La Cour des comptes juge le dispositif Pinel « coûteux et peu efficace » Vie des sociétés | 11.04.18

Partager sur :
Selon une enquête réalisée par la Cour des comptes, les aides en faveur de l’investissement locatif seraient à la fois coûteuses et peu efficaces. La Cour estime en effet que ces avantages fiscaux n’ont pas eu l’impact attendu sur le secteur de la construction et l’offre locative. Les sages recommandent ainsi au gouvernement de supprimer les dispositifs type Pinel et de renforcer la place des investisseurs institutionnels dans la construction et la location de logements privés.
Le 17 janvier dernier, la Cour des comptes a adressé une missive au Premier ministre, Edouard Philippe, pour lui faire part des résultats de son enquête sur les avantages fiscaux type Pinel, Scellier ou encore Robien. Le document, rendu public mardi, met à mal l’efficacité de ces aides sur le secteur de la construction et l’offre locative.

En effet, la Cour des comptes estime que les réductions d’impôt consenties aux ménages qui achètent un logement et s’engagent à les louer à un montant maximal pendant une certaine durée, sont coûteuses au regard de leur « faible efficacité mesurable ».

Entre 2009 et 2015, les réductions d’impôt sur le revenu consenties aux bailleurs individuels sont passées de 606 millions d’euros à 1,7 milliard, indique la Cour des comptes, précisant par ailleurs que les bénéficiaires sont des ménages « dont les revenus sont relativement élevés et même parfois importants ».

45% des dits ménages se situaient en 2013 dans la tranche d’imposition comprise entre 27 000 € et 71 000 €, et près du quart appartenaient aux 2,3% des foyers imposés disposant de 71 000 à 151 000 € annuels.

Pour 2024, le coût générationnel des dépenses liées aux logements acquis ou construits en 2017 sous le régime Pinel est estimé à 1,6 milliards d’euros, indique la Cour. Et puisqu’il a été reconduit, son coût devrait atteindre les 7,4 milliards d’euros en 2035 « en dépit du recentrage envisagé sur des zones plus restreintes ».

Quel impact sur le secteur de la construction ?

La Cour des comptes s’est également penchée sur l’effet de ces dépenses fiscales sur le secteur de la construction. Leur impact doit être « relativisé (…). Les études économiques disponibles ne permettent pas de distinguer suffisamment l’effet de ces aides fiscales de celui de la conjoncture dans les fluctuations du nombre de logements locatifs privés neufs commercialisés ».

L’enquête souligne en outre que les opérateurs, constructeurs, promoteurs, banques ont pleinement intégré la pérennité de ces aides dans leur stratégie, ce qui a créé un phénomène d’accoutumance voire d’addiction.

Concernant les loyers, là encore l’effet des dispositifs « n’est pas avéré ». La cour « a, au contraire, relevé de nombreux indices qui suggèrent le caractère potentiellement très limité de cet effet modérateur » : faible volume des logements aidés produits chaque année au regard du parc locatif existant ; faible présence de ces logements aidés dans les zones les plus tendues ; écart parfois incohérent, entre loyers plafonds liés aux aides fiscales et loyers du marché.

En comparaison, d'autres dépenses publiques « permettent, à volume égal, d'augmenter plus durablement le parc de logements locatifs », pointe la Cour. Selon ses calculs, le coût annuel pour les finances publiques d'un logement de 190 000 euros bénéficiant du « Pinel » est deux à trois fois plus élevé que celui d'un logement social comparable, « alors même que la durée des locations est, dans ces derniers cas, bien supérieure (40 ans) ».

Des contrôles insuffisants

La Cour estime ainsi que les aides fiscales à l’investissement locatif « présentent un intérêt limité, au regard de la disponibilité locative relativement courte des logements aidés et de leur concentration en dehors des zones où les besoins sont les plus élevés ».

Elle pointe également des dispositifs administrés « sans contrôle satisfaisant » et une gestion qui repose sur des données insuffisantes.

L’instance recommande ainsi au Premier ministre de mettre en œuvre « des dispositions transitoires » qui permettent une sortie progressive et sécurisée des dispositifs récemment reconduits. Et préconise la mise en place de mesure visant à renforcer la place des investisseurs institutionnels dans la construction et la location de logements privés.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les Français, convaincus de l'intérêt du dispositif Pinel ?

Les Français, convaincus de l'intérêt du dispositif Pinel ?

Selon une enquête Harris Interactive, réalisée pour le site www.la-loi-pinel.com, et publiée ce mardi, 72 % des Français considèrent l’achat d’un logement neuf en vue de le louer comme un bon investissement, après avoir été informés des modalités d'application du dispositif Pinel. Ce dispositif entré en vigueur au 1er janvier 2015, prévoit en effet une réduction d'impôts dans ce cas précis. Qu'en pensent les Français et quelles villes les attirent pour ce genre d'investissement ? Résultats de l'enquête.
Sylvia Pinel veut redonner confiance aux Français pour relancer la construction

Sylvia Pinel veut redonner confiance aux Français pour relancer la construction

Interviewée par nos confrères de Radio Classique ce jeudi, la ministre du Logement Sylvia Pinel a défendu le gel des allocations logement. Elle est revenue sur la nécessité de redonner confiance et pouvoir d'achat aux français pour relancer la construction. Elle a aussi annoncé que l'encadrement des loyers prévu par la loi Alur serait lancé à l'automne en Île-de-France uniquement.
Construction de logements : la chute ralentit

Construction de logements : la chute ralentit

Depuis le début de l’année, le secteur de la construction connaît une baisse de son activité, un recul qui concerne tout particulièrement les permis de construire de logements (- 6,4% sur les douze derniers mois). La situation semble néanmoins se stabiliser. Selon les derniers chiffres du ministère de la Cohésion des territoires publiés ce jour, logements autorisés et commencés ont atténué leur déclin.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter