Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages

Vie pratique | 12.04.12
Partager sur :
Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages - Batiweb
Un mois a été nécessaire au bureau d’étude LAYHER pour trouver LA réponse à ce défi : la réfection de la couverture du château de Vaux-le-Vicomte. Cette solution très technique a offert à UTB la possibilité de travailler directement sur le dôme, sans que les échafaudages n’entrent en contact avec celui-ci.

A l’occasion de la dernière phase, très technique, des travaux de réfection de la couverture du château deVaux-le-Vicomte (dôme et corps central), la société UTB (SCOP centenaire, spécialisée dans la couverture, la plomberie et le génie climatique) a décidé de lancer un nouvel appel d’offres pour la partie échafaudage. LAYHER, leader européen de l’échafaudage en Europe, lui a proposé une solution technique innovante répondant à la spécificité de l’architecture du dôme, à la forte prise au vent subie par les échafaudages et permettant à son équipe de couvreurs, de gagner un temps précieux.

L’échafaudage se structure en 3 parties :

- Une passerelle à forte capacité de charge (20 m de portée), installée au dessus des douves du château mène à la tour d’échafaudage pour alimenter le chantier.

- Deux tours d’échafaudages sont installées de pied, et de part et d’autre du corps central. Elles sont ancrées sur la façade sur une hauteur de 20 m, (jusqu’à la corniche) puis la structure se rejoint à l’aide de plusieurs caissons d’échafaudage et couvre l’ensemble du corps central. A partir de cette hauteur la structure devient autostable jusqu’à 30m (car il n’y a ensuite plus de points d’ancrage).

- La toiture : la structure d’échafaudage ne prend appui sur la toiture qu’en dehors de la zone de travail du dôme. Des cravatages reprennent le glissement et le soulèvement, et assurent la stabilité de l’ensemble malgré une importante prise au vent. L’échafaudage, équipé de planchers tous les 2 m épouse la forme du dôme. Suspendu directement aux caissons de la toiture reconstituée, celui-ci n’entrave pas le travail de l’équipe de couverture. Sur ce genre de structures, on constate habituellement de nombreux appuis sur la couverture, qui doivent être soulagés un par un pour rénover la toiture se trouvant en dessous. Dans la solution de LAYHER, aucun appui ne vient gêner les zones de travail.

Le système complet est recouvert d’un parapluie LAYHER, en COUVRALU, se trouvant à près de 35 m du sol. Cette dernière phase a débuté mi-septembre 2011, au moment où la filiale de montage de LAYHER, Échafaudage service, a commencé à monter les 150 t d’échafaudages. La mise en place des échafaudages s’est terminée le 20 décembre et leur démontage interviendra, à l’issue des travaux, un peu avant l’été.

L.P

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

La Chapelle royale de Versailles se refait une beauté - Batiweb

La Chapelle royale de Versailles se refait une beauté

Lancée en mars 2018, la rénovation de la Chapelle royale de Versailles fait intervenir de nombreux corps de métiers. Ces derniers œuvrent pour redonner son éclat à l’édifice sacré qui doit recouvrer son état originel et se couvrir de feuille d’or. Parmi les mécènes, Saint-Gobain renoue avec son passé en participant à la restauration des vitraux en glace. Les travaux devraient durer jusqu’en 2020.
1000 tonnes d’échafaudage pour la rénovation d’un site BNF - Batiweb

1000 tonnes d’échafaudage pour la rénovation d’un site BNF

Long de 174 m pour une largeur de 93 m, le Quadrilatère Richelieu fait actuellement l’objet d’une restauration qui a commencé en novembre 2011 et se terminera en 2017. Le chantier représente 58.000 m2, qui ont été divisé en deux tranches, de manière à ce que le site puisse rester ouvert au public durant toute la période des travaux.
Avis d’expert : Traiter la toiture, « un véritable enjeu patrimonial méconnu » - Batiweb

Avis d’expert : Traiter la toiture, « un véritable enjeu patrimonial méconnu »

Jacques Clerc, directeur technique chez Attila, revient sur les enjeux liés à l’entretien du « Capital-toit ». Rappelant que la toiture est responsable de 30% des pertes thermiques, il estime essentiel de « sortir du curatif » pour « adopter un réflexe préventif ». La réparation et l’entretien d’une toiture présente des bénéfices esthétique, écologique et financier. Des actions qui doivent bien sûr être réalisées par des professionnels qualifiés.
À Vézelay, la basilique restaurée dans les règles de l’art - Batiweb

À Vézelay, la basilique restaurée dans les règles de l’art

À Vézelay (89), la basilique Sainte Marie-Madeleine attire près d’un million de visiteurs par an. Construite au IXème siècle, elle a fait l’objet d’une vaste restauration par l’architecte Viollet-le-Duc en 1840. Depuis, des fissures et des infiltrations se sont formées sur le monument. Un programme de restauration en plusieurs tranches a donc été lancé en 2014. Actuellement, l’entreprise SMBR travaille sur les enduits des voûtes. Pour redonner sa luminosité à la basilique et rester fidèle aux matériaux d’origine, le choix s’est porté sur la chaux aérienne.