Fermer

La justice opposée au projet Europacity, l'Etat fait appel

Mauvaise nouvelle pour les opposants à Europacity ! Alors que la justice avait tranché en leur faveur le 6 mars dernier, l'Etat a récemment décidé de faire appel de la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, relançant le débat autour de ce projet loin de faire l'unanimité. Le collectif « Europas du tout », hostile au méga-complexe, a d'ailleurs déjà fait part de sa stupéfaction.
Publié le 11 mai 2018

Partager : 

La justice opposée au projet Europacity, l'Etat fait appel - Batiweb
Porté par Immochan, filiale du groupe Auchan, Europacity n'en finit plus de faire polémique ! Malgré un avis défavorable d'une enquête publique en août dernier, le maire de Gonesse, qui devrait accueillir le méga-complexe, s'était montré déterminé à mener le projet à son terme.

C'était sans compter le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, auprès duquel de nombreux opposants s'étaient plaints, à l'instar du collectif « Europas du tout ». Considérant que la population et les autorités n'avaient pas été suffisamment informées, la justice avait donné raison aux détracteurs du projet le 6 mars dernier.

L'affaire aurait pu s'arrêter là, mais l'Etat a finalement fait appel vendredi du jugement du tribunal administratif, de même que Grand Paris Aménagement. Si aucune précision n'a été apportée, le directeur général d'Europacity Benoît Chang a rappelé sur Twitter que « cet aménagement du Triangle de Gonesse est une chance pour ce territoire ».

La polémique se durcit

Loin de percevoir ce projet de la même façon, Europas du tout n'a pas hésité à pointer du doigt « le double jeu de l'Etat » dans un communiqué en date du 9 mai. « Que l'Etat fasse appel de la décision de justice annulant son propre projet d'aménagement n'a rien de surprenant. Ce qui l'est plus, c'est l'absence de prise en considération des éléments accablants qui ont justifié cette décision de justice », écrit le collectif.

« Surtout cette décision est complètement paradoxale avec la volonté du gouvernement – concrétisée par le plan Mézard « Action cœur de ville » - de redynamiser les centres villes et d'avoir choisi Gonesse comme une ville pilote de ce programme », poursuit-il.

Considérant que « l'Etat n'a apporté, ni de nouvelles réponses aux inquiétudes des habitants, ni de nouveaux éléments démontrant que ce projet n'aura pas d'impacts négatifs pour l'économie du territoire », Europas du tout a lancé un nouvel appel à la mobilisation contre le projet, qui devrait nécessiter 3,1 milliards d'euros d'investissement.

Mis à mal suite aux polémiques, Europacity a déjà vu son calendrier prévisionnel repoussé de plusieurs années. En effet, les promoteurs espéraient une ouverture à horizon 2024, pour être en adéquation avec les Jeux Olympiques de Paris, mais il n'y a finalement que peu de chances que le chantier de construction se termine avant 2027.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.