Naissance du « Cement Lab », un outil au service de l'innovation Vie des sociétés | 18.01.18

Partager sur :
Le Syndicat Français de l'Industrie Cimentière (SFIC) a lancé, ce jeudi, le « Cement Lab », une initiative qui doit encourager l'innovation. Véritable laboratoire d'idées dédié au ciment et à son usage, il va permettre de développer une dymanique d'échanges entre des acteurs industriels et des start-ups. L'objectif ? Favoriser le transfert de technologies, valoriser les résultats de recherche et transformer le marché en profondeur à travers des solutions innovantes.
Jeudi 18 janvier 2018, le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière (SFIC) s’est réuni à la Station F pour lancer son « Cement Lab », un nouvel outil entièrement dédié à l’innovation.

Le lieu de lancement n’a pas été choisi au hasard : le SFIC souhaitait en effet présenter l’initiative dans un lieu qui fasse la part belle au matériau béton. « Station F est un lieu hautement symbolique tant par son histoire que par ce qu’il représente en matière d’excellence de la construction française », a expliqué Bénédicte de Bonnechose, présidente du syndicat.

Plus grand incubateur de start-up du monde, Station F est installé dans l’ancienne Halle Freyssinet, un bâtiment ferroviaire révolutionnaire en son temps par son volume et son usage inédit du béton, élément indissociable du ciment. « Le béton est un matériau incontournable pour construire des bâtiments, des infrastructures. Il est conçu pour durer et se transformer au fil du temps et s’adapter à l’évolution des usages », a souligné Mme de Bonnechose.

Pour illustrer cette capacité d’adaptation, la présidente du SFIC est revenue sur la crise de 2007 qui a touché de plein fouet l’industrie du ciment. « La crise a induit une profonde mutation de nos marchés et a conduit notre industrie à se transformer. Elle s’est mobilisée pour répondre aux enjeux du carbone et de l’économie circulaire ».

Depuis longtemps, les cimenteries « utilisent des procédés de traitement de déchets qui allient à la fois valorisation énergétique, c’est-à-dire substitution des combustibles fossiles par des déchets, et valorisation de matières (recyclage des minéraux dans la matière première ciment) ».

Aujourd’hui, c’est « pour aller plus loin » que le SFIC a présenté une « démarche tournée vers l’innovation ». Le Cement Lab est « le symbole d’une démarche d’ouverture vers un écosystème » connectant les jeunes entreprises innovantes et le monde de la recherche académique à celui de l’industrie cimentière.

Ce laboratoire nouvelle génération va permettre de développer « une dynamique d’échanges et de rencontres. Ce que nous voulons proposer, c’est une façon de réfléchir autrement pour faire émerger de belles opportunités d’innovation car l’innovation, nous allons en avoir besoin pour répondre à l’exigence de la transition énergétique et aux enjeux du climat », a estimé Mme de Bonnechose.

Il est également « l’opportunité pour l’industrie cimentière de mieux répondre aux besoins de la maîtrise d’œuvre et d’ouvrage » et de mieux comprendre les transformations de ses marchés, avec l’objectif d’adapter, à terme, ses métiers.

Quelles sont les attentes des constructeurs ?

Jérôme Stubler, président de Vinci Construction, était invité au lancement du laboratoire. Il s’est félicité de cette initiative : « Nous sommes très contents de voir que l’Open Innovation arrive aussi dans un domaine assez protectionniste comme celui des cimentiers ».

S’adressant aux industriels et aux start-ups présents, il a rappelé que l’innovation était faite « d’expérience et d’intuition ». Il a également souligné l’importance d’une plus grande collaboration sur toute la chaine de valeur : « C’est en décloisonnant cette chaine que l’on va trouver des innovations plus fortes ».

« Je suis pour la création d’un équipe de France de notre industrie. Soyons ambitieux pour franchir de nouvelles étapes. Nos anciens ont inventé la pierre liquide, inventons le béton sans acier. Nous n’avons utilisé les capacités chimico-physiques et industrielles du béton qu’à 20% ».

Bien que représentant Vinci, Jérôme Stubler a formulé des propositions au nom des constructeurs. Il a tout d’abord regretté que le béton souffre d’une image un peu négative. « Nous devons œuvrer tous ensemble à améliorer l’image du béton et pour cela, il faut avant tout diminuer l’empreinte carbone de matériau ».

Il a notamment déclaré qu’il fallait faire en sorte de mettre « moins de ciment dans le béton. Vendez-nous du ciment plus stable, plus rigoureux, plus formidable dans ses applications. Transformez votre industrie de masse en industrie de niche » a-t-il conseillé aux cimentiers.

Jérôme Stubler a enfin appelé les cimentiers à « dépoussiérer l’industrie, à débloquer les normes qui sont un frein à la créativité ». Il s’est également adressé aux pouvoirs publics en demandant à ce que soit remis en place la possibilité « de réaliser des ouvrages expérimentaux ».

L’innovation collaborative

Pour faire évoluer l’industrie, le « Cement Lab » va s’appuyer sur les start-ups du secteur de la construction. L’événement de ce jour a ainsi compté sur la présence de 5 jeunes entreprises innovantes parmi lesquelles XtreeE et AirWare (anciennement RedBird).

Etaient aussi invités Combo Solution qui développe un outil et une méthode à destination des concepteurs et des constructeurs pour favoriser la créativité autour d'objectifs énergie et carbone qualifiés et partagés ; 360 Smart Connect qui imagine le béton connecté pour lier l’ouvrage à ses datas, et dans le même temps aux services qui permettent notamment d’interagir avec ces données, et Smart Cast qui propose des plaques de coffrage qui remplacent les contre plaqués bakélisés traditionnels, en apportant de nouvelles fonctionnalités inédites au coffrage.

Le Cement Lab se veut également l’occasion pour l’industrie cimentière de collaborer avec le monde académique. La science peut en effet aider les entreprises à répondre plus efficacement aux enjeux de la transition écologique et à optimiser des procédés de fabrication.

La démarche lancée ce jour sera pérenisée à travers des rencontres : la prochaine aura lieu d’ici septembre 2018.

Rose Colombel
Photo de une : ©Rose Colombel

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’industrie cimentière mobilisée pour réduire ses émissions de CO2

L’industrie cimentière mobilisée pour réduire ses émissions de CO2

L’industrie cimentière, consciente de polluer et de participer au réchauffement climatique, a décidé de se mobiliser pour y remédier ! En 30 ans, elle est déjà parvenue à réduire de 40% ses émissions de CO2. Son nouvel objectif : atteindre une réduction de 80% d’ici 2050. Pour cela, elle compte s’appuyer sur la création de nouveaux ciments moins polluants, sur le recyclage du béton et sur la captation et la réutilisation du CO2, mais aussi sur les initiatives des startups, grâce à des workshops qui facilitent la communication et la circulation des idées.
Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

En février 2015, Edycem et Centrale Nantes ont signé la Chaire internationale de recherche et d’enseignement des « bétons innovants pour de nouvelles applications ». D’une durée de cinq ans, elle vise notamment à moderniser la formulation des matériaux cimentaires et à améliorer leur bilan énergétique. Ce mardi, le partenariat a franchi une nouvelle étape : les deux premières thèses de doctorat ont été soutenues. Précisions.
A la découverte des métiers de l’industrie cimentière

A la découverte des métiers de l’industrie cimentière

Du 26 mars au 1er avril 2018 se déroulera la Semaine de l’Industrie. A cette occasion, le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière (SFIC) et l’Ecole Française du Béton (EFB) vous invitent à découvrir les métiers du secteur. Pour ce faire, les partenaires lancent un outil pédagogique interactif s’appuyant sur des témoignages vidéo et autres fiches pratiques. Pour rappel, l’industrie cimentière emploie plus de 5 000 personnes en France.
Ciment : une contraction de la consommation de -2,5%, prévue en 2014

Ciment : une contraction de la consommation de -2,5%, prévue en 2014

Le Syndicat français de l'Industrie Cimentière vient de présenter les chiffres de l'année 2013 et les perspectives de son activité pour 2014. Sans surprise, le secteur du ciment est en décroissance avec une baisse de consommation de -3,8 %, à 19,2 millions de tonnes en 2013 par rapport à l'année 2012, et l'année 2014 ne s'annonce pas meilleure. Les professionnels souhaitent notamment que le gouvernement se montre à la hauteur de ses ambitions pour relancer la construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter