Emmanuel Macron demande plus d’efforts aux acteurs du logement social Législation et règlements | 16.10.17

Partager sur :
Baisser en même temps les Aides personnalisées au logement et les loyers des HLM : tel est le défi que s’apprête à relever Emmanuel Macron. Interviewé sur TF1, le Président de la République n’a pas hésité à critiquer une situation « croquignolesque » où le logement social, pourtant aidé par l’État, ne cesse d’augmenter ses loyers, tandis que les locataires bénéficiant des APL sont, eux aussi, toujours plus nombreux.
Nouveaux rebondissements dans l’affaire « baisse des APL », qui ne cesse d’inquiéter les allocataires et les professionnels du logement. Aux dernières nouvelles, le secrétaire d’État Julien Denormandie avait annoncé qu’il n’y aurait pas de baisse des aides en 2018, mais que le mode de calcul serait modifié.

Pourtant, ce dimanche 15 octobre, Emmanuel Macron a rappelé sur TF1 sa volonté de « baisser les loyers » dans le logement social et de « baisser d’autant les APL ». « Ce qui est croquignolesque dans le monde où nous vivons c’est que nous finançons le logement social mais il augmente les loyers et nous finançons de l’autre côté les locataires les plus modestes par les APL. On dépense des deux côtés ! », estime le Président de la République.

« Dans le monde HLM, il y a des acteurs qui ont beaucoup d’argent », assure-t-il. « On va leur demander de faire un effort ».

Un soutien infaillible de la baisse des APL

Sur le volet des Aides personnalisées au logement, Emmanuel Macron se veut solidaire de son gouvernement : « il a procédé à des décisions difficiles d’économie sans augmenter les impôts » et « voulu tenir les engagements de ses prédécesseurs », a-t-il déclaré.

Le Président a toutefois pointé le décalage qui existe entre les dépenses importantes liées au logement (40 milliards d’euros) et le nombre grandissant de mal-logés en France, soit 4 millions d’individus. Selon lui, la politique liée à cette thématique « ne fonctionne pas ». Il n’est toutefois pas certain que le faible budget attribué au ministère en 2018 suffise à résoudre ce problème.

Emmanuel Macron « met le bordel dans le logement »

Non, il n’est pas question ici du bad buzz dont le Président a été victime suite à des propos jugés déplacés lors d’une visite en Corrèze, mais plutôt des messages scandés par les centaines de manifestants Français en guerre contre la baisse des APL.

Répondant à l’appel du collectif ‘’Vive l’APL’’, syndicats, organisations de défense des mal-logés, bailleurs sociaux et élus se sont mobilisés samedi dernier afin de partager leurs inquiétudes quant à la politique du logement menée par le gouvernement.

« Taxer les riches, pas les locataires », « M. Macron, arrêtez de nous mettre le bordel dans le logement », « Le logement social, la solution, pas le problème » sont autant de messages adressés par les manifestants, aussi bien à Paris qu’en province.

« L’APL, c’est l’arbre qui cache la forêt. Derrière, il y a une volonté politique sournoise, calculée, pragmatique, de réorganiser complètement le marché immobilier et de notamment casser l’amortisseur social qui est le logement social », estime Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement (CNL).

Dans ce climat de doutes, ‘’Vive l’APL’’ a déposé mercredi dernier un recours au Conseil d’État contre la baisse de cinq euros des APL. Une autre manifestation sera également organisée ce mardi devant l’Assemblée nationale, avant une nouvelle journée de mobilisation le 9 décembre prochain.
 

F.C (avec AFP)

Photo de Une : @UnionHlm (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Budget 2019 : une revalorisation des aides au logement, mais…

Budget 2019 : une revalorisation des aides au logement, mais…

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe présentait le 26 août le budget 2019 défini par le gouvernement, le secrétaire d’État Julien Denormandie est revenu sur la réévaluation des aides au logement. Celles-ci, qui avaient été largement réduites l’année dernière, devraient au contraire augmenter dès janvier prochain, mais à hauteur de 0,3% seulement. Un taux dont le bras droit de Jacques Mézard se défend.
Emmanuel Macron en dit plus sur sa réforme du logement

Emmanuel Macron en dit plus sur sa réforme du logement

Entre 300 et 2 000 personnes (selon les sources) ont manifesté ce 11 septembre à Toulouse, alors que le Président Emmanuel Macron était en déplacement dans la ville rose afin de présenter sa politique du logement. En cause : la fameuse baisse des APL, annonciatrice de mauvaises nouvelles pour la suite du quinquennat. Pour autant, le chef de l’État s’est voulu rassurant, promettant d’ouvrir plus de places dans les logements sociaux. Les détails.
« Il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France » (mouvement HLM)

« Il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France » (mouvement HLM)

C'est la déroute pour le mouvement HLM ! Entre la baisse des APL et l'avenir incertain du secteur du logement dû à une importante réforme annoncée prochainement, l'organisme a récemment fait savoir qu'il souhaitait être reçu par le président de la République afin de lui faire part de ses inquiétudes. Le mouvement HLM, qui n'a reçu aucune réponse d'Emmanuel Macron, a du mal à encaisser.
Projet de loi de finances 2018 : quel impact pour le BTP ?

Projet de loi de finances 2018 : quel impact pour le BTP ?

Très attendu par les Français, le Projet de loi de finances 2018 (PLF), le premier du quinquennat Macron, a enfin été dévoilé ce mercredi 27. Si une part importante du budget a été attribuée à la sécurité et à l’environnement, le ministère de la Cohésion des territoires, lui, s’est vu octroyer un budget de 16,5 milliards d’euros. Une somme largement en baisse par rapport à 2017, mais grâce à laquelle Jacques Mézard entend bien répondre aux objectifs de la Stratégie logement du gouvernement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter