Nouvelles initiatives pour la décarbonation de l’industrie Développement durable | 11.09.20

Partager sur :
Dans le cadre du volet transition écologique du Plan de relance, le Gouvernement a ouvert deux appels à projets et un appel à manifestation d’intérêt visant la décarbonation de l’industrie. Une enveloppe dédiée de 1,2 milliard d’euros d’ici 2022 doit permettre de soutenir des projets d’investissement dans l’efficacité énergétique, la transition vers une chaleur industrielle « bas carbone » et le déploiement de procédés contribuant à rendre l’industrie plus durable.

Le Plan de relance prévoit un investissement de 30 milliards d’euros en faveur de la transition écologique. Parmi les mesures envisagées, la rénovation énergétique des bâtiments, la décarbonation des sites industriels ou encore le verdissement du parc automobile privé et public. L’objectif étant bien sûr de développer une économie « plus durable », « plus économe » en termes de ressources naturelles, et « plus compétitive ». 

 

Des mesures permettant le déploiement de nouvelles technologies sont également prévues. A ce sujet, le Gouvernement cite l’exemple de l’hydrogène « qui pourra avoir des applications dans les transports, dans l’industrie et dans la production d’énergie décarbonée ». 

 

L’hydrogène fait d’ailleurs l’objet d’une attention particulière avec le lancement d’une nouvelle stratégie nationale. Dans un communiqué, Barbara Pompili, ministre de la transition écologique et Bruno Le Maire, ministre de l’économie, expliquent que l’hydrogène décarboné « sera l’une des grandes révolutions de notre siècle (…) pour développer et déployer les solutions de mobilité sans émission, pour stocker l’énergie et apporter des réponses complémentaires à l’intermittence des énergies renouvelables ». 

 

Pour soutenir la filière, 7 milliards d’euros seront investis. Un montant qui permettra notamment d’accompagner les projets de recherche et enrichir les offres de formation. « L’enjeu de cette stratégie est de favoriser un passage rapide à l’échelle industrielle pour permettre une baisse significative des coûts de production ». 

 

Rappelons qu’en 2018, l’Etat avait déjà lancé un plan hydrogène. « Aujourd’hui la France dispose d’un écosystème industriel et de recherche très actif (…). Les grands groupes français ont également une stratégie très volontariste en matière de développement de la filière. Des entreprises sont à la pointe de la technologique dans ce domaine (…). Enfin, les collectivités manifestent un intérêt fort et investissent pour accompagner le déploiement de cette technologie », soulignent les ministères. 

 

Verdir l’industrie

 

L’hydrogène décarboné devrait permettre à l’industrie de se verdir via l’émergence d’une filière de l’électrolyse. C’est en tous cas, le procédé retenu par le Gouvernement. « La France dispose déjà d’industriels à fort potentiel. Le marché de la production d’hydrogène par électrolyse doit donc évoluer vers des projets de plus grande taille et de plus grande capacité ». L’objectif fixé est ainsi de 6,5 GW d’électrolyseurs installés en 2030. 

 

La stratégie proposera un certain nombre d’outils pour adapter et développer des procédés industriels, et soutenir ces solutions « tant que le prix de l’hydrogène n’est pas compétitif par rapport aux solutions carbonées », détaille un communiqué. 

 

De nombreux appels à projets seront lancés dans les prochaines semaines et prochains mois pour soutenir le déploiement de l’hydrogène comme par exemple l’AAP « Hub territoriaux d’hydrogène » par l’Ademe. 

 

D’autres initiatives vont également venir soutenir et accompagner la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’industrie. Les ministres de l’Economie et de la Transition écologique ont annoncé le lancement de deux appels à projets et un appel à manifestation d’intérêt, des concours qui bénéficient d’une enveloppe de 1,2 milliard d’euros :

 

  • L’AAP « Efficacité énergétique des procédés et des utilités dans l’industrie » vise à soutenir des projets d’investissement supérieurs à 3 millions d’euros (Pour les projets d'amélioration des TPE/PME, un guichet sera créé). 
     
  • L’AAP « Aides à l’investissement et au fonctionnement pour soutenir la décarbonation de l’industrie » doit faciliter la transition vers une chaleur industrielle bas carbone et l’usage de chaudière biomasse. Via cet appel, un nouveau mécanisme de soutien au fonctionnement devrait être mis en place pour « compenser les coûts additionnels liés à l’utilisation de combustibles décarbonés ».
    A cet appel, viendra s’ajouter un AMI pour des projets de production de chaleur issue de Combustibles Solides de Récupération (CSR) pouvant nécessiter une aide au fonctionnement. 
     
  • L’AMI « évolution des procédés au service de la décarbonations de l’industrie » identifiera les projets de transformation portés par l’industrie française. 

 

« Dans tous les territoires, nous soutiendrons des projets pour améliorer l’efficacité énergétique, électrifier les procédés industriels, soutenir le recours à la chaleur bas-carbone », déclare Barabra Pompili. 

 

Bruno Le Maire souligne que l’idée est de « relancer l’économie par l’écologie. Notre objectif est clair : l’exécution de ces appels à projets doit être rapide, ciblée et efficace ». 

 

Pour Agnès Pannier-Runacher, ministre en charge de l’Industrie, « C’est dans l’industrie que seront mises au point les solutions pour décarboner les transports, pour construire des logements en minimisant leur empreinte CO2 et pour inventer des processus industriels qui émettent moins de carbone et produisent des biens qui en émettent moins eux aussi ».  

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un MOOC manqué ? 7 de réédités ! - Batiweb

Un MOOC manqué ? 7 de réédités !

Si les salariés, et notamment les artisans du BTP reprennent le travail, certains souhaitent continuer à se former pour acquérir de nouvelles compétences et obtenir de nouveaux projets de construction et de rénovations grâce à cela. Comme promis au début du confinement, la plateforme MOOC Bâtiment durable réédite certaines de ses formations.
Transition énergétique : vers la création d’un plan Juncker vert ?  - Batiweb

Transition énergétique : vers la création d’un plan Juncker vert ?

En juin 2018, Pascal Canfin, directeur général du WWF France et Philippe Zaouati, président de Finance for Tomorrow - Directeur général de Mirova, se voyaient confier la production d’un rapport visant à étudier l’utilité des instruments financiers de partage de risques dans le cadre du financement de la transition énergétique. Parmi les préconisations formulées par les auteurs, la création d’un plan Juncker vert à la Française. Tous les détails.
Les entreprises n'innovent pas assez en matière de transition énergétique (Etude)  - Batiweb

Les entreprises n'innovent pas assez en matière de transition énergétique (Etude)

Schneider Electric a interrogé près de 240 entreprises du monde entier afin d’évaluer leur comportement face à la grande mutation du secteur de l’énergie. Si 81% d’entre elles prévoient de mettre en œuvre, dans les deux ans à venir, des mesures pour renforcer leurs actions pour l’efficacité énergétique, 61% révèlent que leurs projets souffrent d’un manque de coordination des acteurs en interne. Elles sont par ailleurs peu nombreuses à innover en matière de gestion de l’énergie. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter