Les travaux de rénovation énergétique, pas à la portée de tous Vie pratique | 27.10.14

Partager sur :
Problèmes d'humidité, fenêtres en mauvais état, sentiment d'inconfort l'hiver dans leur pièce principale, les Français sont 29 % à se plaindre de l'efficacité énergétique de leur logement, selon le baromètre AFP-Powermetrix publié vendredi dernier. Mais peu ou prou pourrait en réalité se payer des travaux de rénovation énergétique.

A l'approche de l'hiver, l'efficacité énergétique des logements et le confort de leurs habitants font l'objet d'une étude de l'AFP-Powermetrix, publiée vendredi dernier.

Cette étude révèle que 29 % des foyers français se plaignent d'inconfort thermique. En cause, des problèmes d'humidité, des fenêtres en mauvais état ou la sensation d'avoir froid dans leur pièce principale en hiver.

Dans le détail, les statistiques sont éloquentes : 4 % des foyers vivent dans un logement sans aucune isolation des murs et équipé de fenêtres à simple vitrage. Ces ménages devraient donc s'engager dans une rénovation de grande ampleur d'un coût de 500 euros le mètre carré.

A l'inverse, 6 % vivent dans des logements déjà bien isolés qui nécessiteraient des rénovations plus limitées (150 euros/m³), comme l'acquisition d'appareils de chauffage plus performants.

19 % se trouvent dans une situation intermédiaire et devraient engager des travaux ciblés comme l'isolation des murs et du plafond ou le remplacement des fenêtres pour un coût de 300 euros/m³.

Le budget chauffage de dix hivers consécutifs

Globalement, rénover les logements des personnes interviewées dans le cadre de ce baromètre, d'une superficie moyenne de 117 mètres carrés, représenterait un investissement de 35 000 euros par foyer soit 280 milliards d'euros, soit « l'équivalent du budget en chauffage de l'ensemble des foyers français sur dix hivers consécutifs », selon ce baromètre.

« Les coûts de rénovation thermique sont donc élevés, voire très élevés dans le cas de certains logements. Même dans le cas d'incitations fiscales importantes, ils ne sont pas à la portée de tous », a commenté Luc Rouach, responsable du développement de Powermetrix.

D'autant que parmi les foyers concernés, plus de la moitié sont des locataires vivant en appartement et 16% déclarent avoir déjà eu des difficultés à payer leur factures d'électricité.

Ils n'ont donc pas forcément le pouvoir de décision ni les moyens pour entreprendre ce genre de travaux.

Le comportement de consommation en cause

Enfin, pour améliorer leur consommation d'énergie, les ménages doivent aussi intervenir sur leur comportement de consommation, mais « sans rénovation thermique de l'habitat, les autres actions auront forcément un impact limité », conclut Luc Rouach.

Le gouvernement a engagé un vaste programme visant à inciter les Français à améliorer l'efficacité énergétique de leur logement. Dans ce cadre, deux aides ont été mises en place : le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE, ex-CIDD) et l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

C.T (avec AFP)
© Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le budget de l'Anah augmente pour rénover 70 000 logements - Batiweb

Le budget de l'Anah augmente pour rénover 70 000 logements

A l'occasion de son déplacement à Rennes, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse a annoncé que des crédits supplémentaires seraient débloqués en 2016 pour l'Anah. Dans le cadre du programme Habiter mieux, l'Agence aura pour objectif de lancer la rénovation énergétique de 70 000 logements, contre 50 000 l'an dernier. Depuis son lancement en 2013, 200 000 ménages ont bénéficié de ces aides.
Eco-conditionnalité : l'association EdEn réclame le déblocage des investissements - Batiweb

Eco-conditionnalité : l'association EdEn réclame le déblocage des investissements

Pour bénéficier des aides, et être assurés de la qualité des travaux effectués, les particuliers devront faire appel aux professionnels qualifiés « Reconnu garant de l'environnement » (RGE). Pour l'éco-PTZ, cette obligation s'appliquera à partir du 1er septembre 2014 mais pour le crédit d'impôt développement durable (CIDD), seulement à compter du 1er janvier 2015. Une décision que regrettent les entreprises et les artisans membres de l'association EdEn. Explications.
L'entrée en vigueur de l'éco-conditionnalité repoussée au 1er septembre 2014 - Batiweb

L'entrée en vigueur de l'éco-conditionnalité repoussée au 1er septembre 2014

Alors que son application était attendue par les entreprises et les artisans au 1er juillet 2014, le principe d'éco-conditionnalité est finalement repoussé au 1er septembre. Cela laisse un peu plus de temps aux professionnels pour se qualifier RGE, seul label permettant d'accéder aux aides publiques pour le financemaent des travaux. Le décret fixant les conditions de la mise en place de cet éco-conditionnalité est lui attendu pour fin juin. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter