 2,5%. Les entreprises de 10 à 20 salariés sont celles qui bénéficient le plus de la reprise, avec une hausse d’activité de + 3% en volume contre + 1,5% pour les structures de moins de 10 salariés.

Si l'emploi dans l'artisanat du bâtiment continue de baisser (- 0,2% sur un an), une stabilisation des effectifs de salariés peut être envisagée pour la fin 2016, assure la confédération. Ainsi pour la première fois depuis deux ans, en juillet, le nombre d'entreprises qui envisageaient de licencier ou de ne pas renouveler des contrats était inférieur au nombre d'entreprises souhaitant embaucher. « Seulement 2% des chefs d'entreprise envisagent de licencier ou de ne pas renouveler les contrats au second semestre 2016 », soit le chiffre le plus faible depuis le 1er semestre 2013. Et 10% des entreprises pensent embaucher des salariés supplémentaires. La hausse du carnet de commandes reste un facteur de déclenchement important pour l'embauche. "Actuellement, avec moins de trois mois de carnet de commandes, il est difficile pour un chef d'entreprise de se décider à embaucher ... D'où l'importance que l'actuel gouvernement pérennise les mesures efficaces ... " ajoute Patrick Liebus. Il mentionne aussi le CICE et son effet positif "Un chèque de 7 000 à 8 000 € edt toujours bon à prendre et favorise la stabilité de l'emploi ...".

Enfin, par régions, la reprise est « portée, comme pour le trimestre précédent, par le Grand Ouest - les Pays-de-la-Loire (+4%) et la Bretagne (+3%) - qui continuent d'enregistrer une forte hausse », note la Capeb. Cinq régions se trouvent sous la moyenne nationale qui se situe à + 2%, avec une croissance de l'activité comprise entre 1% et 1,5% à savoir : PACA, Normandie, Centre-Val de Loire, Hauts-de-France et Grand Est.
Et « les régions Centre-Val de Loire, Ile-de-France et Bourgogne-Franche-Comté, qui enregistraient encore en début d'année des progressions négatives de l'activité », sont revenues dans le vert.

Patrick Liebus conclut en rappelant qu'un salon comme Artibat, avec plus de 1 000 exposants et 40 000 visiteurs attendus est aussi un signe du dynamisme des entreprises artisanales et de leur capacité à rebondir après la crise.

R.C avec R.B à Rennes
Photo de une : Fotolia

Patrick Liébus à Artibat 2016
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Activité toujours plus dynamique pour les artisans du bâtiment

Activité toujours plus dynamique pour les artisans du bâtiment

En 2016 déjà, les artisans du bâtiment avaient vu leur activité progresser de 1,5% en volume, signe du retour tant attendu de la croissance. Un mouvement qui s’est, à l’évidence, accéléré l’année dernière, comme le démontrent les chiffres révélés ce 18 janvier par la Capeb. L’organisme, qui représente les PME et artisans du secteur, indique en effet que l’activité de ces derniers a augmenté de 2,5% en 2017. De bon augure pour l’exercice à venir.
Reprise confirmée pour l'artisanat du bâtiment

Reprise confirmée pour l'artisanat du bâtiment

Le deuxième trimestre 2016 s’est avéré encourageant pour l’artisanat du bâtiment qui a vu son activité progresser de 1%. L’amélioration constatée au premier trimestre se confirme ainsi, avec des signaux positifs tels que la croissance nette de la construction neuve (+ 2%) et la croissance modérée de l’activité d’entretien-rénovation (+ 0,5%). Les perspectives pour le deuxième semestre sont bonnes : la croissance devrait se poursuivre selon la Capeb.
Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018

Artisanat du bâtiment : ralentissement de la croissance au 3e trimestre 2018

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) a dévoilé, ce jeudi 18 octobre, les chiffres de l’activité du secteur au 3e trimestre 2018. Des résultats en baisse par rapport au 2e trimestre, qui inquiètent Patrick Liébus, le Président de la CAPEB. Ce dernier regrette les restrictions du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et en appelle aux pouvoirs publics.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter