Anne Hidalgo fustige la baisse des APL dans une lettre adressée aux locataires du parc social Collectivités territoriales | 26.10.17

Partager sur :
Farouchement opposée à de nombreuses mesures du projet de loi Logement, Anne Hidalgo a récemment adressé une lettre aux locataires du parc social afin de les mettre en garde contre les nombreuses initiatives envisagées par le gouvernement. Dans sa ligne de mire, la baisse des APL est vivement critiquée, la maire de Paris craignant de « graves conséquences » qui risqueraient de fragiliser le système de logement social actuel. Explications.
Anne Hidalgo n’est pas contente, et elle le fait savoir ! Au début du mois, la maire de Paris prenait la parole pour dénoncer « un certain nombre de mesures » inquiétantes envisagées dans le cadre du projet de loi Logement.

Récidiviste, l’élue locale a envoyé cette semaine une lettre aux locataires du parc social francilien pour les avertir des conséquences que pourraient avoir les « mesures d’économie drastiques sur le budget du logement ».

Cette missive, co-signée par les présidents des différents bailleurs de la Ville, revient notamment sur la baisse annoncée des Aides personnalisées au logement (APL) ainsi que la réduction des loyers dans le parc social.

Une démarche critiquée par l’opposition

L’initiative d’Anne Hidalgo n’a pas manqué d’attirer l’attention de plusieurs élus, et notamment de La République En Marche, qui ont fermement « condamné la méthode » de la maire de Paris. D’après eux, « utiliser les fichiers de locataires des bailleurs sociaux à des fins purement politiciennes » est une « démarche regrettable ».

Les Parisiens progressifs et constructifs, eux, ont vivement critiqué cette « méthode (qui) ne manque pas de culot ». « Depuis son élection en 2014, Anne Hidalgo n’a cessé de ponctionner la trésorerie des bailleurs sociaux parisiens pour combler le trou de son budget déficitaire de 400 millions d’euros chaque année », ont-ils affirmé.

« La maire ferait mieux de réorienter sa politique du logement », conseillent, enfin, Les Républicains. « Toujours 130 000 demandeurs, 7 ans d’attente, pas d’accession sociale à la propriété, conventionnements massifs des logements intermédiaires et ponction lourde des bailleurs sociaux parisiens : chaque année la maire de Paris exige le versement anticipé de l’équivalent de 60 années de loyer. » Ambiance.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @Anne_hidalgo (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Paris : des logements sociaux toujours accessibles aux handicapés - Batiweb

Paris : des logements sociaux toujours accessibles aux handicapés

L’Assemblée nationale a adopté ce mardi 12 juin le projet de loi Elan, qui prévoit notamment de réduire de 100% à 10% la part de logements neufs accessibles aux personnes handicapées. Pour contrer cette mesure controversée, la maire de Paris Anne Hidalgo a récemment adressé un courrier aux bailleurs sociaux de la Ville, les engageant à maintenir un objectif de 100% de biens neufs accessibles.
Logements à Paris : la parole est aux citoyens - Batiweb

Logements à Paris : la parole est aux citoyens

Faisant suite à une initiative lancée en 2014, l'avis citoyen relatif au logement des classes moyennes a été présenté ce jeudi 3 mai au Conseil de Paris. Le document, qui résulte de trois sessions d'échanges ayant rassemblé 23 résidents, apporte avec lui son lot de nouvelles propositions, parmi lesquelles un durcissement du réexamen des situations des locataires du parc social. Tous les détails.
Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement - Batiweb

Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement

Déjà en pleine réforme, le monde du logement social devra encore faire des efforts ! Le gouvernement réclame en effet depuis plusieurs mois des économies importantes, passant notamment par la réduction des loyers pour compenser la baisse des Aides personnalisées au logement (APL). Pour autant, l’Union sociale pour l’habitat (USH) a indiqué ce 21 mars que le Premier ministre Edouard Philippe lui avait octroyé 15 jours supplémentaires pour apporter des propositions soutenables pour les finances publiques. Les détails.
Les organismes HLM ferment leurs offices en protestation contre le plan logement du gouvernement - Batiweb

Les organismes HLM ferment leurs offices en protestation contre le plan logement du gouvernement

C’est un véritable ‘’coup de gueule’’ qu’ont poussé les organismes HLM ce mardi 17 octobre. Mobilisés contre le plan logement du gouvernement, qui prévoit notamment la baisse des APL et des loyers dans le parc social, les professionnels du secteur ont choisi de fermer les offices en signe de protestation. Une lettre a également été adressée aux parlementaires afin d’attirer leur attention sur « les conséquences catastrophiques » que pourraient avoir de telles mesures.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter