La mise en service du CDG Express reportée à fin 2025 Collectivités territoriales | 31.05.19

Partager sur :
Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, a annoncé ce mercredi 29 mai, le report de la mise en service du CDG Express initialement prévue pour décembre 2023. Cette décision fait suite au rapport remis en avril dernier par le préfet de région, un document qui proposait deux scénarios. Dans « l’intérêt des voyageurs » et afin de « limiter l’impact des travaux », le Gouvernement a finalement décidé de repousser la date à fin 2025. Le projet ratera donc l’échéance olympique.

 

Le 11 février dernier, Élisabeth Borne signait le contrat de concession du CDG Express, étape indispensable pour la création de la société de projet et le lancement des travaux. Mais alors que la date de mise en service était prévue au 1er janvier 2024, la ministre a annoncé ce mercredi qu’elle n’adviendra finalement que fin 2025.
 

 

Elle précise : « Si nous avons décidé de nous engager, c’est parce que le CDG Express est indispensable pour Paris et l’Ile-de-France. Il sera donc réalisé et il sera mené à son terme ».
 

 

Pourquoi ce report ? La ministre évoque tout d’abord le fait que le projet « a trop longtemps souffert d’hésitations et de renoncements. Pourtant, personne ne peut se satisfaire de la desserte de l’aéroport aujourd’hui, qui repose largement sur la route. Elle n’est pas à la hauteur de l’ambition que nous avons pour l’attractivité de notre pays et notre capitale ».
 

 

Elle rappelle que le CDG Express permettrait un report du trafic « vers des modes plus propres (…). La route représente 56% de la desserte de l’aéroport. On ne peut pas en rester là. Enfin le projet sera positif pour alléger le RER B des nombreux voyageurs avec bagages qui se rendent à l’aéroport ».
 

 

Répondant aussi à ceux qui estiment que le projet s’oppose au RER, elle insiste : « Tout d’abord, il n’y a pas de concurrence entre le CDG Express et les investissements pour les transports du quotidien ». Il est « un projet de 1,8 Md€, intégralement financé par ses futurs clients, à hauteur de 60%, et par les passagers de l’aéroport, à 40% ». « Plus encore, 500 M€ de travaux du CDG Express bénéficieront directement à l’amélioration du RER B ».
 

 

Limiter l’impact sur les voyageurs
 

 

Elle reconnaît cependant que de nombreux projets sont en cours, notamment au Nord de Paris : « que ce soit pour le schéma directeur du RER B, la livraison de nouveaux matériels, la régénération du réseau existant, la création d’interconnexions avec le Grand Paris Express, ou la mise en accessibilité des réseaux ».
 

 

« C’est dans ce contexte particulièrement dense que doit être réalisé le CDG Express dans cette zone. Et je le précise : CDG Express ou non, ces travaux au service de l’amélioration du quotidien sont attendus, sont nécessaires et ils auront lieu. J’appelle donc chacun à ne pas céder à la tentation de faire du CDG Express un bouc-émissaire facile ».
 

 

Pour évaluer l'impact du projet sur les voyageurs que le gouvernement avait confié au préfet de région une mission de coordination de l’ensemble des travaux. Le rapport, remis le 18 avril dernier, propose deux scénarios : le respect de l’échéance des JO 2024 pour le CDG Express mais sans réaliser l’ensemble des opérations associées ; ou la réduction de l’impact pour les voyageurs du quotidien et du risque pour SNCF Réseau, en repoussant la mise en service du CDG Express à fin 2025.
 

 

« Au terme de ce travail, le Gouvernement a décidé de retenir le 2nd scénario, à savoir un report de la mise en service du CDG Express », explique-t-elle. « Cela permettra très concrètement d’assurer la réalisation de cette liaison, indispensable, mais sans avoir à passer par exemple par des fermetures de ligne anticipées dès 23h en semaine, qui serait particulièrement préjudiciable ».
 

 

Quel service pendant les JO 2024 ?
 

 

Se pose bien sûr la question des Jeux Olympiques de 2024. « Nous avons demandé à la SNCF d’organiser, en lien avec Ile-de-France Mobilités, un service spécifique direct entre CDG et Paris sur le RER B durant les Jeux Olympiques (…). »
 

 

« Cette décision n’est pas un blanc-seing. Nous resterons extrêmement vigilants pendant toute la durée des travaux », déclare enfin la ministre.
 

 

Dans un communiqué, la Ville de Paris a salué le report du projet « qui bénéficiera en premier lieu aux touristes et ne doit en aucun cas être réalisé au détriment des transports en commun empruntés quotidiennement par les Parisiens et les Franciliens ». « Le report à 2025 doit par ailleurs permettre de s’assurer que le passage du Charles de Gaulle Express au-dessus de la Porte de la Chapelle est possible sans détériorer le cadre de vie des riverains et sans retarder l’indispensable rénovation urbaine de ce quartier en proie à de nombreuses difficultés ».

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transition écologique : PFA et Routes de France signent un protocole de coopération

Transition écologique : PFA et Routes de France signent un protocole de coopération

Le Gouvernement a présenté, le 24 septembre dernier, les grandes orientations de son projet de loi de finances 2019. Nombreuses sont les mesures visant à accélérer la transition écologique. En matière de transports, l’exécutif a annoncé reconduire la prime à la reconversion. Des investissements sont également prévus pour développer des infrastructures dont l’empreinte carbone est faible. Mobilité durable et infrastructures semblent ainsi aller de pair. C’est en tous cas ce que pensent PFA et Routes de France.
Grands projets d’infrastructures : Elisabeth Borne annonce la fin de la suspension des chantiers

Grands projets d’infrastructures : Elisabeth Borne annonce la fin de la suspension des chantiers

En juillet dernier, Emmanuel Macron avait demandé au gouvernement de suspendre les grands chantiers d’infrastructures pour des raisons économiques. Ce 10 octobre, la ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé la fin imminente de cette pause. En attendant, c’est une phase d’études visant à repenser les projets concernés qui devrait s’ouvrir prochainement.
CDG Express : le contrat de concession est signé !

CDG Express : le contrat de concession est signé !

La ministre des Transports, Elizabeth Borne, a signé, lundi 11 février, le contrat de concession du CDG Express, étape indispensable pour la création de la société de projet et le lancement des travaux. Contesté par de nombreux habitants et élus d’Ile-de-France, le CGD Express devrait relier la Gare de l’Est à l’aéroport de Roissy à partir du 1er janvier 2024. Coût de l’investissement, 1,8 milliard d’euros.
Jeux Olympiques 2024 : la ministre des Transports donne un coup de fouet aux chantiers du Grand Paris Express

Jeux Olympiques 2024 : la ministre des Transports donne un coup de fouet aux chantiers du Grand Paris Express

Les avertissements de la Cour des comptes quant à des dépassements budgétaires dans le cadre du Grand Paris Express n'auront pas suffi à arrêter à Elisabeth Borne ! La ministre des Transports a en effet récemment fait part de sa volonté de lancer au plus vite les chantiers de nouveaux tronçons du futur métro. Une initiative qui s'inscrit dans le cadre de l'accueil des Jeux Olympiques par la capitale française en 2024.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter