L’UNA Charpente Menuiserie Agencement fait le point sur ses actions menées Vie des sociétés | 02.03.17

Partager sur :
Alors que la Capeb organisera ses Journées de la Construction les 19, 20 et 21 avril prochains, l’UNA (Union nationale artisanale) Charpente Menuiserie Agencement a présenté en avant-première les actions qu’elle souhaitait mettre en avant lors de l’événement. De la reprise de l’activité à la réglementation, en passant par la construction bois et la création de labels, retour sur les principaux combats menés par l’organisme ces dernières années.
Huit Unions nationales artisanales composent la Capeb, l’une d’elles étant spécifiquement dédiée aux métiers de Charpente-Menuiserie-Agencement. En amont des Journées de la Construction, qui se tiendront les 19, 20 et 21 avril au Palais des Congrès de Strasbourg, le président de l’UNA, Jean-Marc Desmedt, est revenu sur les principales actions menées au cours de ces dernières années.

Relancer la compétitivité des artisans menuisiers

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’UNA CMA a été particulièrement active ! L’organisme a notamment travaillé sur la finition extérieure du bois. « On a voulu essayer d’apporter une amélioration à travers des finitions, opaques ou pas, sur les bois en extérieur », indique Jean-Marc Desmedt. « Pour se démarquer et pour apporter un service au client, la solution d’installer et de fabriquer des menuiseries garanties en finition est [l’un des moyens] pouvant nous aider à garder des parts de marché, voire peut-être en reprendre ».

Par ailleurs, l’UNA CMA a longuement œuvré pour la mise en place d’un label garantissant la performance thermique et acoustique des menuiseries. Cette démarche, accueillie favorablement par les professionnels concernés, a été menée conjointement avec des experts Afnor en s’appuyant sur les bases de l’ISO 9001. Objectif : « alléger la certification sans toucher à la crédibilité de l’outil », comme l’affirme l’UNA.

Ainsi, grâce à cette solution inédite, le processus de certification se trouverait grandement simplifié. Débuté en 2016, ce projet nécessite néanmoins de finaliser le référentiel avec les organismes certificateurs avant qu’il ne soit lancé. Après quoi, le label pourrait faire l’objet d’un test auprès d’un industriel afin d’en valider la pertinence.

Des sujets d’actualité qui nécessitent des réponses

Autre chantier, et non des moindres : l’UNA CMA a bien entendu abordé la question de la propagation du feu en façade bois. Alors que ce matériau est de plus en plus utilisé dans la construction d’immeubles de grande hauteur, il était nécessaire pour l’organisme d’« apporter une garantie supplémentaire aux entreprises », comme le déclare Jean-Marc Desmedt. C’est ainsi que l’UNA a élaboré un « guide de recommandations de base pour la construction bois » afin de répondre aux exigences de non propagation du feu. Une initiative largement saluée par le ministère de l’Intérieur.

Les Journées de la Construction seront également l’occasion de revenir sur les nouveaux outils de dématérialisation des relevés de chantier. L’UNA CMA prévoit notamment de présenter les dispositifs accessibles par les artisans afin de leur donner envie de travailler avec. « La société CoDEM présentera un projet de rénovation patrimoniale d’un manoir grâce à l’acquisition d’une image numérique 3D avec un scan laser », note, par exemple, l’organisme.

Enfin, la question des poussières de bois reste particulièrement préoccupante pour le secteur. Jean-Marc Desmedt a notamment rappelé qu’une convention d’une durée de trois ans avait été mise en place afin de « favoriser la prévention du risque cancérogène lié à l’exposition au poussières de bois ». Clôturée depuis un an sans résultant probant, cette démarche a néanmoins permis d’identifier des « solutions d’amélioration possibles ». La porte est donc toujours ouverte pour que d’autres réflexions soient menées !

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Construction d’immeubles à vivre bois : Adivbois renforce l’accompagnement des porteurs de projets

Construction d’immeubles à vivre bois : Adivbois renforce l’accompagnement des porteurs de projets

Oeuvrant pour le développement des constructions en bois, l’association Adivbois a lancé le 27 février dernier plusieurs concours et appels à candidatures afin d’accélérer la dynamique du secteur. En parallèle, l’organisme a également profité de cette occasion pour présenter son « Vade-Mecum des Immeubles à Vivre Bois », qui propose aux porteurs de projets de disposer de toutes les informations nécessaires pour développer des immeubles dans ce matériau. Description.
Matériau 100 % adapté à la RT 2012 : le monomur

Matériau 100 % adapté à la RT 2012 : le monomur

L’utilisation du monomur ne cesse de croître dans les constructions ces dernières années, au rythme de 2 % par an, surfant sur le Grenelle de l’environnement et la RT 2012. Le monomur se présente sous de multiples aspects, à commencer par la brique, le béton cellulaire et la pouzzolane (roche volcanique). Pour Pascal Deffaugt, maçon et président de la CAPEB Haute-Savoie, « le type de monomur est variable suivant le lieu de construction. Dans le Nord ou en Alsace, les réalisations se font en briques de façon séculaire tandis qu’en montagne, le bois est majoritaire ».
Un immeuble en bois et en BIM signé Demathieu Bard

Un immeuble en bois et en BIM signé Demathieu Bard

Ce sont deux challenges pour un seul projet auxquels est actuellement confrontée l'agence Marne-la-Vallée du groupe Demathieu Bard. Cette dernière est en effet mobilisée sur la réalisation d'un immeuble tertiaire situé à Champs-sur-Marne (77), qui, en plus de disposer d'une structure bois, a été conçu en BIM. Tous les détails sur ce chantier qui s'annonce déjà comme une référence pour l'entreprise.
Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois

Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois

Véritable enjeu de la transition énergétique du bâtiment, la réduction des émissions carbone donne bien du fil à retordre aux acteurs concernés. Et si, finalement, la construction bois était la solution à ce problème ? Une question que s’est posée l’association Adivbois, à l’initiative d’un Appel à manifestation d’intérêt dans le cadre duquel 3 sites ont été retenus en Pays de la Loire pour accueillir des « Immeubles à vivre bois ». Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter