PLF 2019: l’APL accession exclue, Procivis réagit Vie des sociétés | 20.11.18

Partager sur :
En septembre dernier, Yannick Borde, président de Procivis, plaidait pour le rétablissement de l’APL accession dans le projet de loi de finances 2019. Ce mardi, le réseau a regretté que l’Assemblée nationale en ait décidé autrement. Le dispositif est « essentiel » pour la réussite du « choc de l’offre » souhaité par le Gouvernement mais également pour accompagner les ménages les plus modestes dans leurs travaux de rénovation.
Dans un communiqué, Procivis, par la voix de son président, Yannick Borde, regrette « vivement » que l’APL accession « n’ait pas été rétablie dans le cadre de la première lecture du PLF 2019, malgré des indicateurs de construction dans le neuf à la baisse depuis le début de l’année ».

Il indique : « la corrélation entre le retournement constaté du marché de l’habitat neuf, notamment en construction de maisons individuelles, et la suppression des aides publiques à l’accession sociale à la propriété, fait peu de doute ».

Couplée « au cout de rabot » donné au PTZ, « c’est le parcours résidentiel de près de 20 000 ménages qui a été brutalement remis en cause par la suppression au 1er janvier de l’APL accession ».

Soutenir les locataires du parc social

Soutenir l’accession à la propriété des ménages les plus modestes est pourtant nécessaire : « La suppression de l’APL accession bloque, dans le parc social, des potentiels accédants à la propriété, limitant par voie de conséquence l’accès des familles modestes au logement social locatif. La chute des projets financés depuis le 1er janvier 2018, pèse de surcroît sur l’activité des entreprises de construction, singulièrement sur les territoires dits détendus », souligne Procivis.

Le non rétablissement de l’aide pourrait également peser sur les objectifs de transition énergétique. En effet, les ménages modestes se retrouvent dans l’impossibilité de financer des travaux permettant « de lutter contre la précarité énergétique et d’éradiquer l’habitat insalubre ».

La décision des députés est ainsi « contradictoire avec les ambitions du plan de rénovation énergétique qui ne peut atteindre ses objectifs sans outils financiers pour les ménages modestes et très modestes ».

Se référant au nouveau dispositif d’aide fiscale à l’amélioration de l’habitat ancien dans les centres dégradés voté à l’Assemblée, il estime étonnant que l’offre « ne porte que sur les propriétaires bailleurs ».

« Je regrette que le gouvernement soit passé à côté de la question essentielle du financement des « propriétaires pauvres » devant réaliser des travaux de rénovation dans des logements insalubres ou encore des copropriétés fragiles ou en difficulté qui constituent souvent de véritables passoires thermiques », ajoute-t-il.

Partenaire du plan « Initiative Copropriétés », le réseau Procivis interpelle aujourd’hui le gouvernement pour que ces allocations soient rétablies dans le PLF 2019 d’ici la fin de la discussion budgétaire.

R.C
Photo de une : ©Procivis
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

Dans le cadre du Grand débat national, l’Union Sociale pour l’Habitat présente « Les Hlm, une chance pour la France ». Le document revient sur le rôle des organismes de logements sociaux et démêle le vrai du faux. Le logement social est « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Le défendre, c’est penser « à son avenir », estime le mouvement Hlm.
La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

Les députés ont obtenu ce mercredi le report d'un an de la réforme de l'APL Accession, une aide versée sous conditions lors d'une première acquisition immobilière que le gouvernement entendait fortement restreindre dans le projet de budget 2015. Dès lors, les allocations logement pour l’accession ne seront pas modifiées l’an prochain et les ménages modestes pourront encore bénéficier de ce dispositif.
Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

1 003 Français représentatifs de la population ont répondu à l’enquête menée par Franfinance, filiale de la Société Générale, et l’Institut CSA portant sur la réalisation de travaux. Cette étude inédite a finalement rendu ses résultats ce mardi 19 juin, avec plusieurs enseignements intéressants. Il apparaît notamment que le montant des travaux est plus souvent inférieur à 5 000 euros, et qu’ils concernent principalement les murs (peinture, papier peint, etc.). Tous les résultats.
Une nouvelle étape franchie pour la lutte contre la précarité énergétique

Une nouvelle étape franchie pour la lutte contre la précarité énergétique

Afin de lutter contre la précarité énergétique, le ministère de la Cohésion des Territoires, l’Anah et de nombreuses entreprises, acteurs publics et associatifs ont signé, le 19 juin 2018, la charte « Team Pro Habiter Mieux ». Parmi les objectifs de cette initiative : proposer des outils de financement complémentaires pour encourager les ménages à rénover leur logement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter