Les objets connectés, de l’innovation… à la désillusion ? Vie des sociétés | 22.06.18

Partager sur :
Les objets connectés, de l’innovation… à la désillusion ?
Alors que la domotique tend à se développer en France, l’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat a publié ce 22 juin les résultats d’une étude portant sur la perception des objets connectés par les ménages. L’enquête, menée avec l’Institut Sociovision, met en évidence l’appétence des particuliers pour les nouvelles technologies, bien que de nombreux freins à l’achat subsistent. Décryptage.
En février dernier, Bosch Smart Home publiait une étude menée auprès de 1 000 personnes afin de comprendre le comportement d’achat des Français pour la maison connectée. Visiblement inspirante, cette thématique a plus récemment fait l’objet d’une nouvelle enquête menée par l’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat et l’Institut Sociovision.

Menée auprès de 1 625 individus du 14 au 24 mai 2018, celle-ci a dévoilé ses résultats ce 22 juin avec de nombreux constats plus pertinents que jamais, alors que le marché de la maison connectée est en pleine expansion. Du moins d’après les industriels du secteur.

En effet, à y regarder de plus près, il semblerait que l’habitat connecté ait encore bien du chemin à parcourir pour séduire les Français. Selon l’étude, si 87% des répondants adorent être chez eux et se sentent à l’aise dans leur logement, ils ne sont que 15% à considérer qu’une maison idéale doit être « un espace high-tech, connecté ».

L’avenir de la maison devrait être connecté

De manière générale, les particuliers sont une majorité (79%) à avoir déjà entendu parler des objets connectés (OCH) et à savoir de quoi il s’agit. 69% pensent par ailleurs que « la plupart des maisons seront intelligentes » à l’avenir, et 59% considèrent cette évolution comme « souhaitable ».

Les Français sont cependant plus réceptifs à certains équipements qu’à d’autres. Dans le classement des objets connectés qui font rêver, le système de chauffage intelligent arrive en haut du podium, avec 33% des votes, devant la vidéosurveillance (31%) et l’éclairage (30%). À l’inverse, les appareils d’alerte sur la pollution, les serrures connectées et les compteurs intelligents type Linky ne séduisent que 17% des répondants.

Un comble, sachant que 19% des Français sont déjà équipés de compteurs intelligents, très largement critiqués. 11% des sondés disposent également d’un système de vidéosurveillance et d’appareils électroménagers connectés, et 10% d’un système de chauffage intelligent. Autant de technologies qui doivent avant tout répondre à des besoins clairement définis.

Des avantages certains, mais à quel prix ?

Les attentes des Français en matière d’objets connectés sont assez disparates, bien que généralement orientées vers l’amélioration de la qualité de vie. 77% des sondés estiment que la Smart Home offre plus de temps pour soi, et 64% se sentent plus en sécurité dans leur logement. De plus, « les innovations sont porteuses d’un meilleur futur » pour 59% des répondants. En revanche, « moins d’un Français sur deux associent objets connectés et ‘’économies’’ », d’après Promotelec.

Rien d’étonnant à cela, puisque 83% des personnes interrogées pensent que les OCH sont « réservés aux gens qui ont les moyens ». Dans ce sens, ils sont 64% à attendre de se voir proposer des prix accessibles avant de passer à l’acte d’achat. Le critère de prix n’est cependant pas le seul qui pose problème.

De nombreux défauts sont attribués, parfois à tort, aux objets connectés. Dans 72% des cas, leur capacité à nous espionner est largement pointée du doigt. Ils seraient également susceptibles de générer des ondes mauvaises pour la santé (pour 64% des répondants), compliqués d’utilisation (42%) et avant tout réservés aux geeks (62%).

Autant de freins qui pourraient être levés grâce aux professionnels du secteur, qui doivent avant tout rassurer les particuliers sur le fait que les données recueillies par les équipements ne seront ni volées ni transmises sans leur accord. Cette condition est en effet citée dans 70% des cas. La facilité d’installation et d’utilisation est également primordiale pour 54% des personnes interrogées – là encore, une opportunité pour les acteurs du marché d’offrir une plus-value à leurs clients.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les Français toujours réticents vis-à-vis des objets connectés (étude)

Les Français toujours réticents vis-à-vis des objets connectés (étude)

Si, pour certains, la maison connectée est l'avenir du bâtiment, sa perception par les ménages Français reste très mitigée. Pour preuve, Promotelec, dans sa dernière étude menée avec l'institut Sociovision, révèle que 57% de la population est hostile ou indifférente aux objets connectés pour l'habitat. Le point sur les principaux enseignements de cette enquête.
L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP

L’innovation, un rouage essentiel à la formation des apprentis du BTP

Ce 15 janvier se tenait la première WinLab’ Conférence organisée par le réseau de l’apprentissage CCCA-BTP. L’organisme en a profité pour présenter les résultats d’une vaste étude intitulée "Les jeunes et l’innovation dans le BTP". Menée auprès de plus de 6 000 apprentis du secteur, l’enquête met en évidence leur appétence pour les nouvelles technologies (objets connectés, BIM, etc.), même si les compétences manuelles restent essentielles à l’exercice de leur fonction pour une majorité d’entre eux.
Immobilier : l’achat d’un studio, un investissement vraiment gagnant ?

Immobilier : l’achat d’un studio, un investissement vraiment gagnant ?

Après avoir décrypté le comportement de ses utilisateurs, le site de petites annonces Vivastreet s’est récemment intéressé aux intentions d’achat et critères retenus par les internautes. L’occasion de découvrir que, contrairement aux idées reçues, le studio est aujourd’hui davantage envisagé dans le cadre de l’acquisition d’un bien immobilier en 2018. Explications.
Remplacement de fenêtres : un parcours client qui se digitalise

Remplacement de fenêtres : un parcours client qui se digitalise

Dans une nouvelle étude, TBC Innovations révèle qu’une grande majorité de Français qui ont rénové leurs fenêtres, portes fenêtres et/ou baies coulissantes ont entrepris des travaux complémentaires (changement de volets dans 56% des cas). Si 63% des sondés disent s’être renseignées après d’une entreprise de menuiserie, 49% ont réalisé des recherches sur internet. Le parcours client suit ainsi la tendance et se digitalise. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter