Fermer

Tarkett ambitionne de réduire de 30 % ses émissions de CO2 d'ici 2030

Alors que les préoccupations environnementales deviennent croissantes, le groupe Tarkett annonce vouloir réduire de 30 % ses émissions de CO2 à l'horizon 2030. Pour cela, il mise notamment sur son programme ReStart, qui vise à recycler les chutes de pose et produits en fin de vie. À l'échelle de la France, Tarkett s'investit également pour répondre aux exigences de la RE2020 et de la future REP. Les explications de Myriam Tryjefackza, directrice développement durable et affaires publiques de Tarkett, et de Clémentine Janton, chef de marché.
Publié le 02 mars 2022

Partager : 

Tarkett ambitionne de réduire de 30 % ses émissions de CO2 d'ici 2030 - Batiweb

Début février, Tarkett dévoilait son livre blanc « Réinventons les villes », issu d'une étude menée auprès d'Européens durant deux ans. Les résultats de l'enquête montrent que les Européens rêvent notamment de logements plus proches de la nature et respectueux de l'environnement, grâce à des produits plus sains et écologiques.

 

« Tout cela a un vrai impact sur la façon dont vont être construits les bâtiments et sur la façon dont vont être sélectionnés les matériaux, avec l'usage de matériaux sains et durables. D'autant plus en France, avec toutes les réglementations qui sont entrées en vigueur, et notamment la dernière en date, la RE2020, qui a vraiment pour objectif d'optimiser l'utilisation de l'énergie des bâtiments, de les décarboner, et d'offrir plus de confort aux habitants », souligne Clémentine Janton, chef de marché chez Tarkett France.

 

Pour répondre à ces nouvelles préoccupations et exigences réglementaires, telles que la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), la marque s'apprête d'ailleurs à lancer une nouvelle collection de linoléums d'origine biosourcée.

 

Réduire les émissions de CO2 grâce à l'économie circulaire

 

Parallèlement, le groupe Tarkett a annoncé avoir réduit de 38 % ses émissions de gaz à effet de serre en 10 ans, et avoir pour nouvelle ambition de baisser encore de 30 % ses émissions de CO2 d'ici 2030, dans le cadre de sa feuille de route « Climat 2030 ».

 

« Notre objectif, c'est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 30 % et d'augmenter de 30 % la quantité de matériaux secondaires utlisés dans nos produits. 75 % des émissions de CO2 d'une société comme Tarkett correspondent en fait à l'utilisation de matières premières, donc on voit le bénéfice de l'économie circulaire sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre », estime Myriam Tryjefackza, directrice développement durable et affaires publiques.

 

Le groupe mise donc sur la baisse du taux de matière première vierge utilisée. En témoigne ses 22 collections certifiées Cradle to Cradle. « Notre démarche est basée sur les principes Cradle to Cradle pour s'assurer de la qualité sanitaire et environnementale des substances et des matériaux que l'on va utiliser, et de leur éco-conception pour qu'ils puissent être recyclés en fin de vie », précise Myriam Tryjefackza.

 

Développer le recyclage grâce au programme ReStart

 

Pour atteindre ses objectifs environnementaux, le groupe déploie également son programme « ReStart », qui repose sur la récupération de chutes de pose et de produits en fin de vie. Le dispositif est décliné dans de nombreux pays européens, en fonction de leurs spécificités.

 

« On s'est aperçu, au fur et à mesure du déploiement du programme ReStart, qu'on est très souvent obligés d'adapter le programme au pays parce que les réglementations ne sont pas les mêmes et parce que la façon de faire du business n'est pas la même. Il y a une spécialisation des entreprises de collecte et de traitement avec lesquelles on travaille, et finalement le pays influe beaucoup sur la logistique et le schéma commercial qui doit être mis en place », détaille Myriam Tryjefackza.

 

À l'échelle de la France, le programme ReStart compte plus de 200 partenaires - notamment des installateurs ou des entreprises générales de pose - qui les aident à récupérer les chutes de pose ou les revêtements de sols issus de déchets de chantiers, afin de les recycler.

 

« Le programme ReStart permet une reprise gratuite des chutes de pose et de certains revêtements de sols en fin de vie, ce qui représente une économie puisque jusqu'à présent la mise en décheterie était payante pour les professionnels, donc c'était un argument important pour inciter nos partenaires à souscrire au programme ReStart », souligne Myriam Tryjefackza

 

Outre le recyclage, Tarkett s'implique également dans le réemploi, qui est une demande croissante : « Le réemploi fait partie des préoccupations de nos clients. Cela leur permet de gagner des points, par exemple pour l'obtention du label BBCA, donc c'est vraiment quelque chose qu'ils recherchent. Pour accompagner nos clients sur ce levier là, nous avons développé un partenariat avec Cycle Up, qui est un acteur bien implanté sur la scène du réemploi », précise Clémentine Janton.

 

Tarkett anticipe également la future Responsabilité Élargie du Producteur (REP), qui s'appliquera au bâtiment à compter de janvier 2023. Dans ce contexte, l'industriel a d'ores et déjà pris une participation financière dans l'éco-organisme Valobat.

 

« La Responsabilité Élargie du Producteur va clairement structurer les filières de collecte et de traitement de déchets dans la construction. Nous y sommes particulièrement attentifs puisque nous avons développer notre propre système de collecte et de recyclage à travers le programme ReStart, qui est une forme de REP, et que nous avons mis en place de manière volontaire et individuelle. Aujourd'hui il s'agit de voir comment cette filière peut s'intégrer dans un système réglementé et comment nous pouvons valoriser la contribution de ReStart aux objectifs de la REP », conclut Myriam Tryjefackza.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Tarkett - ReStart

 

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.