Pacte de performance : Eiffage Construction soutient deux nouveaux athlètes Vie des sociétés | 13.02.18

Partager sur :
Pour la 3e année consécutive, Eiffage Construction a renouvelé son engagement dans le Pacte de Performance porté par le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Vendredi 2 février, le major du BTP a ainsi procédé à la signature d’un contrat de travail avec deux nouveaux athlètes : Dimitri Bascou (Athlétisme) et Alexandre Mariac (Judo). Cet engagement permet à Eiffage de participer pleinement au rayonnement sportif français à l’international.
Lancé en décembre 2014, le Pacte de Performance repose sur un engagement mutuel de l’Etat, des entreprises et du mouvement sportif au service d’un projet commun : « faire gagner nos sportifs, faire gagner nos entreprises, faire gagner la France ».

L’initiative permet aux sportifs de haut niveau français de bénéficier d’un suivi socioprofessionnel renforcé. C’est également une opportunité de se voir proposer des contrats « mieux adaptés » à leurs emplois du temps. Le Pacte de Performance offre ainsi une chance aux sportifs de se préparer aux grandes compétitions internationales dans des « conditions optimales », de découvrir le monde de l’entreprise et d’envisager leur insertion professionnelle.

Pour les entreprises, le Pacte est l’occasion d’associer leur image aux valeurs du sport ou encore de diffuser, auprès des salariés, les compétences propres aux sportifs de haut niveau : gestion du stress, dépassement de soi, performance, volonté de réussir, etc.

Le Pacte Performance a déjà séduit plus de 100 entreprises qui se sont engagées à accompagner les sportifs dans leur carrière et dans leur reconversion professionnelle.

Eiffage s’engage auprès des sportifs

C’est le cas d’Eiffage Construction qui, depuis 2014, est signataire du pacte. Le groupe a d’ores et déjà intégré au sein de ses équipes plusieurs sportifs de haut niveau , dont certains ont participé aux Jeux Olympiques et paralympiques de Rio, tels que Laetitia Payet (Judo), Manon Valentino (BMX) et le boxeur Souleymane Cissokho qui y a remporté une médaille de bronze dans la catégorie des moins de 69 kg.

Le 2 février dernier, en présence de la ministre des Sports, Laura Flessel, Olivier Genis, président d’Eiffage Construction, a renouvelé cet engagement avec la signature d’un contrat de travail avec deux nouveaux athlètes : Dimitri Bascou, spécialiste du 100 m haies, médaillé de bronze aux JO de Rio en 2016 ; et Alexandre Mariac, judoka dans la catégorie des moins de 66 kg.

Eiffage confirme ainsi son engagement auprès des plus grands sportifs, une façon pour le groupe de participer pleinement au rayonnement sportif français à l’international.

R.C
Photo de une : ©EiffageConstruction
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

Les contours du chantier des Jeux Olympiques de 2024 se précisent, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les constructions feront la part belle au bois. Le village olympique et paralympique ainsi que le cluster des médias seront en effet réalisés dans ce matériau biosourcé et renouvelable. L’organisation France Bois 2024 s’est ainsi formée pour accompagner les entreprises dans ce challenge qui constitue une véritable opportunité pour la filière bois française.
JO 2024 : Voici les groupements toujours en lice pour construire le Village Olympique

JO 2024 : Voici les groupements toujours en lice pour construire le Village Olympique

La Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) a dévoilé, vendredi 3 mai, la liste des constructeurs potentiels du futur Village olympique et paralympique qui accueillera les athlètes lors des JO de Paris en 2024. Parmi eux, Bouygues et Eiffage. Le choix final sera annoncé en novembre prochain pour un dépôt des permis de construire début 2020. Le chantier devrait être lancé dès 2021.
Les EnR : un atout majeur pour la croissance et l’emploi

Les EnR : un atout majeur pour la croissance et l’emploi

Selon une étude de l’Ademe publiée jeudi, un développement massif des énergies électriques renouvelables en France à l’horizon 2050 devrait avoir un effet positif sur la croissance et l’emploi tout en stimulant le pouvoir d’achat des ménages. Les énergies vertes feraient ainsi gagner plus de 3 points de PIB au pays et créeraient près de 900 000 emplois supplémentaires.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter