Lancement d’un appel à contributions pour fiabiliser le DPE Vie des sociétés | 03.01.19

Partager sur :
Lancement d’un appel à contributions pour fiabiliser le DPE
Pour faire de la rénovation énergétique une priorité nationale, le Gouvernement mise sur plusieurs actions. Parmi elles, fiabiliser le diagnostic de performance énergétique (DPE). C’est dans ce cadre que la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, en partenariat avec le Plan Bâtiment Durable, a lancé un appel à contributions afin de finaliser le contenu, la forme et les modalités d’établissement du futur DPE.
Lancé en avril 2018 par le Gouvernement, le Plan de rénovation énergétique des bâtiments vise une mobilisation générale pour réduire les consommations énergétiques. Parmi les objectifs fixés, accompagner tous les ménages dans la rénovation de leur logement et lutter contre la précarité énergétique.

Pour y parvenir, plusieurs pistes ont été définies comme par exemple simplifier les aides en faveur de la rénovation (CITE notamment), mieux former les professionnels et mieux contrôler la qualité des travaux en réformant le label RGE ou encore fiabiliser le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE).

Le Gouvernement souhaite en effet faire du DPE « un outil stratégique de valorisation de la performance énergétique » et de support aux politiques publiques de rénovation. Créer plus de confiance autour du dispositif se veut ainsi indispensable d’autant plus que la loi ELAN rend le DPE pleinement opposable à compter du 1er janvier 2021.

Définir les contours d’un DPE renforcé

Le travail de fiabilisation a d’ores et déjà débuté. En effet, la concertation préalable au plan de rénovation énergétique des bâtiments ainsi que les échanges avec les acteurs, notamment via le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE), ont permis d’identifier des évolutions possibles comme « la mise à jour de la méthode de calcul conventionnel et sa généralisation à tous les bâtiments d’habitation ».

Dans un communiqué daté de février 2018, le CSCEE proposait notamment d’en finir avec les DPE vierges, de fiabiliser l’étiquette énergétique en l’appuyant uniquement sur la modélisation, de renforcer la formation et le contrôle des diagnostiqueurs et de faire du DPE « le thermomètre de l’amélioration énergétique d’un bien et du parc dans son ensemble ». « A ces conditions, le DPE pourra enfin être rendu opposable ».

Afin de « finaliser le contenu, la forme et les modalités d’établissement du futur diagnostic de performance énergétique », la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, en partenariat avec le Plan Bâtiment Durable, a lancé un appel à contributions sur la fiabilisation du DPE.

Les contributions, à renvoyer avant le 1er février 2019, doivent permettre l’identification de sujets en vue de la concertation thématique qui sera lancée à l’issue de cette première phase d’échanges.

Parmi les questions posées : Quelles évolutions de la méthode de calcul conventionnel permettraient de faire progresser la fiabilité du dispositif ? Avez-vous des propositions spécifiques sur la fiabilisation du DPE tertiaire ? Quels leviers pour faire du DPE un premier pas vers une démarche de rénovation énergétique du bien ?

Déjà, des axes de travail ont été identifiés : la révision du format du document (étiquette énergie, prise en compte des émissions de gaz à effet de serre), l’amélioration des recommandations, le guide à destination des diagnostiqueurs, les logiciels et données, la valeur du DPE (impacts de l’opposabilité, délai de validité), la réorganisation générale des textes réglementaires, sur l’ensemble des DPE (vente, location, neuf, tertiaire, outre-mer, collectif).

Une réunion plénière de conclusion est prévue le mardi 19 février au matin.

(Pour participer à l’appel à contributions, rendez-vous ici)

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Montreuil, ville pionnière de la construction durable

Montreuil, ville pionnière de la construction durable

Déjà très engagée dans le développement durable, Montreuil est désormais la première ville de France à rendre obligatoire la certification NF Habitat Haute Qualité Environnementale (HQE) pour toute construction neuve de plus de 600 m² ! La municipalité a en effet annoncé ce lundi 4 février avoir signé une convention de partenariat avec Cerqual dans ce sens, et ajouté cette clause dans son nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU).
La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP

La rénovation énergétique des copropriétés, nouvelle priorité du BTP

Arriver à une diminution d’au moins 38 % de la consommation d’énergie d’ici 2020 est l’objectif des travaux de rénovation énergétique des immeubles existants. Cette donnée a été rappelée par Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Grenelle, au cours de la conférence intitulée « Rénovation positive ». Le gouvernement Ayrault a également annoncé son intention de mettre en œuvre 600.000 nouveaux logements par an, en lieu et place des 300.000 jusque-là programmés. Cette volonté implique d’encourager les copropriétés privées à réaliser ces travaux. Celles-ci représentent 8,5 millions de logements, soit 1/4 des résidences principales.
Trois leviers d'action pour diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050

Trois leviers d'action pour diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050

L'objectif du gouvernement, inscrit dans la loi de transition énergétique, de diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050 est-il toujours atteignable ? A en croire la fondation Terra Nova, la suppression par le Sénat de l'objectif intermédiaire de 2030 de réduire les consommations de 20 % par rapport à 2012 pourrait remettre en cause cet objectif. Elle formule ainsi plusieurs propositions, dans une note publiée vendredi, destinées à maintenir le cap. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter