Immobilier : la hausse des prix se poursuit !

Vie pratique | 12.01.18
Partager sur :
Immobilier : la hausse des prix se poursuit ! - Batiweb
2017 a été particulièrement dynamique sur le marché français de l’immobilier ! Près d’un million de logements ont en effet été vendus l’année dernière – un engouement qui s’est évidemment fait ressentir sur les prix pratiqués. D’après la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), les coûts ont ainsi augmenté de 4,2%, passant en moyenne à 2 550 €/m2. Tous les chiffres.
Année hors norme pour les professionnels de l’immobilier, 2017 a été marquée par une hausse généralisée des prix des logements. C’est en tout cas le constat formulé par la Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier), qui a publié mercredi 10 le bilan de l’année écoulée et les perspectives pour 2018.

Sommes astronomiques pour Bordeaux, Paris et Lyon

Pour rappel, les coûts au m2 avaient déjà progressé de 1,5% en 2016 par rapport à l’année précédente. Et la tendance ne semble pas près de s’inverser ! D’après la Fédération, les prix ont en effet augmenté de 4,2% en 2017, atteignant désormais la moyenne de 2 550 €/m2.

Le phénomène est d’autant plus flagrant pour les appartements, dont les montants culminent en moyenne à 3 385 €/m2 (+4,9%). Les tarifs sont légèrement en-dessous de la moyenne nationale pour les maisons, à 2 143 €/m2 (+3,7%).

©Fnaim, "Marché immobilier : bilan 2017 et perspectives 2018"

Sans grande surprise, c’est en Île-de-France que les prix ont le plus augmenté, à hauteur de 5% sur un an (4 276 €/m2) contre +3,9% en province (2 188 €/m2). En revanche, la ville ayant subi la plus forte inflation des coûts est Bordeaux (+7,7%), devant Paris (+6,5%) et Lyon (+5,3%). Dijon est par ailleurs la seule capitale régionale ont ils ont baissé (-1,0%).

Quid des loyers ?

De leur côté, les loyers suivent la tendance, avec un indice de référence en hausse de 1,05% sur un an au quatrième trimestre 2017, soit « sa plus forte croissance depuis le deuxième trimestre 2013 », d’après l’Insee. Il atteint ainsi le niveau de 126,82.

Il est cependant toujours possible d’accéder à des logements aux loyers raisonnables, comme le rappelle le site Seloger.com. Saint-Étienne (7,8 €/m2), Mulhouse (8,3 €/m2) et Brest (8,5 €/m2) sont ainsi les trois villes de France les moins chères à la location. Des agglomérations où les prix attractifs se couplent à des situations géographiques stratégiques qui ont de quoi laisser songeur.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre - Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.
Le marché immobilier reprend des couleurs - Batiweb

Le marché immobilier reprend des couleurs

Les ventes de logements anciens semblent avoir définitivement renoué avec la croissance. Dans sa note de conjoncture du mois de septembre, la FNAIM évoque le « rebond » du secteur immobilier. Transactions en hausse, prix plus ou moins stables, taux d’intérêt toujours bas… De nombreux éléments pourraient venir soutenir cette légère reprise. L’activité devrait cependant s’inscrire à la baisse sur l’année 2020, le confinement ayant paralysé les ventes.