A Fessenheim, le solaire va venir remplacer le nucléaire Collectivités territoriales | 16.04.18

Partager sur :
Le Gouvernement a annoncé le lancement prochain d’un appel d’offres pour des installations solaires dans le Haut-Rhin où la centrale nucléaire de Fessenheim va fermer. Il portera sur un total de 300 mégawatts, dont 100 MW sur des bâtiments et 200 MW de photovoltaïques au sol. Le début de l’appel d’offres et prévu pour novembre 2018 et devrait se dérouler en plusieurs phases jusqu’en novembre 2019.
Dans le Haut-Rhin, l’Etat semble préparer l’après-Fessenheim. Lors d’un déplacement à Colmar, le secrétaire d’Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu, a annoncé le lancement d’un appel d’offres pour des installations photovoltaïques.

Rappelons que la centrale de Fessenheim devrait fermer vers la fin de l’année 2018 ou au printemps 2019. « Fermer Fessenheim sans en faire un démonstrateur de la transition énergétique n'aurait pas de sens », a affirmé M. Lecornu ajoutant : « L'Etat consent à un effort inédit: un appel d'offres dédié et ciblé à l'échelle du département du Haut-Rhin sur les énergies renouvelables » et le photovoltaïque en particulier.

L’appel, dont la Caisse des dépôts (CDC) sera partenaire, portera sur un total de 300 MW, dont 100 MW sur des bâtiments et 200 MW de panneaux photovoltaïques au sol. Il devrait être lancé en novembre 2018 et se dérouler en plusieurs phases jusqu’en novembre 2019, avec « une possibilité ouverte au financement participatif ». EDF avait d'ores et déjà indiqué être intéressé par un tel appel d'offres.

Un territoire en mutation

Si le territoire semble avoir engagé sa mutation, l’avenir des bâtiments de la centrale nucléaire de Fessenheim est encore incertain. Lors d'une rencontre d'une heure des syndicats du site de Fessenheim avec Sébastien Lecornu, la CGT a présenté ses propositions de réutiliser certains bâtiments pour en faire « un site de recherche », « un centre d'ingénierie » ou « un grand centre de formation », a expliqué à la presse Jean-Luc Cardoso, délégué CGT.

« Il y a beaucoup d'initiatives prises. Maintenant, il s'agit d'aider à mettre tout cela en œuvre », a expliqué David Coste, délégué interministériel à l'avenir du territoire de Fessenheim, nommé fin mars.

Par ailleurs, dans le cadre de la reconversion du territoire alsacien après la fermeture de Fessenheim, des coopérations économiques franco-allemandes doivent être menées. Une « étude de faisabilité » franco-allemande doit être réalisée d'ici à la fin de l'année sur la reconstruction d'une liaison ferroviaire entre Colmar et Fribourg en Allemagne, jamais rétablie depuis la destruction d'un pont sur le Rhin durant la Seconde guerre mondiale.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transition écologique : 127 projets solaires retenus dans le cadres d’appel d’offres

Transition écologique : 127 projets solaires retenus dans le cadres d’appel d’offres

50 projets solaires innovants d’un volume total de 70 MW et 77 lauréats visant à développer le photovoltaïque au sol, pour 500 MW, ont été retenus par le ministère de la Transition écologique et solidaire, comme l’a annoncé le secrétaire d’État Sébastien Lecornu. Ces différentes opérations s’inscrivent dans le cadre de deux nouveaux appels d’offres lancés par le gouvernement. Les détails.
Solaire sur toiture : la pression des prix pèse sur l’engagement du secteur

Solaire sur toiture : la pression des prix pèse sur l’engagement du secteur

En janvier dernier, 243 nouveaux lauréats ont été désignés pour le développement d’installations photovoltaïques sur bâtiment. Sur les 300 mégawatts prévus dans l’appel d’offres, seuls 155 MW ont été attribués, rapporte la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui note également une hausse des prix moyens proposés par les lauréats. Au vu des résultats, peut-on parler d’un désengagement des acteurs de la filière ? Précisions.
100% d’énergies renouvelables en 2050, c’est possible ?

100% d’énergies renouvelables en 2050, c’est possible ?

En 2017, l’association négaWatt dévoilait ses nouveaux travaux aboutissant à un mix énergétique sans nucléaire ni énergie fossile. Une théorie aujourd’hui soutenue par l’université de LUT et Energy Watch Group. Un système composé à 100% d’énergies renouvelables serait en effet possible à horizon 2050 et consisterait en une combinaison de sources énergétiques.
Une fleur photovoltaïque en forme de tournesols à planter chez soi

Une fleur photovoltaïque en forme de tournesols à planter chez soi

EDF ENR Solaire propose depuis la fin de l'année 2014 une nouvelle manière de faire du jardinage grâce à l'installation de centrales privées photovoltaïques en forme de tournesols, les « Smartflowers », à planter dans les jardins. Comme la plante, elles déploient leurs pétales et s’orientent en fonction du mouvement du soleil pour un rendement supérieur de 40 % aux installations photovoltaïques traditionnelles.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter