URSA s’engage dans la dynamique des Certificats d’économie d’énergie (CEE) Vie des sociétés | 04.07.19

Partager sur :
Si le monde de la construction contribue déjà très largement à la baisse des consommations d’énergie, URSA estime nécessaire que le secteur s’engage encore davantage et intègre le dispositif CEE. C’est pourquoi, en partenariat avec Capital Energy, la société a développé une offre visant à faciliter et à booster la collecte des Certificats d’économie d’énergie. Une approche qui devrait bénéficier à chacune des parties engagées.

URSA vient d’annoncer le lancement d’un nouveau dispositif visant à encourager les fabricants, négoces et artisans du bâtiment à s’engager dans la dynamique des Certificats d’économie d’énergie. L’offre, pensée en partenariat avec Capital Energy, vise à faciliter et booster la collecte des CEE « pour contribuer plus activement encore à la réduction des consommations d’énergie ».

 

A travers cette offre, le spécialiste de l’isolation ira à la rencontre d’artisans RGE pour leur proposer d’intégrer le dispositif CEE. Toute la partie administrative et financière sera assurée par Capital Energy.

 

 

Les travaux éligibles au dispositif sont l’isolation des combles, toiture, planchers bas et murs. Deux options sont possibles concernant les modalités de versement de la prime : l’artisan peut toucher la prime et la déduire du montant des travaux facturés ; soit le chèque est envoyé directement aux clients.  

 

« Créer de la valeur »

 

Via son offre, URSA souhaite « créer de la valeur partagée avec et pour ses clients, dans une logique de proximité et de réactivité », explique un communiqué.

 

L’approche se veut « gagnant-gagnant ». L’artisan bénéficie d’une offre clé-en-mains tandis que les négoces comptent sur un levier de croissance supplémentaire, un accès facilité au marché en plein essor des CEE, se positionnant ainsi comme des « facilitateurs » pour leur clients artisans. De son côté, Capital Energy profite du maillage national d’URSA, de sa proximité avec les négoces et les artisans qualifiés.

 

R.C

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

URSApp, la nouvelle application d’URSA pour faciliter la vie des artisans sur les chantiers

URSApp, la nouvelle application d’URSA pour faciliter la vie des artisans sur les chantiers

URSA, spécialiste de l’isolation, lance URSApp, une application destinée à faciliter les tâches des artisans. Grâce à cette application à installer gratuitement sur smartphone, l’artisan peut prendre des mesures, choisir l’isolant le mieux adapté, connaître les quantités nécessaires, ou encore générer automatiquement des devis personnalisés. L’application est aussi disponible pour les bricoleurs moins avertis, avec des conseils et des vidéos de pose.
Ségolène Royal lance une prime économies d’énergie

Ségolène Royal lance une prime économies d’énergie

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a annoncé ce jeudi le lancement d’une prime économies d’énergie dont le but est de financer les travaux d’économies d’énergie des ménages les plus précaires. Cette prime exceptionnelle s’inscrit dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie. L’opération, qui débutera le 1er mars prochain pour s’achever le 31 mars 2018, vise à accélérer la lutte contre la précarité énergétique.
URSA change de couleurs

URSA change de couleurs

L’été a été riche en évolution chez URSA, un des quatre grands spécialistes de l’isolation thermique et acoustique en laine minérale et polystyrène extrudé. Il devrait rejoindre Xella International, après l’approbation des autorités de la concurrence. Et, coïncidence, cette annonce a été concomitante avec la sortie d’une nouvelle gamme produit de couleur verte et la mise en place d’une stratégie de développement offensive !
CEE : quatre gérants soupçonnés d'escroquerie pour 2 millions d'euros

CEE : quatre gérants soupçonnés d'escroquerie pour 2 millions d'euros

Quatre gérants de sociétés, soupçonnés d’une escroquerie aux économies d’énergie portant sur près de deux millions d’euros, ont été mis en examen vendredi à Nantes et placés sous contrôle judiciaire. L'enquête, qui a débuté en juin 2015, a mis au jour que des certificats avaient été délivrés de façon trompeuse pour environ 200 chantiers dans le Grand Ouest.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter