Le Grand Port de Marseille va valoriser les fumées industrielles

Vie des sociétés | 12.10.16
Partager sur :
Le Grand Port de Marseille va valoriser les fumées industrielles - Batiweb
Le Grand Port maritime de Marseille a lancé, ce mercredi, avec 11 partenaires une expérimentation de valorisation des fumées industrielles pour faire pousser des algues destinées à être transformées en carburant. L’objectif, « développer des filières économiques nouvelles » en lien avec celles qui existent déjà.
Le Grand Port maritime de Marseille s’est lancé un nouveau défi, celui de « contribuer à la transition énergétique en testant une solution inédite de production de biomasse basée sur le recyclage biologique du CO2 industriel ».

Baptisé Vasco2, l’initiative est l’un des lauréats de l’appel à projets BIP (Bioressources, Industries et Performance) lancé par l’Ademe en 2014. Le projet, qui se déroulera jusqu’à fin 2018, consiste à « recycler les fumées industrielles pour valoriser leur CO2 et faire grandir des algues », a expliqué à l’AFP, Magali Devèze, chef du département Environnement et Aménagement du Grand Port. Pour le déployer, le Grand Port de Marseille sera entouré de 11 partenaires, « industriels de la zone portuaire de Fos, centres de recherche, start-up, institutionnels, etc. ».

Production de biocarburant

De quelle manière seront valorisées les fumées industrielles ? Pour alimenter les algues en CO2, les fumées industrielles seront rejetées par les entreprises partenaires dans de grands bassins de culture construits dans la zone industrielle de Fos-sur-Mer. Le premier, d’une taille de 160 m2, vient tout juste d’être installé sur le site du chimiste Kem One. Deux autres le seront en 2017 sur les sites du sidérurgiste Arcelormittal et du spécialiste du traitement de déchets Solamat-Merex.

Les microalgues seront ensuite récoltées et mélangées dans une centrifugeuse puis envoyées au CEA de Grenoble pour être transformées, par liquéfaction hydrothermale, en carburant de type pétrole, le biobrut. Total, partenaire de ce projet, récupèrera ensuite le biobrut qui sera alors raffiné pour obtenir du biocarburant.

Pour le Grand Port maritime de Marseille, « la valeur ajoutée » recherchée est de « développer des filières économiques nouvelles en lien avec celles qui existent déjà », précise enfin Mme Devèze.

R.C (Avec AFP)
©Photo de une : ©Fotolia
Redacteur
La sélection de la semaine
PRB propose une nouvelle gamme Responsable & Durable - Batiweb

PRB étoffe sa gamme Responsable & Durable avec de nouvelles références venant compléter ceux...


Pythagore : logiciel de Gestion pour bureaux d’études, sociétés d'ingénierie et de conseil - Batiweb

Pythagore : logiciel de Gestion pour bureaux d’études, sociétés d'ingénierie et de...


Sabot à ailes extérieures SBE - Batiweb

Le sabot à ailes extérieures SBE permet une reprise de charge semblable au modèle en 2 mm d‘épaisseur....

Dossiers partenaires
Myral se fixe un objectif de 63 % de réduction d’impact carbone à l’horizon 2024. Une démarche environnementale entre actions et engagements. - Batiweb

Myral s’apprête à déployer une décarbonation massive, après plus de 10 ans de travail et de réflexion en faveur de la tr…


Débord SIEL : Une avancée de toit en béton de 32 cm - Batiweb

Un produit 2 en 1 qui permet de créer le débord tout en réalisant les chainages horizontaux périphériques.…


Hygiène et bien-être, WC lavant Geberit AquaClean - Batiweb

L’eau est indispensable pour l’hygiène quotidienne. Elle lave en douceur, mais aussi efficacement. C'est pourquoi de plu…

informationbloqueur de pub détécté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb