Eradiquer les passoires thermiques : vers un dispositif en 3 temps ?

Législation | 27.06.19
Partager sur :
Eradiquer les passoires thermiques : vers un dispositif en 3 temps ? - Batiweb
Le projet de loi sur l’énergie et le climat était examiné ce mercredi 26 juin à l’Assemblée Nationale. L’occasion de revenir sur la question de l’éradication des passoires thermiques, qui concernent 7 millions de logements en France. Après la proposition d’une consignation de 5% sur le prix de vente qui avait causé un tollé, l’amendement devrait finalement aboutir à un dispositif incitatif puis coercitif en 3 temps.

Le tollé de la confiscation d’une partie du prix de vente

 

Alors que certains députés prévoyaient une expérimentation consistant à consigner 5% du total de la vente d’une « passoire thermique » pour financer les rénovations énergétiques, cette proposition était loin d’avoir fait l’unanimité. La FNAIM avait alors fait savoir qu’elle « s’opposerait fermement à toute confiscation d’une partie du prix de vente d’un bien immobilier sous prétexte de son mauvais classement énergétique ».

 

Gilles Le Gendre, chef de file des députés LREM avait également affirmé être contre cette idée de consignation du prix de vente pour encourager la rénovation énergétique : « Nous pensons qu'il faut qu'il y ait une obligation d'éradication progressive des passoires mais le groupe (...) ne veut pas non plus qu'on désorganise le marché de l'immobilier ou qu'on fixe des obligations socialement insupportables sans discernement », avait-il explicité.

 

La tribune du Cler pour la rénovation des passoires thermiques en location

 

De son côté, le Cler - Réseau pour la transition énergétique a publié, ce mardi 25 juin une tribune signée par 17 organisations de la société civile et 35 parlementaires de tous bords politiques, demandant au Premier Ministre de soutenir les amendements pour accélérer la rénovation des passoires énergétiques en location : « Nous vous appelons à donner un avis favorable aux amendements qui proposent une mesure d’obligation à terme de réaliser des travaux pour les passoires énergétiques mises en location, ces logements mal isolés qui condamnent leurs occupants à la précarité énergétique ».

 

Loin d’accuser les propriétaires, les signataires de cette tribune réclament des moyens budgétaires pour les aider à rénover : « La norme, aussi nécessaire soit-elle, ne pourra produire les effets escomptés que si elle s’accompagne de dispositifs, y compris budgétaires, donnant aux ménages propriétaires de logements en location, et notamment aux moins fortunés, les moyens de s’engager dans la rénovation énergétique, sachant que l’on estime à environ 15 % le nombre de propriétaires bailleurs modestes ».

 

Vers un dispositif progressif

 

L’amendement, examiné ce mercredi 26 juin à l’Assemblée Nationale, devrait finalement aboutir à un la mise en place d’un dispositif « progressif » en 3 temps : « Incitation, obligation, et en dernier recours sanctions », ont indiqué les députés LREM.

 

Dans le détail, une première étape devrait « simplifier les dispositifs d’accompagnement à la rénovation » d’ici 2023. Une « obligation de conformité », sans doute via des certificats, devrait ensuite être mis en place entre 2023 et 2028. Enfin, une ultime étape de sanctions serait prévue au-delà de 2028.

 

« Plutôt que d'afficher une interdiction qui peut effrayer, qui va dans l'écologie punitive, dont les Français ne veulent plus, on affiche une mesure par étapes avec potentiellement du contraignant », s’est félicité ainsi Jean-Charles Colas-Roy.

 

L’amendement, porté par le gouvernement et le rapporteur Anthony Cellier (LREM), devrait être voté d’ici vendredi.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Le projet de loi Climat et Résilience est en consultation - Batiweb

Le projet de loi Climat et Résilience est en consultation

Le ministère de la Transition écologique a annoncé jeudi 14 janvier que le projet de loi Climat et Résilience, prenant en compte une partie des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le Climat, était entré en consultation. Il devrait ensuite être présenté en Conseil des Ministres le 10 février, puis à l'Assemblée Nationale fin mars. Concernant le bâtiment, le texte vise notamment l'interdiction de location de passoires thermiques d'ici 2028 et la lutte contre l'artificialisation des sols. Mais pour les associations écologistes, le texte a d'ores et déjà été vidé de sa substance.
Les députés favorables à l'interdiction de location des passoires thermiques d'ici 2028 - Batiweb

Les députés favorables à l'interdiction de location des passoires thermiques d'ici 2028

L'interdiction de location des passoires thermiques d'ici 2028 se concrétise. Dans le cadre du projet de loi Energie & Climat, les députés ont voté ce dimanche 14 mars en faveur de cette interdiction, malgré quelques contestations à droite comme à gauche. Le loyer des passoires thermiques (étiquettes F et G) devrait dans un premier temps être gelé, puis ces logements devraient être exclus du marché locatif à compter du 1er janvier 2028. L'objectif : inciter les propriétaires bailleurs à rénover leur bien avant cette échéance.
MaPrimeRénov' : le dispositif est désormais ouvert aux propriétaires bailleurs ! - Batiweb

MaPrimeRénov' : le dispositif est désormais ouvert aux propriétaires bailleurs !

Ce jeudi 1er juillet, le dispositif MaPrimeRénov' devient pour la première fois accessible aux propriétaires bailleurs souhaitant réaliser des travaux de rénovation énergétique dans les logements qu'ils louent. L'objectif du gouvernement : inciter les bailleurs à rénover plus d'un million de passoires thermiques dans le parc locatif privé, avant que ces logements ne ne soient interdits à la location.
Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement - Batiweb

Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement

A la suite d'une commission mixte paritaire conclusive, l'Assemblée Nationale et le Sénat ont définitivement adopté la loi Climat et Résilience ce mardi 20 juillet. Le volet IV « Se Loger » incite notamment les propriétaires bailleurs à rénover leurs biens considérés comme des passoires thermiques, via le gel des loyers et l'interdication progressive de location des logements les plus énergivores.