Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction

Vie des sociétés | 28.02.17
Partager sur :
Siniat succombe au BIM, « grosse innovation » du secteur de la construction - Batiweb
Bien qu'aucune obligation légale n'existe sur le sujet, de plus en plus de projets de construction sont développés grâce au BIM (Building information modeling). Spécialisée dans les matériaux de construction sèche, l'entreprise Siniat a bien compris que l'avenir du BTP ne s'écrirait pas sans le BIM, et a donc tenu à développer une solution dédiée aux professionnels du plâtre et de l'isolation. Tous les détails.
En France, bien que le nombre d'appels d'offres demandant du BIM soit en augmentation constante depuis 2011 (selon une étude Syntec-Ingénierie), cet outil numérique n'est encore utilisé que par 11% des professionnels du secteur.

Un constat que Siniat, spécialiste des matériaux de construction sèche, a croisé avec une autre donnée : seulement 5% des plaquistes experts partenaires de l'entreprise utilisent également le BIM. Souhaitant inverser la tendance, le groupe s'est mis à la recherche d'un outil complet afin d'aider ces professionnels à intégrer le BIM.

Une offre complète pour un meilleur accompagnement

Pour ce faire, Siniat a signé un partenariat avec la société BIM Cloisons dans le but de développer « la première solution BIM entièrement dédiée au lot Plâtrerie Isolation ». Plus de 7 000 objets proposés par l'expert de la construction sèche (cloisons, contre-cloisons, etc.) sont ainsi recensés dans une base de données spécifiques adaptée aux besoins des plaquistes.

En outre, ces derniers peuvent également bénéficier d'un audit (du matériel, des ressources, des compétences, etc.) fourni par BIM Cloisons, qui propose également de les former au logiciel de modélisation 3D. Enfin, Siniat s'engage à accompagner le déploiement de cette solution sur les premiers chantiers afin de valider l'ensemble du dispositif. Si la prestation complète peut s'avérer coûteuse (environ 25 000 euros en incluant l'achat du matériel), les avantages sont bien réels, comme en témoigne le projet expérimental de l'hôpital d'Ajaccio.

Gains de temps, d'argent et d'efficacité

Avec ses 110 000 m² de plaques de plâtre, ce bâtiment – en cours de réalisation – était l'occasion rêvée pour Siniat de tester en temps réel sa solution BIM, d'autant que le projet de construction neuf de l'hôpital d'Ajaccio est justement en « full BIM ». 400 heures ont ainsi été nécessaires à la modélisation des plaques de plâtre du bâtiment. Un temps précieux qui a surtout permis à Siniat de démontrer les nombreuses fonctionnalités de son logiciel : « insertion automatique des ossatures dans les cloisons », « modélisation des ouvrages plâtrerie isolation », « étude détaillée des produits »...

     
Maquette BIM de l'hôpital d'Ajaccio laissant apparaître les cloisons.

Autant de possibilités qui vont de pair avec les profits que peuvent en retirer les usagers de cette solution BIM. « [Nos partenaires] ont vraiment la possibilité de préparer le projet en amont pour gagner, ensuite, en rapidité, en réalisme et en précision », détaille Frédéric Plasseraud, directeur marketing de Siniat. A cela s'ajoutent les gains rendus possibles grâce au BIM, notamment du point de vue économique. En effet, le spécialiste de la construction sèche rappelle que cet outil numérique « permet d'optimiser les approvisionnements des matériaux de construction et limite les pertes et le gaspillage », tout en réduisant les coûts de main d’œuvre et de manutention.

Bien que l'hôpital d'Ajaccio ne sera pas livré avant 2018, d'autres projets intégrant la solution BIM développée par Siniat sont en cours de réalisation, à l'instar de Treed It, ville durable proposée par Vinci et comportant la plus haute tour en ossature bois. Par ailleurs, cinq entreprises (petites et moyennes) ont déjà succombé à la solution BIM signée Siniat, qui démontre, une fois encore, sa capacité à innover.

Fabien Carré
Photos : ©Siniat
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Cisco et RealWear lance un casque industriel collaboratif - Batiweb

Cisco et RealWear lance un casque industriel collaboratif

En mai dernier, à l’occasion du salon VivaTech, Cisco et RealWear ont présenté une innovation qui devrait venir révolutionner le quotidien des professionnels du BTP. Les deux partenaires ont en effet lancé un casque industriel collaboratif, mains libres, à commandes vocales. Le prototype permet de connecter tous les travailleurs, sur tout appareil et indépendamment de leur localisation, simplifiant ainsi l’organisation sur les chantiers.
Sécurité : Bouygues Construction développe une meuleuse avec FEIN - Batiweb

Sécurité : Bouygues Construction développe une meuleuse avec FEIN

Parmi les outils électroportatifs les plus vendus au monde, la meuleuse est aussi l’un des plus dangereux du point du vue du nombre d’accident. Bouygues Construction a donc décidé d’interdire les meuleuse d’angle d’un diamètre inférieur à 230 mm, et établi un partenariat avec l’entreprise allemande FEIN pour développer une meuleuse très haute sécurité, qui sera déployée sur tous ses chantiers dès 2021.
Matériels connectés : « la révolution n’est pas encore arrivée » - Batiweb

Matériels connectés : « la révolution n’est pas encore arrivée »

Si l’intelligence artificielle et le recours à des robots semblent non loin de notre quotidien, le secteur du BTP a pour sa part du mal à entamer sa digitalisation. Olivier Pagès, l’un des fondateurs de l’entreprise FFLY4U, souhaite faire parler le matériel de l’industrie et du bâtiment pour gérer les surcoûts et simplifier le suivi et l’organisation des chantiers.
Digitalisation : « Il y a des solutions, le bâtiment doit s'en saisir » (FlexThings) - Batiweb

Digitalisation : « Il y a des solutions, le bâtiment doit s'en saisir » (FlexThings)

Le 11 juin dernier, le CSTB Lab' annonçait avoir fait entrer quatre nouvelles start-up au sein de son incubateur. Ces dernières font la part belle à la digitalisation des entreprises et de leurs process. Parmi elles, FlexThings, propose différentes solutions pour aider les entreprises à optimiser le traitement de leurs données. Le point avec Hugues Drion, son fondateur.