Avec B2R+, Syscobat donne naissance à la construction inversée Nouveaux produits du BTP | 26.08.19

Partager sur :
Le concept de construction inversée B2R+ proposée par Syscobat consiste en un panneau mural bois isolé faisant office de « coffrage de luxe » pour un béton auto plaçant. Matériaux et isolants biosourcés, béton et fourreaux pour les différentes gaines y sont regroupés. Fabriqués sur mesure, les panneaux permettent, selon la société, d’améliorer les performances de l’ouvrage et la sécurité des intervenants. Tous les détails.

Syscobat est né de la volonté de Jean-Charles Guillemot, maître d’œuvre associé d’un cabinet d’architecture dans le bâtiment, de proposer un produit et un concept de construction « efficace, rapide et sécuritaire et qui s’intègrerait parfaitement dans les tendances actuelles de l’architecture ».  

 

En effet, alors qu’il assistait à un chantier en 2011, M. Guillemot a observé les difficultés auxquelles étaient confrontés les ouvriers. Une erreur de mesure de cinq centimètres avait conduit à la destruction puis à la reconstruction de l’ouvrage, « une perte considérable de temps et de matériaux ».

 

M. Guillemot a alors réfléchi à un produit alternatif : un panneau mural bois isolé et prêt à peindre qui ferait office de « coffrage de luxe pour un béton auto plaçant simple et rapide à mettre en œuvre et permettant la traçabilité efficace des éléments constructifs ».

 

Il parle alors de son idée avec son ami et futur associé Yves Martorana, chef de projet informatique et télécom. L’aventure commence !

 

Des panneaux muraux sur mesure

 

C’est en 2013 que les associés obtiennent le brevet et démarrent l’activité. Première construction ? Une maison individuelle de 400 m2, suivie par une autre en 2015. Pour leur 3e réalisation, M. Guillemot convie ses clients à une journée portes ouvertes sur le chantier. Le concept fait écho et séduit les participants. Syscobat voit alors le jour.  

 

M. Guillemot et M. Martorana baptisent leur concept B2R+ « Bois Béton Résultats optimisés ». Le système constructif allie le bois et le béton et se veut « un produit de gros œuvre industrialisé doté d’un niveau de finition second œuvre ».

 

Biosourcé et bas carbone, B2R+ regroupe des matériaux et isolants biosourcés (jusqu’à 85%), du béton (15%) et les fourreaux pour les différentes gaines au sein d’un même système constructif. Il est destiné à tous types de bâtiments jusqu’à une hauteur de 50 mètres.

 

Les panneaux sont fabriqués sur mesure. Ils contiennent un système de coffrage interne invisible destiné à créer une véritable structure poteaux/poutres béton par coulage d’un béton auto plaçant après assemblage et ferraillage des panneaux sur chantier, explique Syscobat.

 

Les parties recevant du béton sont isolées vers l’extérieur (isolant de couleur verte) pour « éviter tout pont thermique » tandis que les autres parties (en jaune) sont remplies d’un isolant haute performance. Les plaques de plâtre sont remplacées par « un matériau résistant aux chocs, hydrofuge, ignifuge, aux bords amincis, afin d’obtenir une face intérieure prête à finir ».

 

Réduire la pénibilité sur les chantiers

 

« Industrialiser les moyens de production des matériaux et les techniques s’avère être indispensable face à la compétitivité qui existe dans ce domaine, mais surtout pour des raisons humaines : cela permet de garantir des rendements efficaces tout en réduisant la pénibilité de certaines tâches et en effectuant un transfert de compétences humaines sur des domaines nouveaux, le but étant d’attirer de nouveaux talents et de valoriser de nouvelles compétences », souligne Yves Martorana.

 

Sur chantier, la mise en œuvre se veut en effet simplifiée : Syscobat met à disposition des ouvriers, une machine composée d’un ensemble de glissières verticales et horizontales facilitant et simplifiant l’emboîtement des panneaux. Une personne seule peut manipuler les panneaux rapidement « et sans effort ».

 

Aussi, l’entreprise a conçu une console de montage. Elle explique : « Les panneaux B2R+ doivent être maintenus jusqu’à coulage du béton auto plaçant ». La console permet « de maintenir le panneau et de régler sa verticalité. Incorporée au système de fixation, elle facilite le travail en hauteur ».

 

Le numérique au cœur du concept

 

Autre élément différenciant, les différents éléments sont fabriqués à façon grâce à un logiciel d’analyse de données 3D lui-même doté d’un outil de reporting. De la fabrication à la pose, le produit peut être suivi.

 

La pose est également simplifiée grâce à un tag numérique : numérotés les panneaux sont livrés sur palette dans l’ordre d’utilisation sur les chantiers. Syscobat précise en outre que les plans 3D sont également imprimés pour faciliter le travail de second œuvre.

 

Jean-Charles Guillemot revient sur l’industrialisation des process et explique avoir opté pour une matrice de production automatisée. Cette dernière intègre « les informations fournies par la conception digitalisée des projets immobiliers », et permet « de produire des produits qualitativement fiables, dans des quantités nécessaires à la réalisation de projets d’ampleur et faisant appel à une force de travail aux compétences plus larges que sur une chaîne de production industrielle classique ».

 

Avec Syscobat, « nous avons donc réussi le défi d’industrialiser le sur-mesure, puisque chacun des panneaux que nous produisons est unique, car directement produit à partir des maquettes numériques, et prêt à la pose ».

 

Des avantages environnementaux

 

Parmi les avantages cités par Syscobat, on trouve un gain de surface habitable d’environ 5%, l’épaisseur de mur étant réduite d’un tiers par rapport à un mur traditionnel.

 

La société avance également que B2R+ permettrait d’atteindre plus facilement les critères d’obtention du bonus de constructibilité mis en place en 2015 et qui prévoit un dépassement des règles de constructibilité qui peut atteindre 30% pour les constructions exemplaires du point de vue énergétique et environnemental.

 

L’environnement, Syscobat en a d’ailleurs fait une priorité. L’entreprise détaille : « Comparés à un procédé de construction conventionnel (briques ou blocs ciment + isolant laine de verre + Plaque de plâtre), les panneaux muraux B2R+ contiennent jusqu’à 85% de matériaux biosourcés. Ils génèrent 7 fois moins d’impact sur le changement climatique avec une performance thermique deux fois supérieure. Ils utilisent également 5 fois moins de ressources et 4 fois moins d’eau par rapport à un chantier classiques ».

 

B2R+ ne génère « pas de déchets de chantier » et « n’engendre quasiment pas de nuisances sonores », poursuit Syscobat. Quant à sa structure poteaux/poutres béton intégrée, elle « simplifie l’agrandissement d’une maison ».

 

Des formations pour accompagner la mise en œuvre

 

Qui dit nouveau système constructif, dit nouvelles formations. Syscobat accompagne les compagnons dans leur formation pour une mise en œuvre efficace du B2R+. Benoit Ouisse, Ingénieur Technique et Qualité, Responsable formation au sein de Syscobat, indique : « Collaborateur de Syscobat, je suis notamment en charge de la partie formation. Mon principal objectif sera de guider les compagnons tout au long de leur formation, de l’initiation aux panneaux B2R+ à la pose sur les chantiers. Chaque acteur sera formé pendant 2 jours au sein de notre établissement situé à Aucamville, avec une première partie théorique durant laquelle nous aborderons l’organisation du chantier puis une seconde de trois jours, avec une formation sur le chantier pour la mise en œuvre des différents éléments constructifs et l’utilisation des outils et services développés par Syscobat ».

 

Entre 2015 et 2018, 1500 m2 de murs ont été construits avec les panneaux muraux de B2R+. Une enquête réalisée par le bureau de contrôles Alpes Contrôles fixe les conditions d'emploi et de mise en œuvre du système. 

 

Pour 2019, l’entreprise, qui s’est illustrée lors de la 3e édition du Business Challenge de Saint-Gobain en remportant le premier prix dans la catégorie « Réinventer l’économie circulaire du bâtiment », vise un chiffre d’affaires supérieur à 1,5M€ et le recrutement de 6 salariés supplémentaires.

 

Rose Colombel

Photos : ©Syscobat

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vers un nouveau béton pour l’isolation des bâtiments ?

Vers un nouveau béton pour l’isolation des bâtiments ?

Une nouvelle solution d’isolation alliant performance thermique, liberté architecturale, durabilité et esthétisme vient d’obtenir l’Appréciation Technique d’Expérimentation (ATEx). Utilisée dans une quinzaine de projets architecturaux, le procédé GBE® peut de nouveau séduire les inconditionnels du béton.
Resp’Yr pour des façades naturelles et durables

Resp’Yr pour des façades naturelles et durables

A l’occasion du salon BePositive 2019, nous avions découvert Resp’Yr, un système biosourcé pour l’ITE associant isolant en fibre de bois et enduits minéraux. S’il n’a pas remporté l’award dans la catégorie « Bâtiment performant », le produit signé Zolpan et Pavatex (marque du groupe Soprema), a marqué les esprits pour sa performance. Nous vous proposons d’en savoir plus sur cette solution bas carbone.
Bègles présente ses nouveaux logements isolés en paille

Bègles présente ses nouveaux logements isolés en paille

À Bègles (Aquitaine), la construction de onze logements sociaux isolés en paille se finalise. Le projet appelé La Ruche sera livré début 2016 et marquera sans doute le début d’une nouvelle ère de construction, écologique et participative, dans la métropole Bordelaise. La résidence, installée dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Bordeaux-Euratlantique et située à deux pas du stade Moga, réunira des habitants de tous les âges et statuts sociaux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter