Jacques Mézard inaugure le 22e Salon des Maires d’Ile-de-France Collectivités territoriales | 10.04.18

Partager sur :
Ce mardi, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a donné le coup d’envoi du 22e Salon des Maires d’Ile-de-France. L’événement organisé sur trois jours va permettre aux décideurs publics, partenaires institutionnels et prestataires spécialisés d’échanger et d’imaginer la ville francilienne de demain. Dans son discours, le ministre est revenu sur les enjeux du projet de loi Elan et a insisté sur l’importance de co-construire la région.
Le 22e Salon des Maires d’Ile-de-France, inauguré ce jour par Jacques Mézard, va rassembler du 10 au 12 avril plus de 260 exposants et 20 000 visiteurs, l’occasion pour les interlocuteurs publics et privés de se retrouver et d’échanger. La Salon est en effet un rendez-vous incontournable pour ceux « qui ont cœur de bâtir la ville francilienne de demain ».

Plusieurs temps forts sont prévus, notamment des conférences portant sur l’évolution du rôle et des compétences du maire, la loi de finances 2018 ou encore la mobilité durable.

Si le salon va faire la part belle à la Smart City, Jacques Mézard a lui insisté sur le mal logement et les problématiques d’aménagement. Dans son discours d’introduction, le ministre a en effet rappelé que la région était la plus « densément peuplée » de France. Résultat, les franciliens trouvent difficilement des logements de qualité, à proximité de leur travail et à un prix abordable.

Pour répondre à ces difficultés, il est revenu sur le projet de loi Elan qui doit permettre aux acteurs de la construction et du logement de « construire plus, plus vite et moins cher ». Il doit également conduire au développement de villes dans la ville, « mixtes, durables et écologiquement exemplaires ». Simplification des normes, lutte contre les recours abusifs, libération du foncier, transformation des bureaux vacants en logements, etc. Jacques Mézard a détaillé les actions prévues. Il s’est également référé aux locations saisonnières : « L’explosion de la location de courte durée a sorti du marché locatif l’équivalent de plusieurs années de production neuve », a-t-il déclaré.

« Co-construire » la ville

Le ministre a également souligné l’importance de co-construire la ville et a appelé à plus de « cohésion ».
« Je suis intimement convaincu que nous devons donner les moyens de construire collectivement le Grand Paris des projets. Pour ce faire, nous proposons un nouveau cadre, celui des projets partenariaux d’aménagement ».

L’idée est en effet « d’aligner les intérêts de tous les acteurs » : collectivités, établissements publics d’aménagement et de foncier, grands propriétaires fonciers, bailleurs sociaux et promoteurs. Il s’agit également de ne plus opposer « l’urbain » et « le rural » : « Il ne peut y avoir deux France à partir du moment où il y a une République ».

Changer le visage des quartiers

Concernant les quartiers, 4 priorités ont été définies : cadre de vie et logement, éducation et culture, formation et emploi, et sécurité. Evoquant la lenteur de la machine administrative, il a signalé vouloir relancer le programme NPRNU « en sécurisant son financement ». Il a rappelé à cet effet, les 2 milliards d’euros à destination des bailleurs sociaux.

S’il a conscience du besoin de renforcer les subventions pour les démolitions de logements sociaux « afin de permettre de vrais projets de transformation des quartiers », il estime qu’il faut d’abord « valider plus rapidement les opérations, améliorer le dialogue au fil du projet, permettre de démarrer certaines opérations avant que tout ne soit ficelé ».

Enfin, Jacques Mézard a déclaré vouloir accélérer la rénovation des copropriétés dégradées. « Des procédures existent mais elles restent trop longues et coûteuses (…). Je veux un pilotage national fort, un responsable opérationnel pour chaque propriété très dégradée er des résultats mesurables. Bien sûr nous ne réussirons, là aussi, que si nous le faisons ensemble avec les maires ».

« Notre responsabilité collective est immense, elle pèse sur l’Etat, elle pèse aussi sur vous, le bloc local, elle pèse sur nous ensemble », a-t-il poursuivi. « Je suis convaincu que par nos engagements réciproques, par notre volonté d’agir concrètement, par les projets que nous rêvons et que nous réalisons, nous pourrons réussir à transformer la région capitale », a-t-il conclu.

R.C
Photo de une : Twitter Officiel ©MezardJacques
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Sénat adopte le projet de loi Elan

Le Sénat adopte le projet de loi Elan

Déjà voté à l’Assemblée nationale, le projet de loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan) a été adopté en première lecture par le Sénat. Ce texte qui vise à « construire plus, mieux et moins cher » selon le gouvernement, fera l’objet, après les vacances parlementaires, d’une commission mixte paritaire (CMP) chargée de trouver une version commune aux deux chambres.
Le logement social au coeur du projet de loi Elan

Le logement social au coeur du projet de loi Elan

Jacques Mézard et Julien Denormandie ont présenté, mercredi 4 mars, en Conseil des ministres, le projet de loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan). Le texte vise deux objectifs : « construire mieux, plus et moins cher » et protéger les plus fragiles. Il prévoit également de réformer le logement social. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’un nouveau protocole a été signé entre l’Etat et le Mouvement HLM. Tous les détails.
Les députés adoptent le projet de loi Elan

Les députés adoptent le projet de loi Elan

Après deux semaines de débat, l’Assemblée nationale a adopté mardi par 342 voix contre 169 et 44 abstentions, le projet de loi Elan. Dans un communiqué commun, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, ont salué l’adoption de ce texte qui poursuit un double objectif : « libérer la construction en levant les verrous et protéger les plus fragiles ».
Une nouvelle directrice de l’hébergement et du logement pour l’Île-de-France

Une nouvelle directrice de l’hébergement et du logement pour l’Île-de-France

Inspectrice générale des affaires sociales depuis deux ans, Isabelle Rougier a été nommée, par arrêté conjoint des ministres de la Cohésion des territoires et des solidarités et de la Santé, directrice régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (DRIHL) pour l’Île-de-France. Elle succède ainsi à Jean-Martin Delorme. Retour sur son parcours.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter