Nouveau guide pour le maintien en bon état des matériels de travaux publics Vie des sociétés | 04.01.17

Partager sur :
La FNTP, le CISMA, le DLR et le SEIMAT ont publié, en décembre 2016, un guide exposant les recommandations professionnelles relatives au contrôle de maintien en bon état des matériels utilisés en travaux publics, non soumis aux vérifications générales périodiques règlementaires. Il recense notamment les pratiques courantes de la profession et répond aux besoins d’homogénéité en matière de sécurité.
Le code du travail impose, pour une liste limitative d’équipements, des Vérifications Générales Périodiques (VGP) dont le contenu et la périodicité sont précisés.

Or, dans le secteur des travaux publics, les pratiques des entreprises et les besoins d’homogénéité en matière de sécurité, impliquent un contrôle d’autres familles de matériels, non soumis aux vérifications règlementaires mais qui restent soumis à l’obligation du maintien en bon état, au titre du code du travail.

C’est dans ce contexte que la FNTP, le CISMA, le DLR et le SEIMAT ont publié un guide de recommandations. Il aborde les notions de contrôle de maintien en bon état des matériels utilisés en travaux publics et non soumis aux VGP tels que les matériels de concassage et de broyage pour les préparation des matériaux, les matériels pour la construction, l’entretien des sols et l’exploitation des chaussées.
La liste des matériels pour lesquels il est recommandé d’effectuer un contrôle de maintien en bon état étant donnée suivant la classification *Euroliste.

Maintien en bon état : par qui et quand ?

Le guide recense les pratiques courantes de la profession. Il vise à lister certains matériels pour lesquels les contrôles sont recommandés ; à donner les critères auxquels doivent répondre les personnes et/ou organismes effectuant ces contrôles ; à préciser l’étendue des contrôles pour l’élaboration d’une liste type de points à examiner ; et à donner un exemple de présentation de rapport.

Si la périodicité des contrôles est laissée à l’appréciation des entreprises utilisatrices, le guide recommande de réaliser ces contrôles de maintien en bon état, au minimum, tous les douze mois. Le type de contrôle est déterminé par la lettre « V » (examen visuel de la partie physique à examiner) et « F » (vérification du fonctionnement).

Chaque contrôle doit donner lieu à un rapport de contrôle mettant en évidence les constats réalisés lors des examens visuels et vérifications de fonctionnement. « Il sera l’outil à disposition du chef d’établissement pour décider des mesures à prendre concernant l’engin contrôle ».

La personne qualifiée choisie pour effectuer ces contrôles peut appartenir à l’un des organismes suivants : entreprise utilisatrice, constructeur d’engins de même type, distributeur d’engins de même type, loueur de matériel, organisme de vérification ou expert indépendant. Elle doit connaître les principes règlementaires et techniques de prévention, les dispositions règlementaires concernant les engins et leur maintien en bon état, la technique et la pratique des contrôles de maintien en bon état, et disposer des informations afférentes, mises à jour.

Si les contrôles sont assurés par un constructeur ou distributeur, il lui faudra nommer les personnes en charge du contrôle qui seront seules autorisées à effectuer les contrôles de maintien, et faire contresigner chaque rapport de contrôle.

Le guide est disponible sur le site de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).

* Classification Euroliste :

Groupe A : Matériels pour la préparation des matériaux

- A1 : Appareils de concassage et de broyage mobiles 
- A2 : Matériels pour classification mobiles
- A5 : Convoyeurs et élévateurs mobiles 

Groupe E : Matériels pour la construction et l'entretien des sols et des chaussées

- E3 : Matériels de mise en oeuvre de mélanges hydrocabones à chaud 
- E5 : Machines pour réalisation d'enduits superficiels 
- E7 : Machines à fraiser et de recyclage in situ 
- E8 : Equipements pour la stabilisation in situ des sols
- E9 : Equipements divers pour travaux routiers (balayeuses, épareuses, faucheuses débroussailleuses, …) 

R.C

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Parution d’un guide pour la mise en place d’accès motorisés sur les grues à tour

Parution d’un guide pour la mise en place d’accès motorisés sur les grues à tour

Quatre organisations professionnelles ont annoncé la parution d’un guide d’information pour faciliter la mise en place d’accès motorisés sur les grues à tour. Le document, qui fait suite à la recommandation R495 formulée par la CNAM en octobre 2016, vise à aider les chefs d’entreprises à satisfaire leurs obligations en terme de sécurité. Y sont exposées les missions et responsabilités de chacun en cas de location ou d’achats d’équipements.
CISMA et DLR s'unissent pour une utilisation plus sécurisée des grues à tour

CISMA et DLR s'unissent pour une utilisation plus sécurisée des grues à tour

Alors que le code du travail impose aux entreprises du BTP de maintenir leurs grues à tour en état de conformité, le syndicat des équipements pour la Construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention (CISMA) et la fédération des matériels de construction et de manutention (DLR) ont croisé leur expertise afin de publier une note d'information sur l'utilisation en sécurité de ces équipements. Présentation de ce document inédit.
1ère édition des Trophées Grues à tour : le jury dévoilé

1ère édition des Trophées Grues à tour : le jury dévoilé

Pour la première année, la Fédération des matériels de construction et de manutention (DLR) et le Syndicat professionnel de Monteurs et Dépanneurs de Grues à tour (SPMDG) organisent les Trophées Grues à tour, afin de mettre en lumière l’expertise des professionnels du secteur. Les deux organisateurs ont dévoilé ce lundi 22 juillet les membres du jury qui évalueront les dossiers de candidature. Les candidats désireux de s’inscrire peuvent d’ailleurs encore le faire jusqu’au 6 septembre.
Insertion : 22 réfugiés formés aux Travaux Publics

Insertion : 22 réfugiés formés aux Travaux Publics

Bruno Cavagné, président de la FNTP, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail ont signé, mardi 6 février, la convention cadre relative à l’insertion sociale et professionnelle des réfugiés dans le secteur des Travaux Publics en Ile-de-France. A cette occasion, les signataires se sont rendus sur le chantier du prolongement de la ligne 14 à Saint-Ouen et ont échangé avec les stagiaires qui ont bénéficié, depuis le 16 août dernier, du programme « Hébergement orientation parcours vers l’emploi ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter