Fermer

Massification des rénovations énergétiques : « le biosourcé n’est pas l’unique solution »

La rénovation est un axe important de la décarbonation des bâtiments. Décryptage lors d'un webinaire ce jeudi avec Myral. L'entreprise, spécialisée dans l'isolation thermique par l'extérieur (ITE) et la rénovation des façades, lance un plan d'actions visant à réduire l'impact carbone et à favoriser le réemploi et le recyclage des matériaux utilisés.
Publié le 13 mai 2022

Partager : 

Massification des rénovations énergétiques : « le biosourcé n’est pas l’unique solution » - Batiweb

Alors qu’il existe 4,8 millions de passoires thermiques en France et que la rénovation énergétique est érigée en priorité, notamment par le GIEC, le groupe d’expert du climat de l’ONU, pour faire face à l’urgence climatique, les acteurs du secteur de la réhabilitation sont de plus en plus sollicités. 

C’est le cas par exemple de Myral, leader en France en matière d'isolation thermique par l'extérieur (ITE) et de rénovation de façades, qui a su orienter ses choix de solutions pour la rénovation de bâtiment. Choix des bons matériaux aux bons endroits, hiérarchisation des actions, prise en compte de l’impact globale d’une rénovation… De nombreuses solutions existent pour une massification de la rénovation énergétique globale et performante.

La mise en place d’un plan d’actions

 

Pour cela, Myral a décidé d’analyser l’impact carbone de son activité. Ainsi, sur les 59,8kg de CO2 par m2 produits par l’entreprise, 30,9 8kg de CO2 par m2 proviennent de la fabrication des matières premières de leurs produits de revêtement de façade, telles que l’aluminium, la mousse isolante ou encore les rives PVC.  

« Il est toujours plus simple de racheter du neuf plutôt que de se creuser la tête pour trouver des solutions qui vont diminuer l’impact carbone, sachant qu’aujourd’hui cela coûte toujours plus cher de penser des produits bas carbones issus de réemploi que d’en racheter des neufs », précise Julien Bagnard, responsable de développement chez Myral.

 

L'impact carbone du vêtage Myral

 

Face à ce constat, l’entreprise Myral a établi un plan d’actions, visant à réduire son impact carbone et à favoriser le réemploi et le recyclage des matériaux utilisés. Elle a par exemple choisi d’utiliser un aluminium à 75% d’origine recyclée post-consommateur, issu de cannettes en aluminium, et fabriqué en grande partie à partir d’énergies renouvelables, ce qui réduit drastiquement son impact carbone.

Après avoir réfléchi à des solutions et en proposant un plan d’actions concret, Myral arrive à une réduction d’impact à l’échelle du système entier, de l’ordre de 63%. L’objectif de l'entreprise dans les deux ans à venir est donc de réduire de deux-tiers l’impact environnemental de son système, puis de prôner au maximum l’utilisation d’isolants réemployés ou biosourcés. 

Cependant, il n’est pas aussi simple d’imaginer une massification des rénovations énergétiques. « Avoir le produit qui aille bien sur le sismique, sur le feu, sur le vent, qui soit rapide à mettre en œuvre, qui reste attractif et compétitif d’un point de vue économique est plutôt difficile. Le biosourcé n’est donc pas l’unique solution à partir du moment où il ne peut pas être massifiable », explique Julien Bagnard.
 

Robin Schmidt

Photo de une : Adobe Stock

Par Robin Schmidt

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.