À Batimat, Brune Poirson revient sur la gestion des déchets du BTP BATIMAT 2019 | 07.11.19

Partager sur :
En introduction d’une table ronde « Économie circulaire et bâtiment » organisée à l’initiative de Construction21 sur le salon Batimat, la secrétaire d’État à la Transition écologique est revenue sur les objectifs du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Durant son intervention, elle a notamment évoqué la reprise gratuite des déchets triés, le développement des déchetteries professionnelles, la création d’un Observatoire des déchets, ainsi que la mise en place d’une filière pollueur-payeur et le renforcement des sanctions.

Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de la Ministre de la Transition écologique, s’est déplacée ce jeudi 7 novembre sur le Mondial du Bâtiment pour rappeler l’importance du tri et du recyclage des déchets du bâtiment, qui représentent 40 millions de tonnes par an en France, « dont 1,5 millions de tonnes finissent dans la nature à cause des dépôts sauvages, soit 21 kg par habitant par an ».

 

La secrétaire d’Etat a dans un premier temps fêté les 60 ans du salon, avant de revenir sur le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, adopté fin septembre par le Sénat, et qui doit encore être débattu à l’Assemblée nationale.

 

« Le bâtiment produit chaque année 40 millions de tonnes de déchets »

 

« L’objectif de ce projet de loi, c’est de changer le rapport que nous avons aux déchets en France et plus largement nos modes de production et de consommation ». « Plus que jamais le bâtiment est au cœur des réflexions, car les entreprises du bâtiment produisent chaque année 40 millions de tonnes de déchets », a-t-elle commencé.

 

« La question c’est : « comment améliorer la collecte des déchets du bâtiment et comment encourager le recyclage et le réemploi ? » Le premier défi c’est la masse colossale de déchets, et le second, la diversité de ces déchets : parpaings, plâtre, verre plat, bois, moquette etc. »

 

« Heureusement, il faut reconnaître que les entreprises du bâtiment font déjà beaucoup d’efforts puisque 54 % des déchets du bâtiment sont déjà valorisés. Mais on est encore loin de l’objectif de 70 % fixé par la France et l’Union européenne », a-t-elle nuancé.ƒ

 

Reprise gratuite, filière pollueur-payeur, et traçabilité des déchets

 

Parmi les solutions, la secrétaire d’Etat a préconisé une approche en amont, en passant d’une logique de « démolition » à une logique de « déconstruction ». Elle a également confirmé la reprise gratuite des déchets du bâtiment préalablement triés, et souligné le nécessaire développement du maillage territorial des déchetteries. « En France, il y a environ 4200 déchetteries, mais seules 500 sont des déchetteries professionnelles. Cela ne suffit pas ! », a-t-elle souligné.

 

Elle a également évoqué la mise en place d’une filière pollueur-payeur. « Ils faut fixer des objectifs, et que les professionnels du bâtiment puissent nous rendre des comptes », a-t-elle estimé, en insistant sur l’idée de transparence. « Certains acteurs ne jouent pas le jeu. Ils font du mal à planète et à la filière du bâtiment. Nous allons donc créer un régime de sanctions spécifique aux dépôts sauvages ».

 

Enfin, la secrétaire d’Etat a évoqué l’instauration d’un système de traçabilité pour les déchets avec la création d’un Observatoire national des déchets en partenariat avec l’Ademe.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : C.L.

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.
La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
Projet de loi anti-gaspillage : « La REP pourrait coûter 2 milliards d’euros par an au bâtiment » alerte la FFB

Projet de loi anti-gaspillage : « La REP pourrait coûter 2 milliards d’euros par an au bâtiment » alerte la FFB

Alors que le projet de loi anti-gaspillage doit être examiné au Sénat, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a souhaité rappelé l’engagement, mais aussi les points de désaccords de la filière du bâtiment, parmi lesquels l’instauration d’un système de Responsabilité Elargie au Producteur (REP), qui risquerait de « coûter près de 2 milliards d’euros par an » au secteur. « Une facture qui impacterait de facto les coûts de la construction », ajoute la fédération dans un communiqué.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter