Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord Vie des sociétés | 26.04.19

Partager sur :
Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.

Un compromis entre le monde HLM et le gouvernement a été trouvé pour limiter les économies demandées aux bailleurs sociaux. Le gouvernement leur avait initialement demandé de baisser leurs loyers pour compenser la réduction des Aides Personnalisées au Logement (APL), leur demandant une économie d’1,5 milliards d’euros à partir de 2020. Les bailleurs sociaux avaient alors alerté sur une probable baisse des constructions de logements dans ces conditions drastiques.

Après plusieurs mois de négociations, le gouvernement avait accepté le 15 avril dernier de réduire cette part à 950 millions d’euros durant trois ans.

Dans ce contexte, Julien Denormandie, ministre du Logement, a rappelé que cet accord ne changerait pas l’actuelle politique du logement, cette dernière visant toujours à faciliter la construction. « On n'est pas toujours d'accord sur tout mais on a la même volonté de faire progresser le logement social », a-t-il souligné, estimant le texte « extrêmement important (...) pour la production de logements ».

En échange de ces aménagements accordés au monde HLM, qui bénéficiera aussi d'un retour partiel à un taux de TVA préférentiel, le secteur s'engage à construire 110 000 logements sociaux par an, « soit environ le niveau d'agréments observé l'an dernier ». Cet engagement s’accompagne également d'un objectif de 125 000 rénovations par an.
 

Action Logement et la Caisse des dépôts participeront aux économies demandées


Autre accord « tout aussi important », selon M. Denormandie : la validation du plan d’investissement de 9 milliards d’euros annoncé par Action Logement en janvier dernier. L’organisme va ainsi largement prendre à son compte - à hauteur de 300 millions d'euros annuels - la réduction des économies demandée aux HLM.

La Caisse des dépôts participera également à cette réduction à hauteur de 50 millions d'euros annuels. Le principal financeur des HLM a par ailleurs annoncé une nouvelle enveloppe de cinq milliards d'euros de prêts. Ces prêts, auxquels s'ajouteront 800 millions d'euros d'investissements directs, complètent un précédent plan de 10 milliards - prêts et investissements compris - annoncé l'an dernier.

Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a salué ces accords entre « l’État et le monde HLM d’une part, la signature du Plan d’investissement volontaire d’Action logement d’autre part », estimant qu’ils « constituent deux très bonnes nouvelles pour les artisans et entrepreneurs du bâtiment ». « Ils rassurent quant à la commande HLM des prochaines années » s’est-il réjoui.

C.L (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Action Logement mobilise 9 mds€ en faveur des salariés les plus modestes

Action Logement mobilise 9 mds€ en faveur des salariés les plus modestes

Pour faciliter l’accès au logement des salariés les plus modestes et les accompagner dans leurs travaux de rénovation, le groupe Action Logement annonce la mobilisation d’une enveloppe de 9 milliards d’euros. Les propositions, réalisées en concertation avec le gouvernement, viennent compléter les mesures mises en place dans la loi Elan. Précisions.
Grand débat national : la Fédération française du bâtiment partage ses propositions

Grand débat national : la Fédération française du bâtiment partage ses propositions

Lancé le 15 janvier dernier, le Grand débat national a d’ores et déjà rassemblé de multiples propositions, dont celles de la FPI (Fédération des promoteurs immobiliers), qui souhaite mettre le logement au cœur des échanges. Ce 18 janvier, c’est la FFB (Fédération française du bâtiment) qui a fait part des sujets sur lesquels elle souhaitait s’engager. Les détails.
Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter